Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar


Partagez | 
 

 Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tess Henney
TESS ARMITAGE

avatar

CRÉDITS : lux

INSCRIT LE : 12/04/2017
MESSAGES POSTÉS : 259


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (alexis, tc GLOW, adriel, owen, * / zephyr, spencer, *, *, *)

MessageSujet: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Ven 2 Fév 2018 - 22:15

Tout était encore nouveau pour Tess, un mélange d'excitation et d'inquiétude qui l'amenait parfois à s'enfermer dans sa chambre pendant des heures, le temps de se convaincre que tout était réel et n'allait pas éclater comme une bulle de savon. Voilà qu'elle était heureuse, tout simplement, loin de s'imaginer que cet état de grâce ne tiendrait même pas jusqu'à la fin de l'année scolaire. Comme à son habitude, elle n'avait pas vu l'intérêt de cacher à ses amis et désormais colocataires l'histoire de son enfance et des nombreuses déceptions qui l'avait émaillée. Elle ne cherchait pas à attirer leur pitié ou jouer le rôle de la petite fille malheureuse qu'elle avait pu être à un certain moment, mais n'avait jamais vu non plus l'interetde leur cacher quoi que ce soit. Si elle avait pu avoir honte d'avoir été abandonnée par ses parents à un moment donné, elle avait fini par comprendre qu'elle n'avait pas à s'en sentir coupable et avait préféré embrasser la chance que les Armitage lui avait offerte. C'étaient eux ses parents, ceux qui lui avaient offert sa chance et leur amour, aller chercher plus loin n'en valait pas la peine et c'était le coeur lourd qu'elle avait quitté leur domicile pour aller vivre sa vie avec ceux qui allaient désormais être sa nouvelle famille. Elle avait hésité avant de céder, pour toutes sortes de raisons qui lui apparaissaient comme autant de tentatives de fuites, mais ne regrettait pas. C'était bizarre pour elle d'être entourée de gens si différents, si sûrs d'eux et de leurs choix là où elle avait souvent l'impression de n'être encore qu'une gamine. En dehors de son passé d'orpheline, Tess se trouvait des plus banales en leur compagnie, une fille sans histoires et sans problèmes, probablement sans grand intérêt à leurs yeux. Pour une raison qui lui échappait, pourtant, elle faisait partie de leur bande. Même si elle refusait la plupart de leurs propositions et était d'un raisonnable terriblement ennuyeux, ils continuaient à lui garder une place et à la tirer dans leur sillage. Tess aimait bien leur entêtement à son égard, suffisamment en tout cas pour finir par céder dès qu'ils se montraient trop pressants. Qu'importe si elle avait ensuite l'impression de faire tapisserie en attendant qu'ils se décident à rentrer et lui glissent les clés de voiture pour s'écrouler à l'arrière, elle aimait se rendre utile pour eux. Et puis, même sans vraiment s'amuser, elle savait qu'il n'y avait pas de quoi se plaindre. Elle n'était pas ingrate, elle n'en aurait pas eu l'idée, et laissa les habitudes s'installer sans même s'en rendre compte, jusqu'à cette fameuse colocation que ses parents avaient tout de suite approuvée lorsqu'elle leur en avait parlé. Elle avait bien eu quelques doutes qu'ils avaient balayés suffisamment vite pour l'empêcher d'en retenir les arguments, et elle s'etait retrouvée à vivre au sein d'un nouveau groupe, là où sa place n'avait cependant pas évoluée. Elle était toujours Tess, la même Tess, et elle espérait que ça suffirait à ce qu'ils continuent à l'accepter à leurs côtés.

Comme à son habitude, elle quitta seule le dernier cours de la journée et rentra en bus. Comme à son habitude, elle s'attendait à se retrouver ensuite seule à l'appart où elle travaillerait tranquillement avant que les différentes pièces ne se remplissent et s'agitent. Elle posa son sac et ses affaires à côté de l'entrée, mis de l'eau à chauffer puis alla se changer. Elle émergea de sa chambre à temps pour achever la préparation de son chocolat chaud traditionnel après une longue journée de cours et s'affaira en cuisine sans se rendre compte de l'autre présence qui hantait les lieux. Tess n'était encore jamais devenue méfiante alors que tant de signaux auraient dû l'y pousser. A force, elle s'en voudrait d'encore et toujours commettre les mêmes erreurs, d'année en année et d'd'histoire foireuse en histoire foireuse. Pour autant, c'était elle qui, dès le départ, avait choisi de fermer les yeux sur ce qu'elle préférait ne pas voir.

________________

Sucker love who's known to swing, prone to cling and waste these things ; Pucker up for heaven's sake, there's never been so much at stake  (Placebo)
Revenir en haut Aller en bas

Oscar Kidd

avatar

CRÉDITS : balaclava

INSCRIT LE : 27/12/2016
MESSAGES POSTÉS : 270


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: (off) ned // harlow, tc, tess

MessageSujet: Re: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Dim 11 Fév 2018 - 14:55

Loin d'aiguiser ses griffes contre le sol, le prédateur observe pas moins et patiente en silence pour l'opportunité parfaite de sauter sur sa proie. Avec une lueur malicieuse à l'œil, planqué derrière la porte entrouverte de sa chambre, il a entendu puis entraperçu celle sur qui il a jeté son dévolu faire son entrée dans l'appartement : sa nouvelle colocataire. Ou, en l'occurrence, leur nouvelle colocataire, puisqu'il ne sont pas moins que quatre ou cinq à cohabiter entre ses murs – il ne sait plus exactement, ou presque. A cet instant en tout cas, et même depuis plusieurs jours, il n'en a plus que pour cette nouvelle colocataire, et ce serait mal le connaître que de présumer que l'intérêt du jeune homme pour cette dernière ne tient qu'à son sexe, lorsqu'elle aurait tout aussi bien pu être un homme qu'elle aurait tout autant attiré son attention. En effet, ce qui l'interpelle à son sujet tient à la personnalité qu'elle laisse entrevoir depuis son arrivée : timorée, bienveillante, serviable... soit autant de traits de caractère qui ne sont que des invitations alléchantes pour l'espiègle provocateur ! Evidemment, le perturbateur ne tient pas à ce que ses intentions soient démasquées d'entrée de jeu, et il joue en retour la carte de la sympathie pour mieux la titiller de façon détournée. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, il prévoie de se montrer plus audacieux et va jouer un mauvais tour à sa chère Tess Armitage sans même que celui-ci ait des allures malintentionnées ! Car quel est le mal pour un locataire à ne pas s'embarrasser de vêtements dans son espace privé ? Jusqu'à présent, il s'était abstenu de cette tentation, mais puisqu'il sait qu'ils ont l'appartement à eux tous seuls pour quelques heures au moins, il peut bien s'octroyer le plaisir de cette excentricité... et c'est donc nu comme un ver qu'il finit par la trouver dans la cuisine et l'interpelle aussitôt.
- Hey roomie ! Je ne t'avais pas entendu rentrer, plus discrète encore qu'une petite souris ! C'est que tu voulais passer inaperçue ? T'as peut-être besoin d'un peu de temps solo, t'as qu'à me le dire et je me ferais discret, parole de scout ! Autant dire que cette parole ne serait que du vent à cet instant, comme en tout temps, quand il n'a très certainement pas l'envie de la laisser tranquille. Il a même en tête plutôt l'inverse : il veut tester les limites de ses qualités, de sa gentillesse et de sa patience, et pour ça il faut qu'il l'assaille constamment de sa compagnie jusqu'à la faire craquer. Parce qu'elle va certainement finir par craquer, n'est-ce-pas ? Elle n'a quand même pas une tolérance à toutes épreuves, si ? Le bougre compte bien, en tout cas, tout mettre en œuvre pour faire rougir l'ingénue un nombre incalculable de fois, il n'aura aucun scrupule à mettre mal à l'aise sa pudeur tout en jouant l'innocent, et il compte bien ne pas s'arrêter là. Bien sûr, Oscar ne veut pas pour autant lui donner aussitôt l'envie de prendre ses jambes à son cou, pas lorsqu'elle promet d'être une si grande distraction pour déjouer la menace qu'a toujours été l'ennui, et elle ne trouvera ainsi aucune trace de malice trahit par son visage alors qu'il ne lui laisse pas le temps de réagir pour déjà se ré-accaparer le temps de parole. Oh mais je peux te demander un petit coup de main avant ça ? Et en l'occurrence, le lascar n'a aucune perspective salace en tête pour ce coup de main, mais plutôt l'embarras d'une proximité combinée à la nudité qu'il veut imposer à une demoiselle certainement trop serviable pour lui refuser son aide. Il ne tarde dès lors pas à la rejoindre, sans sembler réaliser ou s'embarrasser un seul instant d'être à nu, et s'accroupit au pied d'un meuble avant de l'agripper à deux mains et de soulever le mastodonte de quelques millimètres. J'ai une pièce qui a filé là-dessous tout à l'heure (ou possiblement qu'il a sciemment envoyer se perdre sous le meuble), impossible de la récupérer à coup de paille (non pas qu'il ait essayé), mais t'as les mains plus fines, peut-être que t'arriverais à te glisser là-dessous toi ? Oui, qu'elle se rapproche donc, il veut regarder d'un peu plus près si la nonchalance du nudiste a le don de la troubler. Et, au cas où, pour ne pas lui laisser le temps de réfléchir et se défiler... Vite, c'est lourd !

________________
anger and agony are better than misery
Revenir en haut Aller en bas
 
Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: REALITY #2 (REFLEXION) :: THE GOOD OLD DAYS-
Sauter vers: