all is now harmed | danny


Partagez | 
 

 all is now harmed | danny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Matthew Runshell

avatar

CRÉDITS : bonnie

INSCRIT LE : 01/06/2016
MESSAGES POSTÉS : 345


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP:

MessageSujet: all is now harmed | danny   Lun 26 Déc 2016 - 11:08

Ces derniers jours avaient été des plus épuisants pour Matthew, qui venait tout juste d’accomplir la tâche la plus compliquée qu’il lui avait été donné de faire. Interner sa mère n’avait pas été un choix facile à prendre ou plutôt, ce n’avait pas été un choix du tout, mais une évidence qui s’était progressivement imposée. Tous les  Runshell avaient souffert du suicide d’Heather et chacun avait plus ou moins cherché un moyen de remonter à la surface, mais en ce qui concernait leur mère, il n’y avait pas eu un instant d’espoir : elle perdait pied chaque jour un peu plus, elle avait besoin d’être soignée sans quoi il y avait une probabilité certaine qu’elle finirait comme sa fille, or ce n’était pas une possibilité. Matthew avait été le premier à tirer les feux de détresse, peut-être même avait-il été le seul à se rendre compte de la situation.  Ce rôle de protecteur, il en avait toujours eu la garde et non pas comme un fardeau que l’on subi, parce qu’il ne pouvait s’empêcher de s’occuper de sa famille, de prendre soin de chacun d’entre eux. C’était tout naturel chez lui, il n’y avait pas une journée sans qu’il ne s’inquiète pour ses proches, sans qu’il ne les appelle pour prendre des nouvelles, un geste bénin en apparence, mais empli d’amour et d’attention. Il n’y avait pas que des côtés positifs à être aussi attentionné, nombreux étaient ceux qui en avaient profité pour flatter leur égo, mais après coup, cela ne dérangeait pas Matthew : c’était inné chez lui, il ne pouvait guère s’en défaire et même s’il l’avait pu, il ne l’aurait pas fait parce que c’est ce qui le maintenait en vie, ce qui le motivait ces matins où la vie lui semblait si sombre, c’est ce qui le faisait sourire, enfin c’est ce qui le rassurait. Non qu’il était particulièrement anxieux, mais avoir des nouvelles de ses proches lui certifiait de ne pas être seul, d’avoir quelqu’un qui pensait à lui quelque part, qui l’attendait peut-être, tout cela s’était accentué depuis, conséquence directe de la perte de sa soeur. Cependant, cela ne suffisait plus. Matthew était en permanence anxieux et s’empêchait de décrocher son téléphone et de composer des numéros, parce que, étrangement, il n’en avait plus autant envie. Il en avait besoin, mais l’envie lui manquait. Cela expliquait non seulement par la douleur qui grignotait ses membres peu à peu, mais aussi un sentiment d’abandon qui s’insinuait progressivement : personne ne l’appelait, lui. Cela était globalement faux, mais il ne s’attardait davantage sur le silence que sur la parole. Son frère était l’exemple type. Ça faisait des jours qu’il ne l’avait ni vu, ni entraperçu et ça le rongeait. Danny n’était pas facile à vivre depuis qu’il se faisait justement appeler ainsi, mais c’était son frère, sa seule attache qu’il pensait solide, le naïf. Une fois de plus, Matthew avait dû tout gérer par lui-même : sa mère en pleurs, les papiers administratifs, la douleur de voir une personne l’emmener vers sa chambre, l’enfermer entre quatre murs. Ce n’était pas soutenable, mais il avait dû y faire face parce que même si selon lui elle aurait pu guérir à la maison si elle avait été entourée de sa famille, il avait conscience que les Runshell n’étaient plus ce qu’ils avaient été et que l’internement était l’unique solution pour qu’elle s’en sorte. Et ô combien Matthew priait pour que sa mère s’en sorte. Il ne supporterait pas une nouvelle perte, celle de Heather et de Daniel l’avait déjà anéanties. Lorsqu’il défit son manteau  et se retrouva dans une pièce bien trop grande pour lui, Matthew eut cette désagréable impression d’avoir passé une journée bien trop lourde en émotions, mais une journée utile. Encore secoué par la vision de la mère le remerciant pour son geste tout en le suppliant de la ramener à la maison, Matthew se dirigea vers la cuisine. Il allait préparer quelque chose, il ignorait quoi, cela dépendait de l’état du frigo. Ses pas étaient lourds, ankylosés par le soucis et la fatigue. Dans le couloir qui menait à la cuisine, Matthew se dit qu’après s’être cuisiné quelque chose, il se mettrait devant un film, il avait tout son temps, il ne travaillait pas le lendemain. Or, dès qu’il entendit des bruits dans la pièce qu’il rejoignait, il sentit que le repos ne viendrait pas d’aussitôt. Il savait que ce n’était pas son père, qui devait s’être couché près de deux heures avant que son fils ne rentre, mais Matthew espérait que ce serait lui, sinon il n’y aurait qu’une autre possibilité et il n’était pas certain d’avoir la force d’y faire face. Mais, une fois face à lui, il n’eût pas le choix. « Où étais-tu passé, Danny ? » dit-il sur un ton volontairement exaspéré. Il examina son frère discrètement, il avait ce besoin, ce réflexe naturel de l’examiner méticuleusement afin de s’assurer qu’il allait bien. Où était-il ? Il l’ignorait et ne pouvait le deviner. Avec qui ? Certainement pas Ophelia, ce qui rassurait Matthew : à cette pensée, il rougit aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas

Daniel Runshell

avatar

CRÉDITS : balaclava

INSCRIT LE : 23/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 1523


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: (off) tc // matthew, ophelia

MessageSujet: Re: all is now harmed | danny   Mar 17 Jan 2017 - 16:37

Le dernier né Runshell, il a des allures de vagabond. Pas seulement parce qu'il a passé le cap des vingt-deux ans et qu'il ne s'est toujours pas dégoté un travail, mais aussi parce qu'il erre, il se balade de distraction en distraction, sans véritable destination. C'est qu'il s'aventure le pas léger, l'énergumène, peu soucieux de ce que d'autres auront bien l'envie de penser de ses indénombrables escapades. Sous son toit, il sait que l'ennui l'y attend. L'ennui, et un silence mortuaire qui emplie la maison depuis que son aînée a eu l'idée saugrenue de s'offrir une corde autour du cou en guise de collier. Si bien qu'il aurait presque des allures d'étranger entre ces murs, à n'y rester que pour quelques heures de sommeil. Et encore. Il peut tout aussi bien passer la nuit chez une vague connaissance, ou à la belle étoile. Bien qu'au détour de son rythme chaotique, il peut parfaitement retrouver les bras de Morphée en journée.
Et que fait-il d'un temps passé en famille, parmi tout ça ? Il s'agit, après tout, de la demeure familiale. Une famille brisée, éclatée, mais qui en garde pour autant le nom. Les apparences. Et encore. Qui, à Mount Oak, n'a pas idée de la tragédie qui se joue derrière ces rideaux ? Pourtant, ce n'est pas parce que se faire le spectateur de l'apathie maternelle ou des maux de son père lui est insupportable, qu'il déserte ainsi ce supposé foyer. Et que dire de son aîné ? Qui voit son armure de preux chevalier n'être finalement que pacotilles face aux affres de la colère. On pourrait presque croire qu'il s'en réjouit, Danny. Il n'est, en tout cas, définitivement pas la proie d'un chagrin incommensurable. Peut-être parce que Matthew, il est d'ores et déjà écorché à vif pour deux. De ce qu'il en devine, du moins. Car pour faire plus que le deviner, il faudrait encore qu'ils échangent plus que quelques mots hebdomadaires. Par habitude, il fait sa vie, et lui la sienne. Loin d'eux, l'époque où ils pouvaient passer tout ce temps ensemble.
Pour autant, en principe, il n'a rien contre son frère. Il n'a rien contre personne, à dire vrai. Il a seulement le don d'être généreux en railleries (ou de se retrouver sur la défensive, au choix selon ses humeurs), dès l'instant où on se montre trop présomptueux à son sujet. Et puis Matthew et le reste de sa famille, sont bien trop occupés à pleurer une morte pour se soucier des vivants. C'est vrai après tout, un cadavre six pieds sous terre a mieux à faire de tout ce temps (perdu) qui lui est accordé.

Danny, cette fois-ci, ce n'est pas la fatigue qui le ramène sur le chemin de la maison, mais la faim. Si bien que son premier réflexe n'est pas celui de s'enquérir quel membre de sa famille est présent, mais de plutôt mettre le nez dans le frigo. Tel un voleur à la seule lueur de la nuit, il ne cherche pourtant pas à œuvrer en douce, lorsqu'il prend tout son temps et se permet même de siffloter, tout en se préparant un sandwich fait maison qui ne tarde guère à se retrouver entre ses dents. Matthew ne peut être que jaloux, c'est bien pour ça qu'il l'interpelle au détour de si peu de délicatesse. Ni bonsoir, ni comment ça va. Comme s'il y accordait une quelconque importance. Il ne s'offusque ni ne s'offense, et s'en tient plutôt malgré lui à sa nonchalance.
- Pourquoi, tu comptais m'border tous les soirs ? Il mord à nouveau dans son sandwich, et détaille finalement son frère d'un regard tout en mastiquant. Détends-toi, t'as vu ta tête ? Ta semence f'ra des miracles bien assez tôt pour te faire jouer les pères de famille. A juste titre, cette fois-ci. Fraîchement installé à la table de la cuisine, Danny fait alors glisser son second sandwich sur une feuille d'essuie-tout à destination de son frère à l'autre bout de cette table. Dieu qu'il a l'air d'avoir besoin de manger. Ou de dormir. Ou les deux. Mais il ne compte pas pour autant se montrer conciliant, et lui rendre des comptes comme s'il n'était qu'un gamin à désapprouver au détour d'un ton exaspéré. Tu f'sais ce petit numéro aussi, à Heather ? Sa fin tragique m'étonne tout d'suite moins. Une plaisanterie de mauvais goût. Il force le trait, Danny. N'est-ce-pas sa marque de fabrique ? Provoquer, pour voir si d'autres, même son frère, ont la sottise de foncer tête baissée.

________________

I feel like I’m in the wrong world ‘cause I don’t belong in a world where we don’t end up together. I don’t. There are parallel universes out there where this didn’t happen. Where I was with you, and you were with me. And whatever universe that is that’s the one where my heart lives in.
Revenir en haut Aller en bas

Matthew Runshell

avatar

CRÉDITS : bonnie

INSCRIT LE : 01/06/2016
MESSAGES POSTÉS : 345


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP:

MessageSujet: Re: all is now harmed | danny   Ven 10 Fév 2017 - 12:50

Matthew dû s’y reprendre à deux fois pour reconnaître son frère, réaliser que c’était bien lui et non un produit de son imagination. Non qu’il le hantait à ne plus en dormir mais il était comme ça, Matthew, à s’en faire inlassablement lorsque quelque chose le tracassait. Il avait beau ne plus être ce petit garçon fragile et facilement influençable, il gardait en lui un humanisme profondément ancré. S’était ajouté à cette sensibilité quoique atténuée un attachement à une certaine idée de justice. Aussi, il ne pouvait lutter contre les pensées assassines qu’il avait envers son frère — assassine seulement dans un sens métaphorique. Si Daniel était son frère, Danny, lui, n’en était qu’une pâle figure. C’est qu’il éprouvait si ce n’était encore de la haine, du moins une aversion certaine. Son irresponsabilité et son habitude nouvelle de fuir y étaient pour beaucoup. Matthew aurait pû comprendre et il s’y était essayé, il essayait encore parce qu’après tout il n’était pas le seul à avoir perdu une soeur, Danny devait forcément en souffrir d’une manière ou d’une autre malgré toutes les rumeurs qui couraient à son propos, et ce n’était jamais facile de perdre un membre de sa famille puis de faire enfermer sa mère dépressive les suppliant de ne pas la laisser pourrir dans ce trou. Ce n’était pas chose facile que de lutter contre l’idée profonde que c’était une mauvaise idée de la laisser dans cet hôpital, alors qu’il n’y avait pas d’alternative possible. Mais cela n’excusait pas tout. Ca n’excusait même rien, si Matthew se montrait honnête. C’était dans une situation telle que celle-ci que l’on pouvait s’attendre à du soutien fraternel. Il n’avait plus que lui puisque leur père n’était plus bon à rien. Matthew aurait dû n’avoir plus que son petit-frère. Mais même cela, Matthew n’en avait pas le droit. Et il en souffrait. Malgré son apparence résolument mesurée, son apparence qu’il voulait trompeuse. Pourtant il commençait à s’y faire, la situation n’en était pas moins compliqué, mais lorsqu’il lui arrivait de rêver à un meilleur avenir, ses pensées se dirigeaient systématiquement vers Ophelia et il s’autorisait à aller mieux pendant une demi-heure. Il espérait avoir la chance de poser ses lèvres une nouvelle fois sur les siennes, mais cette fois-ci de prolonger davantage leur baiser, de passer la main dans sa douce chevelure. La chance, oui ce qu’il serait chanceux alors. Mais le retour à la réalité était toujours difficile et il le fut davantage lorsque la réalité le confronta au fantôme de son frère qu’il avait autrefois pu l’entendre dire qu’il était son grand-frère préféré même s’il était le seul et qu’il l’aimerait indéfiniment. Matthew regrettait son petit-frère aimant, il regrettait son Daniel. Il souffrait de son départ et s’en exaspérait.

Les pensées négatives à son égard bataillaient dans sa conscience comme dans son inconscient, mais Matthew se voulut raisonnable. Il n’avait pas envie de se battre avec son frère. S’il avait décidé d’être égoïste alors c’était tant pis pour lui, il en souffrirait bien plus que lui. Matthew tentait de se convaincre. « Si tu es revenu pour être désagréable, tu aurais mieux fait de rester dieu je-ne-sais-où tu étais. » Son ton posé et sûr de lui qu’il avait dû développé pour son travail laissait passer le dose parfaite de mécontentement. Danny cherchait délibérément à le blesser, mais il ne tomberait pas dans son piège. Ça ne l’intéressait pas. Mais c’était qu’il était particulièrement doué, le benjamin des Runshell. Il parvint à bouleverser le rythme cardiaque de son grand-frère en le provoquant sur un sujet encore vif, encore piquant. Heather. « Comment oses-tu plaisanter sur ça ? T'as perdu combien de neurones comme ça ? » Il évoquait évidemment l'accident qui avait définitivement marqué la chute des Runshell. Et dire que ce n'était que le début d'une longue route à parcourir.
Revenir en haut Aller en bas

Daniel Runshell

avatar

CRÉDITS : balaclava

INSCRIT LE : 23/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 1523


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: (off) tc // matthew, ophelia

MessageSujet: Re: all is now harmed | danny   Jeu 18 Mai 2017 - 16:15

Danny, il vient d'oser le pire, oui il a osé l'insupportable pour son grand frère : avoir remis un pied dans cette maison. Mais n'a-t-il pas fait sa nuit dans sa chambre deux jours auparavant ? Il a fait sa nuit de jour, certes, et c'est certainement pourquoi Matthew ne l'a pas remarqué. Quelle idée aussi, de travailler ? Il a bien assez à faire, à se soucier de sa petite famille à la dérive et à faire ce deuil insurmontable – une chose dont le dernier né Runshell n'a jamais eu à s'accommoder. Est-ce la véritable différence entre les deux frères ? En tout cas Danny lui paraitrait tout de suite moins désagréable si seulement il pouvait admettre qu'il plaisantait, mais ça, cela paraît au-dessus de ses forces. Cela fait-il seulement de lui le responsable de son manque d'humour ?
- J'te signale que c'est toi qui débarque, j'étais tranquillement en train d'profiter d'avoir la maison à moi tout seul. Et puis en parlant d'être désagréable... Et c'est avec plaisir qu'il prend le temps de le dévisager de haut en bas pour lui faire comprendre le reste de cette phrase laissée en suspend. N'empêche, moi qui croyais que j'manquais à mon grand frère, tu m'brises le cœur. Et il ne fait pas mine de porter sa main à ce cœur dit brisé pour parfaire un jeu d'acteur inexistant. A la place de ça, il se contente de mordre dans son sandwich et de prendre le temps de mâcher sa bouchée. Et puis il reprend, plus sérieusement (ou presque). Alors quoi, tu veux que j'm'en aille ? J'habite ici j'te rappelle, tant que Pa' et Man' ne m'ont pas viré. Et pour lui témoigner son absence de malaise à savourer des lieux et du contenu de ce frigo rassemblé en ce sandwich, le voilà qui met ses pieds sur la table, avec un goût certain de la provocation de ces sourcils dressés sur son front. Alors, raconte tout à ton p'tit frère ! Qu'est-ce qui a pu mettre le preux chevalier de si mauvaise humeur aujourd'hui ? T'as pas réussi à sauver ta princesse ? Tu sais, j'm'inquiète pour toi, c'est pas bon d'entendre mes conneries tout en restant le ventre vide. Allez mange, il te faut prendre des forces pour supporter ton imposteur de frère !

Et puis, il a encore osé. Il a osé, oui, aborder le sujet de la sœur défunte. Là aussi, il l'a provoqué, et Matthew lui a répondu, peut-être avec moins de piquant qu'il ne l'espérait. Allons donc, est-il d'humeur à se fâcher avec son grand frère ? Il aurait néanmoins certainement pris goût à voir l'armure se fissurer pour mieux démontrer que lui aussi, il pouvait être différent de ce qu'il montrait. Et puis beaucoup lui reproche cette nouvelle version de lui bien trop abrupte, mais personne n'a eu la présence d'esprit de se soucier de savoir s'il était plus heureux, plus naturel ainsi. Tout ce qui compte, c'est eux et leur préférence pour Daniel. Lui, n'est qu'un imposteur, même aux yeux de celle qui a dérobé son cœur depuis si longtemps déjà, et que c'est douloureux de vivre sans son muscle cardiaque, sans cette liberté d'aller-et-venir l'esprit léger. Alors oui, il ose plaisanter sur Heather car elle n'est pas son point sensible : elle est celui de Matthew.
- Il faut bien que quelqu'un s'y colle ! Vous, vous vous prenez bien trop au sérieux, ça compense. Ouh là là elle est morte, elle s'est suicidée, tellement désespérée qu'elle s'est mise une corde autour du cou, la pauvre, souffrir ainsi en silence... Ce que vous oubliez c'est que la sainte n'en est pas une ! C'est elle qui a choisi de se tuer qu'importe les conséquences, comme celle de bouleverser la famille Runshell par la même occasion. C'est elle qui vous a fait ça ! Alors ne viens pas me dire que c'est une victime. Et d'un regard que Matthew ne saurait peut-être pas décrypter, il le met au défi de ne pas adhérer à la thèse du suicide et de douter de son implication dans sa mort. N'en a-t-il pas été longtemps suspecté ?

________________

I feel like I’m in the wrong world ‘cause I don’t belong in a world where we don’t end up together. I don’t. There are parallel universes out there where this didn’t happen. Where I was with you, and you were with me. And whatever universe that is that’s the one where my heart lives in.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: all is now harmed | danny   

Revenir en haut Aller en bas
 
all is now harmed | danny
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: REALITY #2 (REFLEXION) :: ELYSIUM DISTRICT :: Habitations-
Sauter vers: