all eyes on you, my magician

Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 all eyes on you, my magician

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Gene Edelstein

avatar

CRÉDITS : hershelves

INSCRIT LE : 11/01/2017
MESSAGES POSTÉS : 109


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: ✗✗ / ✗✗ (duncan, branx2, theo)

MessageSujet: all eyes on you, my magician   Mar 27 Fév 2018 - 20:48

CLAY + GENE
See you in the dark
All eyes on you, my magician
All eyes on us
You make everyone disappear

Le Vertigo, Gene n’y allait pas si souvent que ça. Le bar, à son goût, manquait de diversité et d’originalité. Elle préférait de loin se rendre au DEM, cette antre que la plupart des membres de sa famille aurait considéré comme un lieu sordide – tout à fait approprié à cette délurée de Gene Edelstein, en gros – dont il ne fallait surtout pas mentionner le nom, encore moins l’existence. Mais voilà, le QG des trois garçons qu’elle côtoyait épisodiquement se trouvait être le Vertigo et non le Dreams Ex Machina et, une fois n’est pas coutume, Gene avait accepté d’abandonner l’idée de se rendre dans le nid diabolique pour plutôt investir le bar branché où tous les hommes se ressemblaient, comme s’ils avaient été formatés sur le même modèle. De véritables clones, songeait Gene en pénétrant dans le lieu, alors qu’ils étaient tous bel et bien humains. Ce soir-là, elle portait un long manteau qui donnait l’impression qu’il était trois fois trop grand pour elle – ce qui était parfaitement le but recherché – mais, dessous, elle n’avait pas grand-chose. Une robe noire bien ajustée, des bas satinés et des petites bottes étrangement élégantes, vu le spécimen. Ses cheveux glissaient sur ses épaules, bien lisses, pour une fois, et elle portait de grandes boucles d’oreille qui accentuaient le côté souriceau de son minois provocateur. Pourtant, c’était à un félin dangereux qu’elle ressemblait, avec les deux traits noirs qui soulignaient ses cils.
- Allez nous chercher une table, je vais commander les boissons, annonça l’un de ses trois chevaliers servants dont elle ne savait plus le nom.
Ils étaient si semblables, en même temps, avec leur mèche sombre coiffée sur le côté, leurs vestes de costume soigneusement choisies et leurs épaules larges. Gene ne se fit cependant pas prier et suivit les deux autres jeunes hommes à travers la foule. Elle entrouvrit au passage son manteau – la différence entre l’air piquant extérieur et celui, étouffant, de l’intérieur étant extrême – et glissa un regard circulaire, comme si elle cherchait déjà une autre distraction, alors que leur soirée n’avait même pas commencé. Ses deux compagnons prirent possession d’une petite table carrée et Gene s’apprêtait à prendre la chaise la plus proche lorsqu’elle repéra une silhouette vaguement familière. D’un doigt impérieux, elle désigna le siège qu’elle voulait et fit l’échange avec Mike – ou était-ce Jack ? A moins qu’il ne s’agisse de Porter ? Qu’importe. D’un mouvement souple, elle fit glisser son manteau de ses épaules (qui étaient à peine couvertes par les manches courtes de sa robe) et le passa sur le dossier de la chaise avant de heurter volontairement la chaise du client voisin. Celui-ci ne se retourna cependant pas et un sourire glissa sur les lèvres de Gene alors qu’elle s’installait nonchalamment. Un poignet posé sur le bord de la table, elle croisa les jambes et fit mine d’écouter ses acolytes converser, bien que le sujet de leur échange ne lui importe pas le moins du monde. Ils ne semblèrent d’ailleurs même pas remarquer le peu d’intérêt qu’elle leur consacrait et quand le troisième larron se présenta avec un plateau de cocktails, Gene saisit le sien et le leva en guise de toast. Le verre tinta et la discussion reprit, sans inclure Gene davantage. Ils avaient visiblement compris depuis un moment qu’elle ne participait pas vraiment à leurs débats – ils étaient, il lui semblait, étudiants en philosophie ou en économie, et passaient leur temps à vouloir refaire le monde, bien que, comme elle le leur avait souvent dit, ce n’était pas en restant assis sur leurs jolis petits culs, autour d’une bière, qu’ils allaient faire quoi que ce soit d’utile – et n’essayaient pas de l’inclure. Si Gene voulait tout à coup se joindre à la conversation, elle le ferait de son propre chef et de préférence au moment le plus inopportun.
Ce soir, cependant, ils l’avaient complètement perdue. Elle ne chercherait pas à s’incruster dans la discussion, elle ne boirait pas un verre supplémentaire en leur compagnie et elle ne rentrerait sûrement pas avec l’un des trois.
La blonde assassine jeta un bref coup d’œil par-dessus son épaule mais son voisin de table lui tournait toujours le dos, visiblement inconscient de sa présence. Qu’à cela ne tienne, il ne l’ignorerait pas bien longtemps et, son verre toujours dans une main, Gene se tourna légèrement, posant un coude sur le dossier de sa chaise et elle souffla délicatement dans la nuque de Clay, sachant pertinemment que, à un moment ou un autre, agacé par l’insistance, il serait bien forcé de se tourner pour lui adresser un regard – noir, à n’en pas douter. Et elle lissa donc ses lèvres en un sourire désinvolte quand le jeune homme lui offrit enfin le plaisir de son visage charmant.
- Bonsoir, mon lapin. Qu’est-ce que tu deviens ? demanda-t-elle en se penchant légèrement vers lui, parfaitement consciente du silence qui s’était fait dans son dos, alors que les trois larrons devaient se demander s’ils rêvaient.
Trop fiers pour dire quoi que ce soit, cependant (ou trop passionnés par le sujet barbant de leur dissertation), ils reprirent leur échange, non sans jeter des regards interloqués dans sa direction. Elle n’avait pas besoin de les voir pour les deviner mais, comme pour le reste de l’humanité, Gene ne voyait pas l’intérêt de ménager leur ego et, après tout, ils n’avaient qu’à s’en prendre à eux-mêmes. S’ils avaient essayé, au moins, de ne pas tomber dans leurs arguments ennuyeux, pas immédiatement en tout cas, peut-être que Gene ne se serait pas empressée d’aller ouvrir le dialogue avec le client de la table voisine.
Ou peut-être pas.

________________


Let it be known: I did not fall from grace.
I leapt to freedom.
.
Revenir en haut Aller en bas
 
all eyes on you, my magician
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: Bailarín Bodega-
Sauter vers: