Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar


Partagez | 
 

 Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tess Henney
TESS ARMITAGE

avatar

CRÉDITS : lux

INSCRIT LE : 12/04/2017
MESSAGES POSTÉS : 330


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (alexis, tc GLOW, adriel, owen, * / zephyr, spencer, *, *, *)

MessageSujet: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Ven 2 Fév 2018 - 22:15

Tout était encore nouveau pour Tess, un mélange d'excitation et d'inquiétude qui l'amenait parfois à s'enfermer dans sa chambre pendant des heures, le temps de se convaincre que tout était réel et n'allait pas éclater comme une bulle de savon. Voilà qu'elle était heureuse, tout simplement, loin de s'imaginer que cet état de grâce ne tiendrait même pas jusqu'à la fin de l'année scolaire. Comme à son habitude, elle n'avait pas vu l'intérêt de cacher à ses amis et désormais colocataires l'histoire de son enfance et des nombreuses déceptions qui l'avait émaillée. Elle ne cherchait pas à attirer leur pitié ou jouer le rôle de la petite fille malheureuse qu'elle avait pu être à un certain moment, mais n'avait jamais vu non plus l'interetde leur cacher quoi que ce soit. Si elle avait pu avoir honte d'avoir été abandonnée par ses parents à un moment donné, elle avait fini par comprendre qu'elle n'avait pas à s'en sentir coupable et avait préféré embrasser la chance que les Armitage lui avait offerte. C'étaient eux ses parents, ceux qui lui avaient offert sa chance et leur amour, aller chercher plus loin n'en valait pas la peine et c'était le coeur lourd qu'elle avait quitté leur domicile pour aller vivre sa vie avec ceux qui allaient désormais être sa nouvelle famille. Elle avait hésité avant de céder, pour toutes sortes de raisons qui lui apparaissaient comme autant de tentatives de fuites, mais ne regrettait pas. C'était bizarre pour elle d'être entourée de gens si différents, si sûrs d'eux et de leurs choix là où elle avait souvent l'impression de n'être encore qu'une gamine. En dehors de son passé d'orpheline, Tess se trouvait des plus banales en leur compagnie, une fille sans histoires et sans problèmes, probablement sans grand intérêt à leurs yeux. Pour une raison qui lui échappait, pourtant, elle faisait partie de leur bande. Même si elle refusait la plupart de leurs propositions et était d'un raisonnable terriblement ennuyeux, ils continuaient à lui garder une place et à la tirer dans leur sillage. Tess aimait bien leur entêtement à son égard, suffisamment en tout cas pour finir par céder dès qu'ils se montraient trop pressants. Qu'importe si elle avait ensuite l'impression de faire tapisserie en attendant qu'ils se décident à rentrer et lui glissent les clés de voiture pour s'écrouler à l'arrière, elle aimait se rendre utile pour eux. Et puis, même sans vraiment s'amuser, elle savait qu'il n'y avait pas de quoi se plaindre. Elle n'était pas ingrate, elle n'en aurait pas eu l'idée, et laissa les habitudes s'installer sans même s'en rendre compte, jusqu'à cette fameuse colocation que ses parents avaient tout de suite approuvée lorsqu'elle leur en avait parlé. Elle avait bien eu quelques doutes qu'ils avaient balayés suffisamment vite pour l'empêcher d'en retenir les arguments, et elle s'etait retrouvée à vivre au sein d'un nouveau groupe, là où sa place n'avait cependant pas évoluée. Elle était toujours Tess, la même Tess, et elle espérait que ça suffirait à ce qu'ils continuent à l'accepter à leurs côtés.

Comme à son habitude, elle quitta seule le dernier cours de la journée et rentra en bus. Comme à son habitude, elle s'attendait à se retrouver ensuite seule à l'appart où elle travaillerait tranquillement avant que les différentes pièces ne se remplissent et s'agitent. Elle posa son sac et ses affaires à côté de l'entrée, mis de l'eau à chauffer puis alla se changer. Elle émergea de sa chambre à temps pour achever la préparation de son chocolat chaud traditionnel après une longue journée de cours et s'affaira en cuisine sans se rendre compte de l'autre présence qui hantait les lieux. Tess n'était encore jamais devenue méfiante alors que tant de signaux auraient dû l'y pousser. A force, elle s'en voudrait d'encore et toujours commettre les mêmes erreurs, d'année en année et d'd'histoire foireuse en histoire foireuse. Pour autant, c'était elle qui, dès le départ, avait choisi de fermer les yeux sur ce qu'elle préférait ne pas voir.

________________

Sucker love who's known to swing, prone to cling and waste these things ; Pucker up for heaven's sake, there's never been so much at stake  (Placebo)
Revenir en haut Aller en bas

Oscar Kidd

avatar

CRÉDITS : balaclava

INSCRIT LE : 27/12/2016
MESSAGES POSTÉS : 377


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: ned // tess, tc

MessageSujet: Re: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Dim 11 Fév 2018 - 14:55

Loin d'aiguiser ses griffes contre le sol, le prédateur observe pas moins et patiente en silence pour l'opportunité parfaite de sauter sur sa proie. Avec une lueur malicieuse à l'œil, planqué derrière la porte entrouverte de sa chambre, il a entendu puis entraperçu celle sur qui il a jeté son dévolu faire son entrée dans l'appartement : sa nouvelle colocataire. Ou, en l'occurrence, leur nouvelle colocataire, puisqu'il ne sont pas moins que quatre ou cinq à cohabiter entre ses murs – il ne sait plus exactement, ou presque. A cet instant en tout cas, et même depuis plusieurs jours, il n'en a plus que pour cette nouvelle colocataire, et ce serait mal le connaître que de présumer que l'intérêt du jeune homme pour cette dernière ne tient qu'à son sexe, lorsqu'elle aurait tout aussi bien pu être un homme qu'elle aurait tout autant attiré son attention. En effet, ce qui l'interpelle à son sujet tient à la personnalité qu'elle laisse entrevoir depuis son arrivée : timorée, bienveillante, serviable... soit autant de traits de caractère qui ne sont que des invitations alléchantes pour l'espiègle provocateur ! Evidemment, le perturbateur ne tient pas à ce que ses intentions soient démasquées d'entrée de jeu, et il joue en retour la carte de la sympathie pour mieux la titiller de façon détournée. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, il prévoie de se montrer plus audacieux et va jouer un mauvais tour à sa chère Tess Armitage sans même que celui-ci ait des allures malintentionnées ! Car quel est le mal pour un locataire à ne pas s'embarrasser de vêtements dans son espace privé ? Jusqu'à présent, il s'était abstenu de cette tentation, mais puisqu'il sait qu'ils ont l'appartement à eux tous seuls pour quelques heures au moins, il peut bien s'octroyer le plaisir de cette excentricité... et c'est donc nu comme un ver qu'il finit par la trouver dans la cuisine et l'interpelle aussitôt.
- Hey roomie ! Je ne t'avais pas entendu rentrer, plus discrète encore qu'une petite souris ! C'est que tu voulais passer inaperçue ? T'as peut-être besoin d'un peu de temps solo, t'as qu'à me le dire et je me ferais discret, parole de scout ! Autant dire que cette parole ne serait que du vent à cet instant, comme en tout temps, quand il n'a très certainement pas l'envie de la laisser tranquille. Il a même en tête plutôt l'inverse : il veut tester les limites de ses qualités, de sa gentillesse et de sa patience, et pour ça il faut qu'il l'assaille constamment de sa compagnie jusqu'à la faire craquer. Parce qu'elle va certainement finir par craquer, n'est-ce-pas ? Elle n'a quand même pas une tolérance à toutes épreuves, si ? Le bougre compte bien, en tout cas, tout mettre en œuvre pour faire rougir l'ingénue un nombre incalculable de fois, il n'aura aucun scrupule à mettre mal à l'aise sa pudeur tout en jouant l'innocent, et il compte bien ne pas s'arrêter là. Bien sûr, Oscar ne veut pas pour autant lui donner aussitôt l'envie de prendre ses jambes à son cou, pas lorsqu'elle promet d'être une si grande distraction pour déjouer la menace qu'a toujours été l'ennui, et elle ne trouvera ainsi aucune trace de malice trahit par son visage alors qu'il ne lui laisse pas le temps de réagir pour déjà se ré-accaparer le temps de parole. Oh mais je peux te demander un petit coup de main avant ça ? Et en l'occurrence, le lascar n'a aucune perspective salace en tête pour ce coup de main, mais plutôt l'embarras d'une proximité combinée à la nudité qu'il veut imposer à une demoiselle certainement trop serviable pour lui refuser son aide. Il ne tarde dès lors pas à la rejoindre, sans sembler réaliser ou s'embarrasser un seul instant d'être à nu, et s'accroupit au pied d'un meuble avant de l'agripper à deux mains et de soulever le mastodonte de quelques millimètres. J'ai une pièce qui a filé là-dessous tout à l'heure (ou possiblement qu'il a sciemment envoyer se perdre sous le meuble), impossible de la récupérer à coup de paille (non pas qu'il ait essayé), mais t'as les mains plus fines, peut-être que t'arriverais à te glisser là-dessous toi ? Oui, qu'elle se rapproche donc, il veut regarder d'un peu plus près si la nonchalance du nudiste a le don de la troubler. Et, au cas où, pour ne pas lui laisser le temps de réfléchir et se défiler... Vite, c'est lourd !

________________
what's the good of being good ?
Revenir en haut Aller en bas

Tess Henney
TESS ARMITAGE

avatar

CRÉDITS : lux

INSCRIT LE : 12/04/2017
MESSAGES POSTÉS : 330


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (alexis, tc GLOW, adriel, owen, * / zephyr, spencer, *, *, *)

MessageSujet: Re: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Dim 25 Fév 2018 - 19:03

L'extravagance n'avait jamais été le fort de Tess qui, sans admirer ceux qui en étaient capables, les observait d'un oeil frétillant. Elle qui se trouvait bien terne aimait les voir déambuler comme si le monde leur appartenait et la prendre par le bras pour l'emporter avec eux. Elle se laissait faire à chaque fois, par manque d'audace et de courage, trop heureuse surtout de pouvoir quitter les limbes de son quotidien pour découvrir si l'herbe n'était pas plus verte ailleurs. Et elle l'était ! Un rien parvenait à l'émerveiller, un ravissement que Leah ne manquait jamais de railler lorsqu'elle voyait son amie sur le point de s'emballer, et pas toujours avec la discrétion que Tess aurait voulu. Elle qui tenait de la petite souris se retrouvait à jouer dans une catégorie qui n'était pas la sienne, avec des gens bien trop éloignés de ce qu'elle pouvait être, mais en était trop heureuse pour se méfier du piège qui commençait déjà à se refermer sur elle. Son changement d'habitat n'avait rien changé à ses habitudes, et ce n'étaient que les intrusions des autres dans sa vie qui l'obligeaient à revoir et réajuster l'organisation de ses heures. Elle ne leur en voulait pas de l'appeler à n'importe quel moment pour venir les chercher, comme elle ne leur en voulait pas de laisser la télé allumée même lorsqu'elle aurait voulu dormir. Le seul fait qu'ils l'acceptent parmi eux et aient besoin d'elle suffisait à la convaincre de faire les quelques sacrifices qui allaient avec. Si vraiment ça l'embêtait, elle n'avait qu'à rentrer chez ses parents, personne ne lui en tiendrait rigueur. Peut être qu'ils essaieraient de la retenir mais elle était persuadée que c'était elle qui y perdrait le plus et préférait ne rien changer. Elle avait pris une décision et elle s'y tiendrait, voilà. L'apparition de l'un de ses colocataires dans son dos manqua de la faire sursauter mais elle se reprit vite.
- Ah ! Non pas de soucis, je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait déjà quelqu'un mais -
La fin de sa phrase mourut sur ses lèvre alors qu'elle s'était tournée et avait découvert Oscar entièrement nu. L'effet de surprise passé, elle enserra sa tasse de chocolat chaud d'une seconde main pour l'empêcher de trembler et de se renverser tandis que ses yeux restèrent bloqués sur l'entrejambe du jeune homme. Ce n'était pas la première fois qu'elle se trouvait face à l'expression de la nudité masculine mais c'était la première fois qu'elle y était confrontée sans l'avoir choisi. Dans les musées, on savait toujours à quoi s'attendre, comme dans les livres de biologie, et son ex petit ami avait des façons plus subtiles de lui faire comprendre de quoi il avait envie en sa présence. Elle finit cependant par sortir de sa stupeur pour relever la tête et essayer de regarder autre chose, loin de lui. Tiens, elle n'avait pas remarqué comme les plantes avaient l'air d'avoir besoin d'eau. Elle serait d'ailleurs bien allée à leur secours si Oscar n'avait pas de nouveau réclamé son attention. Elle hocha la tête sans le regarder et pria pour qu'il ne s'agisse pas de quelque chose qu'elle allait regretter. Elle voulait bien l'aider s'il le fallait mais espérait ne rien avoir à faire avec l'une ou l'autre des parties si chastement exhibées de son anatomie. Elle l'observa du coin de l'oeil et le vit se pencher à côté d'un meuble qu'il sembla soulevé sans difficulté. Curieuse, Tess s' approcha tout en prenant garde à conserver certaines distances.
- Moi ? Je veux bien essayer mais je ne garantis rien, je n'ai pas les bras très longs et -
Elle s'arrêta une nouvelle fois sans terminer sa phrase, pressée par Oscar qui fatiguait. Elle se plaqua contre le sol et lança la main sous le meuble, à l'aveugle faute de lumière. Elle sentit quelques moutons de poussière sous ses doigts, quelque chose de dur qui lui fit penser à un vieux chewing-gum mais rien qui ne ressemble à une pièce. Elle se tortilla pour essayer d'aller plus loin, sans davantage de résultat.
- Tu es sûr qu'elle est là dessous ? Elle a peut être roulé plus loin.
Elle se retira alors, puis se redressa en époussetant ses mains l'une contre l'autre.
- Je peux redonner un coup d'oeil si tu veux mais ça t'embêterait d'enfiler quelque chose avant ?
Tess sentit ses oreilles chauffer avec cette demande qui, en soit, n'avait pourtant rien de bien extravagant. C'était seulement la pensée cachée derrière qui la gênait, et l'idée de pouvoir se retrouver de nouveau le membre d'Oscar sous le nez, là où il n'aurait cependant pas dû avoir sa place.
- Je peux même te préparer une tasse de chocolat pendant que tu t'habilles, je n'ai pas encore bu la mienne.
Où était-elle passée d'ailleurs ? Depuis l'arrivée surprise d'Oscar, Tess avait l'impression d'avoir la tête ailleurs.

________________

Sucker love who's known to swing, prone to cling and waste these things ; Pucker up for heaven's sake, there's never been so much at stake  (Placebo)
Revenir en haut Aller en bas

Oscar Kidd

avatar

CRÉDITS : balaclava

INSCRIT LE : 27/12/2016
MESSAGES POSTÉS : 377


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: ned // tess, tc

MessageSujet: Re: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Dim 4 Mar 2018 - 21:54

L'ignorante bienheureuse s'entête à ne pas prendre l'initiative de se retourner immédiatement et ainsi à ne pas se confronter à la vue à nu que lui offre son colocataire aussi sournois que joueur pour quelques instants supplémentaires encore, mais c'est inévitable, elle finit par lui faire face et cette confrontation ne manque pas de lui faire perdre le fil de ses mots, là où elle peut davantage s'égarer sur son entrejambe à la merci de ses yeux – pour le moins inquisiteurs. Mais loin de s'embarrasser de cette attention tenace (forcément, puisque c'est là ce qu'il cherchait), Oscar prend en note que le feu ne colore pas instantanément les joues de la jeune femme alors que c'était là ce dont ses yeux, à lui, étaient en quête. Tess semble néanmoins avoir les scrupules de ne pas profiter indéfiniment de la vue, si bien que le lascar ne manque pas de ré-attirer son attention, là, sous ce meuble, et tout près de lui. Et qu'elle obtempère déjà à se rendre utile, qu'importe la situation saugrenue, ne l'étonne guère tant c'est là ce à quoi la demoiselle semble se vouer en tout temps. Est-elle seulement capable de dire non ? Elle a en tout cas l'aplomb qu'il ne lui prêtait pas forcément de lui demander, sans trop tarder finalement, de s'habiller de quelque tenue chaste, et le garnement Kidd fait ainsi mine de prêter attention à sa nudité qu'à cet instant. Il se redresse alors, se relève même, et grappille quelques secondes supplémentaires à s'éterniser nu comme un ver en sa compagnie.
- Mais on t'a pas parlé des naked thursdays ? Loin de trahir son improvisation, il drape son visage d'un air dubitatif plus vrai que nature quand ses sourcils se froncent par la même occasion, prétendument surpris par son ignorance. Il ne veut pourtant pas aller jusqu'à lui faire croire que ce n'est pas moins qu'un traquenard que ses colocataires ont tendu à son ignorance, mais plutôt un oubli innocent. Les gars sont pas trop à fond non plus, mais j'avais négocié un jour de la semaine pour le nudiste en moi. Le jeudi, donc. Mais qui sait si elle ne le trouverait pas en tenue d'Adam, soi-disant par inadvertance, bien d'autres jours de la semaine ? C'est qu'Oscar ne s'embarrasse pas de pudeur, c'est tout juste s'il ressent une différence entre être nu et habillé parfois – ou du moins c'est là ce qu'il voudrait lui faire croire, et que ce n'est certainement pas plutôt parce qu'il prend un malin plaisir à la troubler de quelque nudité. Qui sait seulement s'il pourrait la tromper jusqu'au point de l'initier un jour au nudisme ? Mais avant ça, il lui semble apercevoir un long chemin à parcourir (qu'il espère semé d'embûches). J'ai jamais bien compris en quoi c'était un problème, qu'il reprend alors qu'il s'accoude au meuble qu'il soulevait précédemment, avant de s'égarer en de maintes gestes expressifs pour appuyer son propos convaincu (et surtout, pour persister à ne pas cacher un seul instant ce qu'il n'a pas dissimulé par quelques bouts de tissus). Après tout l'aberration reste les vêtements, ce n'est pas ainsi que la nature nous a conçu... Mais soit ! La demoiselle peut enfin échapper un soupir de soulagement, l'énergumène obtempère à dissimuler ce corps à nu, lorsqu'il ne voudrait surtout pas la braquer et lui faire réaliser d'emblée de jeu que son écart dévêtu est sciemment pensé depuis le tout début. Mais plutôt que d'aller dans sa chambre s'habiller comme elle le propose, il préfère davantage enfiler un tablier de cuisine (tout en ne manquant pas de s'approcher brièvement de Tess sous le prétexte de s'emparer du dit tablier), tout ça pour lui enlever la vue de ses bijoux de famille certes, mais surtout pour ne pas la priver de celle de sa lune dès que l'occasion se présentera. Là, c'est mieux comme ça ? que le loup qui se veut labrador paraît foncièrement s'enquérir, comme si son bien-être et son confort semblent réellement compter pour lui.
Il a en tout cas déjà tout oublié de cette pièce soi-disant égarée sous le meuble, et jette davantage son dévolu sur une tasse au contenu chaud égarée qu'elle rapporte à sa propriétaire avant de s'accouder à ses côtés.
- Tu allais dire ? Tu t'attendais à être seule mais ? Parce que je sais me faire discret s'il le faut. Même. Pas. En. Rêve.

________________
what's the good of being good ?
Revenir en haut Aller en bas

Tess Henney
TESS ARMITAGE

avatar

CRÉDITS : lux

INSCRIT LE : 12/04/2017
MESSAGES POSTÉS : 330


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (alexis, tc GLOW, adriel, owen, * / zephyr, spencer, *, *, *)

MessageSujet: Re: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Dim 11 Mar 2018 - 0:18

Si Tess accorde volontiers sa confiance à ceux qui daignent se pencher vers elle, elle l'accorde d'autant plus à Oscar qu'elle connait son frère et l'apprécie au point de se dire qu'il ne doit pas y avoir beaucoup de différence d'un Kidd à l'autre, si ce n'est physiquement. Elle se surprend cependant à espérer qu'Andrew soit aussi gâté par la nature que son cadet, une prière sans conséquence qui lui colore néanmoins les joues. Tout ça est nouveau pour elle et lui donne l'impression d'être dans un film, à la seule différence qu'elle a enfin un rôle à jouer au lieu de se borner à être l'éternelle spectatrice d'une histoire où elle n'aurait pas sa place. Ca lui fait du bien d'être entourée d'amis de son âge, vivre avec eux et les découvrir dans un cadre plus intime que celui du lycée, quitte à ce que le comportement d'Oscar la déstabilise. Un peu.
- Les Naked Thursdays ?
Elle répéta tout en réalisant le sens que devait avoir cette dénomination et plaqua une main très chaste devant sa bouche pour éviter d'éclater de rire. Elle écouta l'explication d'Oscar en retenant des gloussements qu'elle fut obligée de dissimuler derrière une quinte de toux qui n'avait rien de très naturel mais qu'elle espérait suffisante pour faire illusion.
- D'accord, donc le jeudi il faut que je fasse attention. Très bien. Mais on est d'accord que ce n'est pas obligatoire ?
Car si elle pouvait se faire à l'idée de voir le jeune homme déambuler nu comme un ver devant sa porte une fois par semaine, elle était moins à l'aise avec celle de devoir faire de même. Tess avait beau se convaincre que c'était tout à fait naturel et qu'il n'y avait rien de mal à vouloir laisser son corps respirer, elle n'était pas assez sûre d'elle pour oser franchir le cap et laisser n'importe qui la voir dans le plus simple appareil. Cette réticence ne l'empêcha pourtant pas d'écouter très attentivement Oscar pour qui cela ne semblait plus être un problème, ses yeux suivant le mouvement de ses mains autant que ce qu'elles pouvaient parfois laisser voir de ce qui se trouvait derrière. La sensation de gêne qui ne manquait pas de la gagner à chaque fois que cela entrait dans son champ de vision venait cependant s'écraser contre la curiosité et l'excitation qu'elle sentait monter en elle. Et quelle chaleur d'un coup.
- Non, c'est pas que c'est un problème mais c'est quand même bizarre. Je m'attendais pas à ça tu vois.
Elle ne savait d'ailleurs pas si elle était pour ou contre le naturisme, encore une chose à laquelle elle n'avait jamais réfléchi auparavant et qui lui sembla d'un coup d'une importance capitale. Elle se promit d'y réfléchir, pas d'essayer puisqu'elle savait qu'elle était loin d'être capable de faire ce genre de choses, mais de réfléchir à ce qu'elle en pensait réellement. En attendant, elle se sentit soulagée lorsque Oscar daigna enfiler quelque chose, quoi que surprise en le voyant ne mettre qu'un tablier. Elle gloussa en réalisant à quel point l'objet n'allait rien cacher de ce qu'elle aurait voulu voir disparaître mais se reprit très vite.
- C'est parfait. Tu es... très élégant.
Très sexy aussi, mais ce n'était pas le genre de chose qu'elle se sentait capable de dire à un quasi inconnu à moitié nu. Elle ne le connaissait pas assez pour savoir comment il pourrait prendre un compliment pareil et elle avait l'impression d'avoir déjà eu suffisamment de sensations fortes pour des jours et des jours.
Elle attrapa la tasse de chocolat chaud qu'il lui tendit tandis qu'elle lui en préparait une en retour.
- Oh non, ne t'en fais pas pour ça ! J'ai l'habitude qu'il n'y ait personne quand je rentre de la fac et d'avoir l'appart pour moi toute seule mais je suis contente d'avoir de la compagnie. On va pouvoir faire connaissance comme ça, je ne sais quasiment rien sur toi !
Elle l'avait dit comme si c'était une honte et qu'elle avait vraiment l'intention d'y remédier au plus vite. Ce qui était d'ailleurs plutôt le cas, même si les circonstances étaient plutôt perturbantes, du moins pour elle...

________________

Sucker love who's known to swing, prone to cling and waste these things ; Pucker up for heaven's sake, there's never been so much at stake  (Placebo)
Revenir en haut Aller en bas

Oscar Kidd

avatar

CRÉDITS : balaclava

INSCRIT LE : 27/12/2016
MESSAGES POSTÉS : 377


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: ned // tess, tc

MessageSujet: Re: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Dim 11 Mar 2018 - 13:59

L'œil du lascar est amusé, cet égaiement va même jusqu'à s'étendre de quelques plissures au coin de ses lèvres, lorsqu'il devine que la réciproque est vraie quand bien même la demoiselle s'efforce à ne pas pleinement l'afficher. Mais pourquoi donc le dissimuler, par la force d'une quinte de toux même, alors que lui n'a aucune intention de lui cacher quoi que ce soit à cet instant de toute évidence ? Pourquoi ne pas se moquer plutôt à gorge déployée de ses conneries si l'envie lui prend ? C'est qu'il aurait bien envie à présent de croquer à pleine dents sa retenue forcée, mais c'est un encas qu'il se garde pour plus tard – tôt ou tard – quand il doit à nouveau la pousser sur une fausse route quant à ses véritables intentions.
- Obli– ? Mais bien sûr que non ! Que vas-tu imaginer ?! Et c'est avec un sérieux travaillé qu'il exclame sa prétendue surprise, tout autant qu'il ne cache pas (sciemment) tout l'amusement que lui provoque sa réaction. Bien sûr, pourquoi réprimerait-il entièrement les traits rieurs que la méprise de sa colocataire provoque ? Mais se méprend-elle vraiment, justement ? Lorsque l'énergumène ne serait certainement pas contre bousculer un peu sa pudeur pour mieux la voir jouer de vilains tours à sa retenue. Peut-il seulement lui donner un petit coup de pouce à cette fin ? Il n'allait, en tout cas, très certainement pas s'en priver ! Comment ça, que tu fasses attention ?! Je ne vais pas me balader le cul à l'air si ça te gêne de toute évidence ! Pourtant n'est-il pas encore à cet instant, justement, le cul à l'air, quand bien même celui-ci n'est plus sous les yeux de Tess ? Tu sais, je suis conciliant comme gars, et puis c'est important que la coloc' se passe bien, que tout se fasse d'un commun accord pour que tout le monde s'y retrouve et s'y sente bien. Alors si tu me dis que t'as un problème (mot qu'il réemploie volontairement quand elle vient pourtant de lui dire qu'elle n'en a pas) avec notre deal des naked thursdays, on oublie tout et je ferais attention à toujours avoir quelque chose sur le dos en dehors des quatre murs de ma chambre ! Car oui, l'important est qu'il couvre son dos et son torse mais certainement pas davantage, n'est-ce-pas ? Il ne faudrait pas en douter un seul instant en tout cas : Oscar ne va pas manquer, à l'avenir, de jouer la carte de la tête en l'air à répétition, lorsqu'il n'aura décidément pas le réflexe de se vêtir à tous les coups... en toute innocence bien sûr.
C'est ensuite un large sourire qui se veut complice qu'il lui adresse alors qu'elle lui prête tant d'élégance vêtu seulement de ce tablier. La demoiselle aurait-elle l'aplomb de quelques traits d'humour, ou ne l'a-t-elle pas fait exprès ? Qui sait si, sous l'eau qui dort, ne se cache pas le potentiel fou d'une extravagante ! Cela ne serait pas pour déplaire au garnement Kidd – mais en même temps, qu'est-ce qui pourrait bien déplaire à celui-ci, dès lors qu'il ne demande pas davantage que de se distraire et se moquer avec éclats de l'ennui ?
Quand ensuite, elle s'attèle à lui préparer cette tasse de chocolat chaud, lui se languit davantage de ce qu'elle pourrait avoir à lui répondre puisqu'il ne faudrait surtout pas laisser le silence prendre ses aises.
- Mais oui tiens, en voici une belle occasion en effet ! qu'il s'exclame alors que ses coudes abandonnent leur support pour permettre au reste de son corps d'exécuter un volte-face et ainsi appuyer son bassin contre le dit-meuble (et qu'importe si son cul nu frôle le tiroir au passage) en même temps qu'il agrippe le plat de ses mains à son rebord. Qu'aimerais-tu savoir alors ? Je suis tout à toi ! C'est qu'il est curieux maintenant, de savoir ce dont elle pourrait vouloir s'enquérir à son sujet – mais qu'elle ne se fasse guère d'illusion à ce sujet, il ne lui dira bien que ce qui l'amusera de lui conter, lorsqu'il n'a de cesse de souffler cette poudre invisible aux yeux de tous, non pas pour les aveugler sciemment sur ce qu'il est réellement alors qu'il ne craint visiblement pas de se retrouver à nu, mais pour se distraire toujours plus de les voir avancer à l'aveugle dans son ramassis de conneries en tout genre !

________________
what's the good of being good ?
Revenir en haut Aller en bas

Tess Henney
TESS ARMITAGE

avatar

CRÉDITS : lux

INSCRIT LE : 12/04/2017
MESSAGES POSTÉS : 330


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (alexis, tc GLOW, adriel, owen, * / zephyr, spencer, *, *, *)

MessageSujet: Re: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Dim 25 Mar 2018 - 22:49

Il lui fallut faire un effort pour cacher le tiraillement qui parcourait son corps face au spectacle offert par celui d'Oscar mais Tess espérait suffisamment bien s'en sortir pour faire illusion. En soi, sa réaction n'avait rien de très gênant et elle était convaincue qu'il ne se vexerait pas de la savoir si sensible à ce qu'il avait à lui présenter mais, tout au fond d'elle, elle savait que le mieux à faire était de prétendre que la situation était on ne peut plus normale et surtout sous contrôle. Elle aurait tout d'en rire et d'en tirer profit une fois seule dans sa chambre, dans l'immédiat il lui fallait seulement rester de marbre, ou au moins essayer. Elle sentit une vague de chaleur lui parcourir les joues et les oreilles et pria pour que ça ne se voie pas trop. Pour le reste, elle n'avait rien dit ou fait de trop idiot, et apprécia même sa maîtrise d'une situation qui aurait pu si facilement déraper. Elle aurait ou éclater de rire en le découvrant nu en face d'elle, blessant sa virilité tout autant que sa sensibilité, comme elle aurait pu commettre n'importe quel lapsus à même de gâcher la bonne poursuite de'leur cohabitation.
- Non non, c'était juste une question comme ça, pour être sûre !
Elle s'empressa de corriger cette méprise, ne voulant pas qu'Oscar puisse penser qu'elle soit le genre de fille à faire des histoires dès qu'elles arrivent quelque part et essayent de changer les habitudes de chacun pour que tout tourne autour de leurs petites exigences. Si Tess voulait que tout se passe au mieux, elle n'attendait rien de plus de sa vie avec les autres et aurait été mortifiée à l'idée qu'Osfar puisse imaginer qu'il en soit autrement.
- Non ce n'est pas que ça me gêne, pas du tout même ! Enfin, c'est un peu surprenant quand on ne s'y attend pas mais ça ira. D'ici quelques semaines je suis sûre que je n'y penserai même plus !
De cette dernière affirmation, Tess en était un peu moins sûre, mais Oscar n'avait pas besoin de le savoir et encore moins de s'en douter. Alors oui, elle ferait attention à ne pas inviter quelqu'un ces jours là, en particulier un éventuel petit ami lorsqu'elle en aurait de nouveau un, mais elle sentait que cette histoire de Naked Thurdays serait plus source d'excitation que de gêne à l'avenir. Dommage peut être que les autres n'aient pas été aussi motivés que lui pour y participer mais elle ne pouvait blâmer personne d'être aussi pudique qu'elle pouvait l'être. Elle l'écouta ainsi faire son petit laïus sur le souci qu'il pouvait porter à son bien être et au bon déroulement de leur vie commune avec d'autant plus de gêne qu'elle voyait tous les efforts qu'il faisait pour elle. Et Tess se savait chanceuse d'être si bien entourée, bien plus que ce qu'elle aurait pu mériter.
- Ne t'en fais pas, il n'y a pas de problèmes, vraiment ! C'est très gentil de ta part mais je t'assure que ça va ! J'étais surprise mais c'était rien de méchant, ne te gêne vraiment pas pour moi, tu n'as pas à changer tes habitudes ou je ne sais quoi ! Mais merci.
Ce n'était pas une fausse reconnaissance, Tess en aurait été incapable, et elle espéra seulement ne pas en faire trop. Elle ne voulait pas que les autres s'embêtent à cause d'elle, comme elle ne voulait pas devenir un souci pour eux. Oscar était tellement gentil en plus ! Il faisait tant d'efforts pour la mettre à l'aise et essayer de l'inclure dans les traditions qui étaient les leurs, le premier d'ailleurs à avoir pensé à l'en informer. Elle n'en voulait pas aux autres d'avoir oublié de le faire mais le fait qu'il soit celui qui avait compensé ce petit manque lui valait un surplus de sympathie. S'il était perspicace, il pouvait d'ailleurs trouver une preuve de cette reconnaissance nouvelle dans le soin qu'avait mis Tess à lui préparer son chocolat chaud, nappé d'autant de mini marshmallows que son coeur avait connu de palpitations depuis son entrée en scène. Elle le lui tendit à deux mains, tout sourire, avant que son regard ne se perde sur le meuble contre lequel il s'était appuyé et qui se trouvait réchauffé par son divin fessier.
- Oh, je ne sais pas. Qu'est ce que tu fais comme études par exemple ?
Elle trempa les lèvres dans son chocolat et avala un marshmallow, partiellement fondu. Elle le sentit glisser le long de sa gorge, emportant avec lui toute la chaleur de la boisson. Tess aurait eu des milliers de questions à lui poser, la plupart plus pertinentes et intéressantes que celle qu'elle venait d'énoncer, mais elle se sentait comme prise au depourvu face à Oscar. C'était souvent le cas avec les gens très sûrs d'eux qu'elle rencontrait et son choix de tenue l'empêchait de se concentrer comme elle l'aurait voulu.
- Et tu sais que je connais ton frère ? C'est quelqu'un de bien, je l'aime beaucoup.
Tess imaginait mal les frères Kidd parler d'elle dans son dos, ne serait ce que pour réaliser qu'ils la connaissaient tous les deux, et elle préféra prendre en informer Oscar avant que la situation ne devienne bizarre. Ce serait quand même gênant qu'ils ne le découvrent que six mois plus tard, comme s'il s'était agi de quelque chose dont ils auraient pu avoir honte. Non pas que Tess estime être assez importante pour prétendre à être un sujet de discussion valable, mais quand même.

________________

Sucker love who's known to swing, prone to cling and waste these things ; Pucker up for heaven's sake, there's never been so much at stake  (Placebo)
Revenir en haut Aller en bas

Oscar Kidd

avatar

CRÉDITS : balaclava

INSCRIT LE : 27/12/2016
MESSAGES POSTÉS : 377


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: ned // tess, tc

MessageSujet: Re: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Lun 26 Mar 2018 - 19:37

Oscar pourrait presque être pris de compassion, à l'entendre prendre autant le soin de se justifier ainsi... si seulement il n'aimait pas tant dans un même temps se jouer de ce trop-plein de sérieux de ses camarades ! Si bien que le malicieux est loin d'avoir en tête la prévenance de ne pas s'appesantir davantage sur le sujet, ce qui la soulagerait pourtant probablement de quelque inconfort, pour plutôt céder aussitôt à la tentation de s'engouffrer dans la moindre brèche qui pourrait la troubler toujours plus. Mais loin de penser à mal, ce n'est que son naturel qui le pousse spontanément à échapper tout ce qui lui vient à l'esprit sans avoir le recul de penser aux conséquences, n'est-ce-pas ?
- Surprenant, dans le bon genre ou pas du tout ? Lui demande-t-il de façon détournée si elle a apprécié la vue ? Assurément ! Seulement bien sûr, le bon samaritain espère qu'elle ne saura y voir la malice qui s'y dissimule vraiment, et ne manque pas d'ailleurs de préciser sa prétendue pensée pour ne pas qu'elle se méprenne – ou qu'elle voit juste, en l'occurrence. Je veux dire, tu n'es pas contre l'idée en soi ? Mais ce qu'Oscar prend en note, c'est davantage son aveu qu'il lui faudra certainement quelques semaines pour ne plus y penser... ce bref face-à-face à la nudité lui a donc été si marquant, ou n'est-ce qu'une façon de parler ? Il a encore tant à découvrir de sa nouvelle colocataire... Et gentil, en voici un mot étonnant pour le qualifier, lorsque l'on connaît vraiment le lascar ! Mais bien évidemment, son attention se concentre vite ailleurs. C'est que tu serais partante pour t'ouvrir à d'autres horizons ? Ou prétend-il plutôt se méprendre avec délice sur la véritable signification de ses mots ? Enfin sur le fait d'avoir un coloc' pas toujours habillé bien sûr, et non pas, tu sais, de tester l'idée des naked thursdays ! Au cas où elle pourrait mal comprendre... Après c'est le lot de la colocation, les compromis, y'a pas de soucis là-dessus ! Je te force la main à rien, ce n'est que du confort pour moi, il ne faudrait surtout pas que ça cause ton inconfort en retour !
Et quand ensuite elle lui tend cette tasse au contenu préparé avec soin, il n'a pas la malice de la refuser pour plutôt s'en emparer, à deux mains lui aussi, alors que dans un même temps il attarde un regard sur cette petite attention qu'elle lui adresse.
- Ouh là, tu ne rigoles pas avec les chocolats chauds toi ! Merci ! C'est ton petit rituel post cours ? Et puisque l'heure est aux points d'interrogation, il ne tarde pas à répondre à celui qu'elle lui adresse à son tour. Ah ! Facile, je connais la réponse... comme s'il s'agissait d'un quizz de culture générale, psychologie ! Et toi ? Non attends, laisse-moi deviner ! Quelque chose lié à l'aide à la personne, hum dans le social peut-être ? T'as l'air du genre studieuse en tout cas, je ne te vois pas sortir beaucoup. Non pas que ce soit un mal ou quoi que ce soit... Quoiqu'il serait bien curieux de découvrir une Tess Armitage enivrée... est-ce que l'ivresse lui permettrait d'omettre sa retenue pour mieux la précipiter dans les bras de quelque excentricité ? Car il en reste que c'est ce qu'elle laisse voir de son caractère depuis son emménagement qui l'intrigue et attire sa curiosité comme une abeille autour d'un pot de miel, lui qui a tant le goût de tester les limites d'autrui – parce qu'il n'a pas les scrupules qui l'en empêchent dès lors qu'il se fout de tout, mais aussi parce qu'il est si curieux de ceux qui l'entourent. Et en l'occurrence, Tess ne manque pas de le surprendre en lui révélant ensuite un point (ou plutôt une personne) qu'ils ont en commun.
- Ah oui ? Elle lui en dira tant... Voilà une information qu'il ignorait, et qui ne manque certainement pas d'attiser davantage encore son intérêt pour la demoiselle – comme s'il n'avait pas eu assez de raisons comme ça pour jeter son dévolu sur celle-ci jusque-là. Mais en l'occurrence, de la savoir désormais proche de son petit frère lui fait forcément se demander s'il ne pourrait pas se mêler de ce qui ne le regarde pas et troubler leur lien de quelque façon que ce soit, lui qui a tant ce péché mignon-là. Que le monde est petit ! C'est ton petit-ami ? Bien sûr que là aussi, il cherche à la troubler de son indiscrétion sans détour, et comme si cela justifierait son audace, il ajoute. On n'est pas vraiment du genre confidents, Andrew et moi. Mais comment faire des confidences à un frère comme Oscar lorsque le petit frère a appris par expérience qu'il peut faire de celles-ci des armes ? Seulement n'est-ce pas ce qu'elles sont vraiment, des vulnérabilités dont d'autres sont informés et qui tôt ou tard se retournent contre eux ? Pourquoi oser cette confiance-là quand l'autre peut être si prompt à en user en guise de missives verbales à la moindre querelle aveuglée de rancœur ? Avec Oscar au moins, Andrew sait à quoi s'attendre, lui qui est si peu victime de ses émotions, mais qui se fout et se joue de tout en tout temps – qu'importe si c'est aux dépens d'autrui.

________________
what's the good of being good ?
Revenir en haut Aller en bas

Tess Henney
TESS ARMITAGE

avatar

CRÉDITS : lux

INSCRIT LE : 12/04/2017
MESSAGES POSTÉS : 330


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (alexis, tc GLOW, adriel, owen, * / zephyr, spencer, *, *, *)

MessageSujet: Re: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   Jeu 3 Mai 2018 - 23:59

L'effet qu'Oscar causait en elle était nouveau pour Tess, quelque chose qu'elle n'avait encore jamais expérimenté avec personne et qu'elle ne savait pas vraiment comment considérer. Ce n'était pas désagréable de le voir parader dans le plus simple appareil, au contraire, mais bizarre. Comme si elle n'était pas à sa place et que pareil spectacle ne lui était pas destiné. Comme si elle profitait de la situation, là où il n'y avait pourtant aucune malice de sa part. Elle avait été surprise en se retrouvant face à lui, un peu excitée aussi, et tentait depuis de calmer cet élancement qui allait et venait. Elle avait le droit de regarder, un peu, mais pas de toucher. Toucher aurait été de trop, la limite à ne pas dépasser. Par précaution, elle avait donc préféré détourner le regard, le porter à quelques centimètre du visage de son nouveau colocataire ou dans la surface de son chocolat chaud. Elle l'en retira cependant face à la question d'Oscar et le fixa sans arriver à émettre le moindre son. Tess voyait qu'il n'avait pas mal pris l'intérêt qu'elle avait porté à son choix de tenue mais ne trouvait pas quoi répondre sans risquer de donner une image fausse d'elle même. Par chance, il sembla comprendre son malaise et précisa la chose.
- Non non, pas du tout ! Juste surprenant dans le sens où je ne m'y attendais pas ! Je ne sais pas si c'est très fréquent en colocation mais, jusqu'à présent, je n'ai pas vu grand monde nu...
Elle s'empourpra à cet aveu, et le devint deux fois plus à la question suivante.
- De nouveaux horizons ?, qu'elle demanda pour être sûre de ce qu'il entendait par là. Elle avait bien quelques idées, mais qui lui paraissaient trop délirantes pour être ce qu'Oscar avait réellement en tête.
- Oh alors oui ça me va ! Je me verrais mal faire comme toi mais pas de problèmes pour que tu continues !
Elle était même prête à l'encourager mentalement s'il le fallait, du moins tant qu'elle n'avait pas à le faire à haute voix ou devant les autres colocataires. C'était bizarre pour Tess de se sentir si à l'aise avec quelqu'un d'aussi différent qu'elle, de suffisamment sûr de lui et confiant pour se permettre de se balader à poil sans y voir le moindre mal. Pourtant, Oscar lui inspirait confiance. Par flashs, elle réalisait comme leur conversation était absurde mais elle espérait qu'elle ne serait pas interrompue tout de suite, leur laissant le temps de poursuivre et lui laissant à elle le temps de profiter encore un peu du spectacle qui lui était offert.
- Non, vraiment, tout va bien. Je te promets que je te le dirais s'il y avait le moindre problème. Ne t'en fais pas pour moi.
Elle l'aurait cependant volontiers pris dans ses bras pour le remercier de toute cette attention qu'il lui accordait et dont elle n'était pas certaine de pouvoir se montrer digne. A la place, elle se contenta d'étreindre son mug, tout aussi chaud que sa propriétaire.
- Seulement quand je suis seule. Le reste du temps je me fais juste une boisseau chaude rapide... Mais il faut savoir prendre soin de soi.
Un principe prêt à battre de l'aile et l'abandonner, dont elle profita jusqu'à perdre toute lucidité sur la question. Elle gloussa face à la plaisanterie d'Oscar et se montra intéressée par la réponse, "psychologie". Elle sourit ensuite en le voyant essayer de deviner ce qu'elle faisait, et secoua la tête.
- Je ne sors pas beaucoup c'est vrai, mais pour le reste ce n'est pas ça. Tu veux un deuxième essai ? Je peux même te donner un indice si tu veux : ça n'a pas de rapport avec l'humain. Enfin, pas directement.
Il lui sembla qu'elle en avait trop dit et avala une nouvelle gorgée de chocolat plutôt que continuer à sauto-flageller d'en avoir tant dit. Au moins, la perspective de parler d'Andrew lui rendit son entrain.
- Nooon ! Enfin y'aurait rien de honteux à sortir avec lui mais on est juste amis.
Tess en était d'ailleurs convaincue, incapable d'imaginer qu'il puisse y avoir quoi que ce soit de plus fort chez le benjamin des Kidd. Elle n'avait pas assez d'imagination pour ça, pas assez de volonté non plus, et se contenta de sombrer auprès de l'aîné des deux frères.
- C'est vrai ? C'est dommage... Je me suis toujours imaginé que ça devait être génial d'avoir un frère ou une sœur, quelqu'un avec qui grandir et qui fait à jamais partie de notre vie...
Vu de l'extérieur, c'était ce que les fratrie lui avait toujours inspiré, avec un mélange d'envie et d'admiration. Pour elle qui avait été la pièce rapportée d'une famille en mal d'enfants, il était évident que le bonheur ne pouvait que se vivre à plusieurs.

________________

Sucker love who's known to swing, prone to cling and waste these things ; Pucker up for heaven's sake, there's never been so much at stake  (Placebo)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mars ain't the kind of place to raise your kids ◇ Oscar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: REALITY #2 (REFLEXION) :: THE GOOD OLD DAYS-
Sauter vers: