Who Let the Dogs Out? ■ Jax


Partagez | 
 

 Who Let the Dogs Out? ■ Jax

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Maika Wright
MAIKA BEAUCHAMP

avatar

CRÉDITS : Lux Aeterna ■ mssmartian

INSCRIT LE : 01/08/2017
MESSAGES POSTÉS : 212


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP:

MessageSujet: Who Let the Dogs Out? ■ Jax   Mar 13 Fév 2018 - 2:25


    Who Let the Dogs Out? avec Jax & Maika


Il y a un peu plus d'une semaine, un chiot a été amené par ses maîtres parce qu'il boitait. Ils avaient regardé la patte, mais n'avait rien trouvé. Une épine a été retrouvée sous cette dernière, bien cachée. Une fois retirée, ils ont été appelés pour dire qu'ils pouvaient revenir chercher leur jeune animal, le message a été laissé. Une journée a passé, deux aussi, il n'y a eu aucune nouvelle de leur part. Ils ne sont pas revenus et ils n'ont pas  répondu aux appels passés. Un vétérinaire a été voir, curieux, ils semblaient vraiment s'inquiéter de l'état de leur Fido (malgré le manque flagrant d'originalité dans le choix de son nom). La maison était vide, un voisin a dit qu'ils avaient déménagé il y a quelques jours. Drôle de façon de se débarrasser d'un animal, même si cela arrive tout le temps lors des déménagements. Tous ces animaux errants qui ne suivent pas les humains car ces derniers les laissent là  pour elle ne sait trop quelle raison.
Bref, elle s'est occupée en premier de Fido et elle est passée à tous les jours le voir ensuite pour éviter qu'il ne se sente trop seul. Elle s'est attachée à lui lors de cette semaine et la menace du chenil l'a convaincue de ne pas se défaire de cet attachement. Elle a vécu une drôle de journée, hésitante, sûre d'elle, indécise, certaine de ce qu'elle allait faire. Après un autre choix sur lequel elle l'était depuis quelques jours aussi. Bref, cette journée est passé trop lentement à son goût, mais pas assez en même temps. Elle va bien se terminer, elle l'espère, elle n'a aucune idée de comment va réagir Jax avec le chiot qu'elle a décidé de ramener chez elle (après accord de ses collègues et de sa patronne). Certes, il y a toujours la menace que ses anciens maîtres reviennent, mais c'est toujours mieux chez elle qu'au refuge pour animaux. Où il pourrait être adopté rapidement, pas par elle... ce qu'elle voulait éviter. Elle a dû prendre une décision et elle l'a fait, sans consulter son mari. La raison du pourquoi elle espère que cette journée va bien se terminer, elle ne sait pas du tout comment il va réagir.
L'autobus s'arrête, la carte est acceptée, elle s'installe sur un double siège. Maika regarde le chien dans la cage de transport à ses côtés. Elle a les doigts passés entre les barreaux pour le calmer alors qu'il est dans cet endroit inconnu qui bouge. Elle lui fait quelques « chuts » bien qu'elle sache que cela ne serve pas à grand-chose. On regarde dans le contenu de la cage par curiosité et plusieurs sourires s'affichent.
Elle se demande ce qui lui a pris (pas vraiment en réalité), mais elle ne le regrette pas. Le trajet lui semble être bien court, il est vrai qu'elle est rarement aussi occupée en autobus. Elle marche quelques minutes une fois débarquée du véhicule pour se diriger vers l'immeuble où elle habite. Elle grimpe, elle ouvre la porte, elle n'est pas verrouillée alors Jax doit être déjà arrivé.
– Jax ? fait-elle, haussant le ton légèrement, pour indiquer qu'elle est là. Elle voit ensuite ses affaires près de la porte et sa voix se fait entendre quelque instant plus tard.
– J'ai quelque chose à t'imposer. continue-t-elle de parler. Elle aurait bien dit qu'elle avait une surprise, mais ils n'en ont jamais parlé avant, alors, elle le lui impose. Elle dépose la cage par terre pour en sortir le chiot qu'elle se met à caresser. Il arrive et elle le lui montre. Le chiot envers lequel elle a eu un coup de cœur. Comme elle en fréquente à tous les jours, on peut dire que cela n'arrive pas très souvent. C'est une première fois en réalité... il est vrai que les maîtres viennent toujours chercher leur animal tout le temps. Ou presque, il y a une exception, elle l'a amenée avec elle.
– Tu peux choisir son nom. C'est une bonne méthode pour se faire pardonner, non ?  Il est tellement adorable, il ne peut qu'accepter.
À la base, elle voulait lui parler d'un autre sujet, elle a pris quelques jours pour y penser, mais le chiot s'est imposé. Elle ne pouvait pas le laisser une nuit, une journée de plus abandonné. Autant parce qu'elle ne s'en sentait plus capable que parce que sinon il aurait dû être amené dans un chenil.
Elle ne sait pas trop ce qu'elle va faire, l'animal s'est rajouté. Elle peut très bien lui dire que c'est à ce sujet qu'elle l'a texté un peu plus tôt dans la journée, texto qui indiquait qu'elle voulait lui parler ce soir.
Une chose à la fois. Elle va commencer par savoir comment il réagit face à leur nouveau compagnon et ensuite elle va bien voir ce qu'elle va faire, ou ne pas faire. Il lui semble que de ne pas lui annoncer deux mauvaises nouvelles en même temps est une bonne idée. S'il prend l'arrivée du chiot pour une bonne nouvelle, elle va lui dire celle qui n'est pas bonne. Enfin, elle l'espère... ou bien demain, une nouvelle à la fois ? Elle trouve qu'elle a déjà assez reporté cela. Commencer par le plus évident est logique, c'est la seule chose dont elle est sûre en ce moment.

________________

    Sauvez un castor, mangez un bûcheron
Revenir en haut Aller en bas

Jax Beauchamp

avatar

CRÉDITS : mélopée, twistyrain, unknown

INSCRIT LE : 23/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 530


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: ✗✗ / ✗✗ (brandon x3, maika)

MessageSujet: Re: Who Let the Dogs Out? ■ Jax   Lun 5 Mar 2018 - 9:56

Installé à la petite table de la cuisine, Jax passait en revue les vidéos des caméras disséminées sur le campus de Pairidaeza Valley, chose qu’il n’avait plus faite depuis des lustres et habitude qu’il avait reprises depuis quelques mois. Il l’avait fait par intermittence, d’abord, comme quelqu’un atteint d’une addiction et qui ne veut pas retomber dans ses vieux travers et qui se jure que ce n’est qu’un petit instant de faiblesse qui sera rapidement maitrisé et oublié, juste pour se prouver qu’il avait toujours le contrôle de ses émotions. Et il s’y était plutôt bien restreint, n’analysant les vidéos que lorsqu’il était seul chez lui et que Maika était sortie, en quête de quelque chose – ou quelqu’un, plutôt – dont il ne savait pas s’il voulait l’y trouver ou, au contraire, ne pas l’y voir. Mais depuis qu’il avait passé la nuit avec sa proie, l’autre soir, Jax n’avait plus aucune retenue et, chaque soir, il sauvait les enregistrements sur une carte protégée et il les ramenait chez lui pour les consulter dès qu’il avait un instant, dès que Maika était occupée à autre chose, au centre où elle travaillait ou en vadrouille. Il s’asseyait alors dans un endroit calme et allumait l’écran de surveillance, il insérait la clé et étudiait minutieusement le périmètre de sécurité, cherchant à entrevoir une silhouette qui s’y déplaçait furtivement, avec l’aisance et la grâce d’un félin. En vain. Brandon Rose n’était nulle part en vue et Jax ne savait pas si c’était parce qu’il n’avait plus aucune affaire liée à Pairidaeza Valley ou si cela signifiait simplement qu’il avait mis les voiles, à nouveau. Il aurait peut-être mieux valu, pour l’un et l’autre, que ça soit la seconde hypothèse qui se vérifiait mais Jax n’arrivait pas à se faire à l’idée que Bran ait pu se volatiliser à nouveau, qu’il ait pu lui permettre de goûter à sa chaleur, de retrouver leur douce intimité, pour mieux l’abandonner. À moins qu’il s’agisse là d’une punition, un moyen pour le jeune homme de lui faire regretter d’être parti, voilà trois ans, sans se retourner, sans se soucier davantage de sa santé. Comme si le garde du corps ne passait pas ses journées à être hanté par les remords, à se faire un sang d’encre pour l’énergumène, à ruminer à chaque fois qu’il s’éreintait les yeux à visualiser des dizaines d’heures d’enregistrements pour rien. Comme cette fois où, encore et encore, il se trouvait face à un mur, incapable de situer Bran mais, surtout, incapable d’avoir un moyen de le joindre, de communiquer d’une quelconque manière. Il était dans le brouillard le plus opaque, sans cesse sur le qui-vive et amèrement déçu chaque fois que ses efforts se révélaient infructueux.
- Jax ?
Tout à sa contemplation de l’écran figé, Jax n’avait même pas entendu que Maika était rentrée et il sursauta en l’entendant l’interpeler. D’un geste vif, l’ancien homme de main coupa l’appareil après avoir éjecté la carte mémoire et rangea l’ordinateur à sa place habituelle, dans le premier tiroir d’un meuble. Heureusement qu’elle l’avait interrompu, songea-t-il en émettant un grognement inintelligible pour signaler qu’il était dans la cuisine, sinon combien d’heures aurait-il encore passées à fixer cet écran, sourd aux battements fous de son cœur, insensible à la douleur qui s’y insinuait, obnubilé par une quête qu’il savait vaine et pathétique : si Bran voulait rester introuvable, rien de ce qu’il ferait ne lui permettrait de le localiser. Sa plus petite chance aurait été de contacter d’anciens complices mais il avait lâché cette vie-là et il doutait fortement qu’ils trahissent l’un des leurs pour quelqu’un qui était sorti de l’ombre et menait une vie officielle, allant jusqu’à résider dans l’un des immeubles mis à disposition des employés.
- J’ai quelque chose à t’imposer, s’exclama encore Maika et, fronçant légèrement les sourcils, intrigué, Jax émergea de la cuisine pour se trouver dans le couloir étroit qui menait au hall.
Il y trouva son épouse, accompagnée d’un animal à quatre pattes et il s’approcha alors qu’elle déclarait qu’il pouvait choisir son nom. Il se souvint alors qu’elle lui avait envoyé un message pour lui dire qu’elle voulait lui parler – la raison principale de la présence de Jax dans l’appartement, si tôt comparé à son horaire habituel – et en conclut donc que la raison de cette annonce mystérieuse se trouvait là, la langue pendante, à le regarder comme seul un chien peut le faire : avec une lueur amicale, bienveillante, pleine de confiance, dans le regard. Un vague souvenir lui envahit l’esprit : celui du (seul) chien qu’il avait possédé, un bâtard que sa sœur avait ramené, quand elle avait neuf ou dix ans, et donc lui dix-huit ou dix-neuf. La bestiole n’était pas restée sous leur toit bien longtemps : un jour, elle s’était enfuie et n’était pas revenue, laissant Skylar en pleurs et Jax déçu. Mais c’était mieux ainsi : s’il était resté, le chien aurait été un jour ou l’autre dans le collimateur de son père et, ce jour-là, Jax n’aurait pas donné cher de sa peau.
- Tu ne penses pas qu’il va être malheureux, dans un appartement aussi petit ? demanda Jax, sceptique.
Bien sûr, il suffirait d’aller le promener, Pairidaeza offrant un cadre idyllique aux ballades, avec sa verdure et ses chemins bien entretenus. Mais Jax avait des horaires changeants, il ne savait jamais longtemps à l’avance s’il serait du matin ou du soir – voire de la nuit – et Maika avait son boulot de vétérinaire. C’était cependant la première fois qu’elle ramenait un animal chez eux et il ne craignait aucunement qu’elle se mette à faire de leurs quelques pièces une ménagerie infernale.
- Où l’as-tu trouvé ?
La question qu’il sous-entendait, c’était plutôt : t’es sûre qu’il n’a pas déjà des maitres ? Mais elle aurait été stupide puisqu’à l’évidence, Maika n’aurait pas ramené un chien qui appartenait à quelqu’un d’autre.

________________


Like the waves roll with the moon, did we rise and fall too soon? It’s been so long, I can't remember. If I could walk between the stars or be given one more chance, I know which I'd surrender just to build a bridge back to your heart.

Revenir en haut Aller en bas

Maika Wright
MAIKA BEAUCHAMP

avatar

CRÉDITS : Lux Aeterna ■ mssmartian

INSCRIT LE : 01/08/2017
MESSAGES POSTÉS : 212


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP:

MessageSujet: Re: Who Let the Dogs Out? ■ Jax   Lun 19 Mar 2018 - 3:09

Maika est une grande habituée des animaux, pas seulement parce qu'elle est vétérinaire, car d'aussi loin qu'elle se souvienne, il y a toujours eu un animal dans la maison de chez ses parents. Le chiot ne va donc pas être le premier animal dont elle va s'occuper. Un aussi jeune oui, mais cela ne lui fait pas très peur. Elle sait tout ce qu'il faut faire et au pire, elle a des collègues qui vont sûrement pouvoir répondre à ses questions et il y a toujours le net. Elle n'est pas isolée à ce sujet. Ce n'est pas sur ce sujet qu'elle s'inquiète, la réaction que Jax pourrait avoir si. Ils n'ont jamais parlé d'avoir un animal, et là, elle en amène un, ce qui va amener quelques changements dans leur rythme de vie, ou tout du moins dans le sien.
La réaction que son mari est... étonnante, déconcertante. Ce n'est pas un non. C'est déjà ça. À moins que cela en soit un posé de manière indirecte : je m'inquiète pour lui, mais en fait je fais juste trouver des excuses. Elle va bien voir d'ici les prochaines minutes. Elle sait très bien qu'ils ont loin d'avoir l'appartement idéal pour un animal, surtout qu'il va grandir et prendre beaucoup plus de place. Elle est prête à s'en occuper seule si jamais son mari ne veut pas le faire, mais qu'il accepte sa présence. Elle l'impose, il peut accepter sans vouloir en faire plus. Ce n'est pas un non, mais elle espérait plus de réaction de sa part, négative ou positive. Là, elle ne sait pas quoi penser de sa question. – Je sais... mais je pouvais pas le laisser aller dans un refuge. qu'elle lui répond. Il est vrai qu'elle n'a pas pensé au détail de la place qu'ils ont lorsqu'elle a décidé de le prendre avec elle. Elle a eu tout le loisir de le faire dans l'autobus. Elle se demande toujours ce qui lui a pris, mais elle ne le regrette pas. Elle espère ne pas avoir à le faire par la suite.
Il pose ensuite une deuxième question qui est loin de l'aider à se situer face à ce qu'il éprouve envers l'idée d'avoir un animal de compagnie. – À la clinique, il était pour une épine dans la patte... ses maitres sont jamais venus le rechercher. Ils ont même déménagés, un collègue a vérifié. Il est en santé et personne ne veut de lui (bien que ce soit impossible à croire, à moins qu'elle soit trop sous le charme du chiot pour voir clairement... tout comme ses collègues, le jeune animal étant devenu très populaire). – On peut pas avoir plus gros ? Après tout, c'est peut-être possible. Elle n'en sait rien. – Avec l'ancienneté ? qu'elle rajoute. Cela fait plus longtemps qu'il travaille pour eux que lorsqu'ils se sont mariés, il a peut-être le droit à plus grand. Si elle ne pose pas la question, elle ne pourra pas le savoir.
Elle caresse le jeune chien, le calmant puisqu'il est dans un nouvel environnement. Elle sait qu'il veut aller mettre son nez partout, mais pas tout de suite. Il y a quelques détails à régler avant. – Tu veux le nommer ? Après tout, c'est ce qu'elle lui a proposé pour accepter qu'il soit ici. Il se nomme Fido, rien de très original. Il est jeune, alors elle ne pense pas qu'il puisse avoir du mal à s'habituer à un autre. Cela fait beaucoup de question, elle s'en rend compte, sauf qu'elle trouve qu'elles sont plutôt importants. Ils vont peut-être franchir un nouveau cap dans leur relation, totalement improvisé, alors ils doivent être au même niveau. Ou essayer.
Elle se penche, prend le chiot dans ses bras et l'amène vers Jax pour qu'ils puissent tous deux s'habituer l'un à l'autre. – Ça te dérange à quel point ? Une autre question, mais elle est assez pertinente celle-ci. Elle aurait dû commencer par elle en réalité. Il n'a rien dit contre, mais n'a rien dit pour non plus. Elle sait bien qu'elle a parlé de le lui imposer, mais s'il déteste cette idée, elle préfère aller le porter au refuge pour qu'il soit adopté par quelqu'un le voulant vraiment, que de se rendre compte qu'il met mal à l'aise Jax et que ce dernier ne se mette à le détester. Elle ne voit pas trop comment cela pourrait être possible, mais des personnes viennent juste d'abandonner un chiot alors... cela va être difficile pour elle, elle s'est attachée à lui en quelques jours. Sauf que si c'est pour son mieux, elle va devoir s'en séparer. En le lui tendant, elle espère qu'après deux trois coups de langue, il va l'adopter.

________________

    Sauvez un castor, mangez un bûcheron
Revenir en haut Aller en bas

Jax Beauchamp

avatar

CRÉDITS : mélopée, twistyrain, unknown

INSCRIT LE : 23/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 530


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: ✗✗ / ✗✗ (brandon x3, maika)

MessageSujet: Re: Who Let the Dogs Out? ■ Jax   Sam 31 Mar 2018 - 22:43

Jax ne savait pas du tout comment réagir. Il était évidemment incapable de démontrer le moindre enthousiasme – en avait-il seulement un jour fait une esquisse ? – mais il ne pouvait pas non plus se résoudre à rabrouer Maika à propos de cette visite impromptue. Y avait-il un message derrière cette surprise ? Lui signifiait-elle par là qu’elle se lassait de leur vie à deux, qu’elle avait besoin d’un compagnon supplémentaire parce qu’il n’était pas idéal, dans son genre ? Mais Jax savait très bien ce qu’il faisait : il projetait sur leur duo insolite des problèmes inexistants et ce dans un seul et unique but qui ne mènerait à rien. Il se voilait la face en cherchant la petite bête, en essayant d’interpréter une décision que son épouse avait certainement prise sans arrière-pensée, juste parce qu’elle songeait au bien-être du chiot qu’elle caressait affectueusement. Ses réserves, Jax savait aussi qu’elles étaient ridicules, que la bestiole ne serait pas malheureuse, même s’ils vivaient dans un cagibi, tout simplement parce qu’il aurait Maika pour maitresse, et que la jeune femme avait un don pour répandre lumière et sérénité autour d’elle. N’était-ce pas précisément ce qu’elle avait fait avec lui, vieil ours mal léché au cœur brisé, qui tatouait sa peau en pensant à un autre le jour où il l’avait rencontrée ?
Le garde du corps émit un grondement indécis lorsque Maika lui répondit qu’elle ne pouvait pas le laisser aller dans un refuge et un sourire indéchiffrable lui écorcha les lèvres. C’était bien elle, ça, le cœur sur la main, quand lui n’était qu’un rustre qui cherchait les ennuis avant même qu’ils n’apparaissent. Pourquoi s’inquiétait-il de ce qui pourrait manquer au chiot au lieu de se concentrer sur ce qu’ils avaient à lui offrir, au contraire ? Était-il préférable d’envisager l’abandon plutôt qu’un appartement un peu trop réduit ? Après, qu’est-ce que cela changerait ? Un panier pour le chien, ça se mettait dans un coin, ça ne prenait pas vraiment de place. L’espace qu’il prendrait, l’animal, ce serait dans le cœur de Maika, et avait-il seulement le droit de s’y opposer ? Il n’en avait de toute façon pas envie, en réalité. Il ne voulait pas être le grincheux de l’histoire, il ne voulait pas priver sa jeune épouse d’un bonheur aussi innocent que celui-là. L’allégation de Maika, selon laquelle les maitres seraient partis sans même revenir rechercher leur chien, lui fit froncer les sourcils. Quelle espèce d’être humain fallait-il être pour avoir cette lâcheté-là ? A moins qu’il y ait une raison sous-jacente, qui se laisserait deviner avec le temps :
- Tu es sûre que ça n’était pas une excuse ? Qu’ils ne l’ont pas abandonné pour une autre raison ? Peut-être qu’il a mordu quelqu’un ?
L’animal pencha la tête, arborant une expression presque comique, comme s’il percevait l’allusion et qu’il la trouvait saugrenue, l’air de dire vraiment ? c’est tout ce que tu as trouvé ? Et, effectivement, c’était tout ce qu’il avait trouvé pour émettre une réserve supplémentaire quand le chien ne dégageait aucune menace.
- Plus gros ? répéta Jax d’un air perplexe avant de comprendre qu’elle en avait après l’appartement, et une ombre lui traversa le visage à l’idée de demander un nouveau logement. Je préfère encore chercher ailleurs, dit-il sans réfléchir.
Il fallait dire que depuis le retour de Bran, son emploi lui pesait bien plus qu’auparavant. Il savait que c’était ridicule, que strictement rien n’avait changé si ce n’est la réapparition du fantôme qui pouvait se volatiliser à nouveau (si ça n’était pas déjà fait). Il basait son existence sur un élément fluctuant, qui lui échappait complètement. Il ne pouvait pas mettre sa vie sens dessus dessous alors que rien ne lui indiquait que Bran comptait rester. Et puis Maika ne méritait pas ce chambardement. N’avait-elle pas déjà assez dû composer avec son mari ombrageux et secret ? Elle lui avait pardonné – du moins l’espérait-il – son mutisme sur sa vie d’avant, qu’il aurait dû lui divulguer avant de l’embarquer dans ce mariage factice. Alors ne pouvait-il pas concédé quelque chose en contrepartie ?
- Pourquoi ne lui trouves-tu pas un nom, toi ? Je n’ai pas beaucoup d’imagination pour ces choses-là…
Ni pour aucune autre, se retint-il d’ajouter. Et puis, elle l’avait adopté, Jax ne doutait pas qu’un lien indestructible s’était déjà tissé entre l’animal et Maika. Alors il valait mieux qu’elle le baptise pour ouvrir ce nouveau chapitre. Il laissa Maika s’approcher, le chiot lové dans ses bras, et Jax tendit prudemment la main. L’animal avança le nez, flaira les doigts offerts et donna un petit coup de langue amical qui extorqua un sourire au garde du corps. Absorbé à la découverte de leur nouveau compagnon à quatre pattes, Jax fut décontenancé par la question franche de Maika et il lui adressa un regard légèrement hébété.
- Ça ne me dérange pas, se défendit-il, conscient qu’il devait manquer de conviction.
Mais Maika ne le connaissait-elle pas ? Ne savait-elle pas, à présent, qu’il n’était pas très démonstratif, peu importe les circonstances ? Jax se dissimulait derrière son mutisme, derrière son visage impassible. C’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour se protéger des aléas de la vie et si ça n’était pas le meilleur, c’était celui qu’il maitrisait le mieux.
- Je ne m’y attendais pas, c’est tout.
Il gratta le crâne du chiot et émit un long soupir, comme s’il replongeait dans un passé lointain qu’il ne tenait pas à remuer.
- Et je n’ai jamais vraiment eu d’animal de compagnie, avoua-t-il d’une voix basse. C’est neuf, pour moi.
Mais ça ne le dérangeait pas, non. Il n’avait jamais été dérangé par quoi que ce soit dès qu’il était question de Maika. Il savait sa chance de l’avoir rencontrée, d’avoir pu construire cette relation atypique qui était la leur. Alors, si elle voulait adopter un chiot, pourquoi l’en empêcherait-il ?

________________


Like the waves roll with the moon, did we rise and fall too soon? It’s been so long, I can't remember. If I could walk between the stars or be given one more chance, I know which I'd surrender just to build a bridge back to your heart.

Revenir en haut Aller en bas

Maika Wright
MAIKA BEAUCHAMP

avatar

CRÉDITS : Lux Aeterna ■ mssmartian

INSCRIT LE : 01/08/2017
MESSAGES POSTÉS : 212


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP:

MessageSujet: Re: Who Let the Dogs Out? ■ Jax   Sam 14 Avr 2018 - 3:46

Une sorte de grondement sort d'entre les lèvres de Jax, ce qui n'est pas très bon signe. Par contre, ce qu'il fait ensuite indique le contraire. Il sourit. Un sourire qui n'est pas très souriant, il ne gagnerait pas un concours de sourire, mais ce n'est pas grave. Elle prend cela de manière positive : c'est un bon signe, il ne sourit pas souvent, il ne le ferait pas sans raison. À son froncement de sourcils, elle voit que lui aussi trouve cela bizarre que les anciens maitres du chiot l'aillent abandonné. Par contre, ce qu'il dit pour expliquer cela ne tient pas la route. – Il s'est montré agressif avec personne durant tout le temps qu'on l'a eu. Certes, ça ne veut rien dire, mais elle est confiante.
Elle hoche ensuite la tête, plus gros oui. « Ça me va. » Plus gros ailleurs, cela lui va. Pas seulement à cause de l'autre sujet qu'elle doit aborder, ni seulement à cause du nouvel arrivé dans leur couple, mais parce que cela ferait changement, que plus grand ne ferait pas de mal avec la taille de leur appartement qu'ils ont. Elle ne peut pas ignorer cette entrée, elle va la garder pour plus tard. Elle préfère terminer de parler de Jazz avant de commencer à parler de l'autre. Autant éviter de s'éparpiller et elle doit toujours essayer de trouver une bonne manière de l'amener... bien qu'elle doute qu'il y ait une bonne manière de pouvoir amener ce sujet.
Il ne veut pas nommer le chiot, alors elle n'insiste pas. Même si elle le lui a offert, elle avait, naturellement, déjà pensé à un autre nom. Elle se serait fait à celui qu'il aurait choisi, mais elle est tout de même contente de pouvoir le faire. – Lwa alors. le nomme-t-elle. – Ça te plait ? demande-t-elle au chiot, le caressant, tout en prenant une voix plus aiguë sans y penser. Elle n'a jamais été très vaudou, connait les bases, mais elle respecte cette croyance tout de même. Tant qu'à savoir si nommer un chien comme les esprits est une bonne idée ou non, elle va le découvrir.
Heureusement, la première rencontre avec Lwa et Jax se passent bien, il fait même sourire ce dernier. C'est un point pour l'animal. Encore une fois, son mari ne démontre pas beaucoup ce qu'il pense vraiment. Elle espère qu'un jour cela va s'arranger, au moins avec elle. Il doit doit confirmer qu'il n'a rien contre le fait d'avoir un animal de compagnie imposé. Elle hoche la tête ; elle ne s'y attendait pas non plus. – T'avais jamais eu de femme avant et c'est pas si pire, non ? Elle lui fait ensuite un clin d'œil, elle se moque de lui.
Bref, une chose qui se passe bien... la deuxième à présent. Celle dont elle ne sait toujours pas si c'est une bonne idée ou non. – J'pense qu'on devrait vraiment déménager. reprend-elle le sujet. Elle prend une grande inspiration alors que son air se fait grave. – J'l'ai trouvé endormi dans notre lit en rentrant de travailler une fois. Il est entré... je sais pas comment... Pas besoin de dire qui est ce -l'ai- et ce -Il-, elle pointe le tatouage de leur rencontre. – Il y a quelques jours. qu'elle rajoute. – Je savais pas si je devais t'en parler ou pas, j'ai dû y penser. Parce qu'elle lui a promis de l'aider, de le protéger en rapport avec ce -lui-. Elle l'a fait au final, c'est le plus important, non ?
Elle serre ses lèvres l'une contre l'autre, elle attend. Elle ne sait pas comment il va réagir, elle ne sait pas à quoi s'attendre. Va-t-il se mettre à courir vers la porte en criant le nom du Petit Con ? Elle ne le pense pas, bien que cela serait très drôle. Va-t-il mal le prendre parce qu'elle le lui a dit ? Va-t-il mal le prendre car elle ne lui a pas dit tout de suite ?

________________

    Sauvez un castor, mangez un bûcheron
Revenir en haut Aller en bas

Jax Beauchamp

avatar

CRÉDITS : mélopée, twistyrain, unknown

INSCRIT LE : 23/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 530


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: ✗✗ / ✗✗ (brandon x3, maika)

MessageSujet: Re: Who Let the Dogs Out? ■ Jax   Dim 10 Juin 2018 - 16:29

Parfois, Jax aurait bien aimé demander à Maika ce qu’elle faisait encore avec lui. La rendait-il seulement heureuse ? Il n’avait jamais su comment s’y prendre avec les autres et avait été lui-même surpris d’accepter cette situation un peu étrange où un homosexuel confirmé et une asexuelle affirmée formaient un couple, un vrai aux yeux de la société, quand bien même il était complètement faux, vu de l’intérieur. Mais l’était-il vraiment ? N’étaient-ils pas plus véritablement mariés que certains couples qui s’étaient unis parce qu’ils se croyaient amoureux ? Au moins ils ne s’entredéchiraient pas, ils vivaient dans leur équilibre relatif, ensemble sans l’être totalement, vivant chacun leur vie sans oublier qu’il y avait l’autre qui attendait à l’appartement. Ils n’avaient même pas eu besoin d’établir une sorte de charte, les règles de leur mariage incongru étaient tacites mais comprises de l’un et de l’autre. Toutefois, Jax savait qu’il était parti du principe qu’il ne reverrait jamais Bran et que si un nouvel élément devait ébranler leur fragile équation, il viendrait du côté de Maika, lorsqu’elle rencontrerait quelqu’un qu’elle souhaitait vraiment épouser, parce qu’elle l’aimait et non parce que cela l’arrangeait. Or, depuis que Bran avait fait sa réapparition, Jax le sentait bien : il ne savait plus comment concevoir son union factice avec la jeune femme. Il ne voulait pas casser leurs habitudes, il tenait à elle et à ce qu’ils partageaient et, en même temps, comment pouvait-il faire abstraction de la présence de son amant d’autrefois, son amour de toujours ?
- D’accord, répondit-il lorsqu’elle lui assura qu’il n’avait pas montré le moindre signe d’agressivité.
Qu’aurait-il pu dire d’autres ? Il ne pouvait que la croire, surtout quand le chien le contemplait avec une telle joie de vivre, une joie que Jax aurait bien aimé ressentir, éprouver, même un tout petit peu.
Il contempla son épouse lorsqu’elle déclara que cela lui allait, de déménager et il réalisa que, bizarrement, cela lui allait aussi. Non pas qu’il ait réellement besoin de changement mais ces murs devenaient étriqués, ils lui rappelaient bien trop son emploi et toutes les incertitudes qui y étaient liées – et qui s’étaient accrues depuis que Brandon Rose avait refait surface.
Lwa alors. Ça te plait ?
- Lwa ? répéta Jax, comme pour vérifier qu’il le disait correctement. Ça veut dire quelque chose ?
Il ne voyait pas pourquoi cela devrait signifier quoi que ce soit mais avait pourtant la sensation que ce nom n’avait pas été choisi au hasard. La réponse de Maika le laissa coi puis, en y songeant, il vit la sagesse de sa remarque et il émit un rire qui oscillait entre grognement et ronronnement.
- En effet… Je ne suis pas mal tombé en ce qui concerne ma femme… concéda-t-il, esquissant un geste qui ne lui ressemblait pas vraiment en posant brièvement la main sur la joue de Maika.
Et elle ? N’aurait-elle pas pu écoper d’un spécimen moins taciturne, moins secret ? A n’en pas douter, il devait y avoir d’autres hommes qui auraient accepté ce partenariat hors norme. Mais c’était sur lui qu’elle avait jeté son dévolu, d’une certaine façon et, Jax le savait, il lui en serait éternellement reconnaissant. Elle l’avait accepté au moment où il était le plus malheureux, instillant une lueur d’espoir dans son quotidien bien morne. Et si elle n’avait pas eu le pouvoir d’effacer l’amour écorché qui lacérait Jax, il n’en restait pas moins que les jours s’égrenaient plus agréablement à ses côtés que seul. Pourtant, il ne pouvait s’empêcher d’y songer, alors qu’il les contemplait, elle et Lwa : s’il n’y avait pas eu ce mariage, n’aurait-il pas replongé corps et âme dans les bras de Bran ? Question absurde : s’il n’y était pas en premier lieu, c’était parce qu’il s’était défilé au moment où il aurait pu avoir tout ce qu’il voulait. Il ne faisait que récolter la monnaie de sa pièce.
- D’accord, répéta Jax en cessant de caresser la fourrure soyeuse du chiot, sans se douter de ce qui allait suivre, de ce qui initiait cette insistance à vouloir déménager.
Le cœur de Jax s’arrêta net. Maika n’avait même pas dû mentionner son prénom pour qu’il comprenne de qui elle parlait. Le corps du garde du corps se raidit, son regard se fit fuyant pendant quelques secondes, puis revint à Maika, qu’il dévisagea, essayant de deviner ce qu’elle ressentait exactement. En vain. Elle désigna son torse et il comprit sans mal ce qu’elle pointait, ce qui était invisible aux yeux de tous mais pas aux siens, parce qu’elle avait été là lorsqu’il avait gravé la rose dans sa chair. Déglutissant nerveusement, Jax acquiesça. Que dire ? Que faire ? Il se sentait paralysé, tout à coup, incapable de se décider.
- Que—qu’est-ce qu’il s’est passé ? Qu’est-ce qu’il a dit ? finit-il par demander, la voix rauque, teintée d’anxiété.
Le jugeait-elle ? Que pensait-elle, là, tout de suite ? Il la regardait et il ne savait pas comment elle voyait toute cette situation qui, une fois de plus, était sa faute et dont il devait subir les conséquences aujourd’hui.

________________


Like the waves roll with the moon, did we rise and fall too soon? It’s been so long, I can't remember. If I could walk between the stars or be given one more chance, I know which I'd surrender just to build a bridge back to your heart.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Who Let the Dogs Out? ■ Jax   

Revenir en haut Aller en bas
 
Who Let the Dogs Out? ■ Jax
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: Habitations-
Sauter vers: