there'll be no rest for the wicked ○ skyrose.


Partagez | 
 

 there'll be no rest for the wicked ○ skyrose.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Skylar Beauchamp

avatar

CRÉDITS : © juice; effstonem-.

INSCRIT LE : 23/01/2018
MESSAGES POSTÉS : 175


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: {0/3} : ace, brandon, nash.

MessageSujet: there'll be no rest for the wicked ○ skyrose.   Ven 26 Jan 2018 - 21:05

bran & skylar.
my one heart hurt another, so only one life can't be enough
can you give me just another for that one who got away.




- - - - - - - - - - - - - -

Le monde continuait de tourner normalement, à l’exception peut être d’une personne qui semblait en léger décalage. La planète avançait comme les aiguilles d’une montre, et Skylar était la trotteuse en panne, bloquée en arrière, oscillant entre le futur et le passé, qui se confondaient. Elle s’était réveillée comme ça, et en un battement de paupière, ce qu’elle avait toujours cru exister avait disparu, et ce qu’elle n’aurait jamais imaginé, était apparu. Comment pouvait-on expliquer une pareille subtilité ? Elle l’ignorait, mais avait très vite appris à se familiariser à cette nouvelle existence qui lui était tombée sur le nez à l’improviste. En définitive elle n’était ni meilleure ni pire que la précédente, à part un léger détail, ou plutôt énorme détail : sa fille s’était volatilisée. Ça c’était quand même costaud, et difficile à avaler. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir cherché à droite et à gauche, en arpentant Mount Oak de long en large. Pendant des jours et des jours elle avait crié son prénom dans les rues, à en perdre ses cordes vocales, puis elle avait veillé au commissariat toutes les nuits avant que les forces de l’ordre ne finissent par l’éconduire gentiment. ‘Mais nous n’avons aucune trace d’une Mia Beauchamp, calmez-vous Mademoiselle.’ Se calmer ? Elle avait failli lui coller une droite en pleine figure (sous couvert d’un champ lexical particulièrement fleuri), une chance que son collègue l’ait retenu à temps. Ils l’avaient prise pour une folle… mais folle, elle ne l’était pas. Skylar avait bien une enfant seulement, elle n’était pas ici, pas dans cette dimension en tout cas. Une conclusion étrange, qui ne collait pas tout à fait avec le sens des réalités, mais qui ne l’empêchait pas de persister dans ses démarches. Et sa persévérance avait fini par payer, car une enquête avait finalement été ouverte (surement plus par la lassitude que par réelle préoccupation) pour retrouver les traces de la gamine, dont l’existence – restait à prouver – à en croire les mots sur le rapport qu’ils lui avaient remis. En effet…. Il était compliqué d’apporter des éléments tangibles lorsqu’on n’en avait aucun. Son téléphone possédait bien des photos (y compris avec des gens qu’elle ne connaissait ni d’adam ni d’eve), mais Mia était nulle part. La certitude de sa naissance n’était visible qu’à travers ses souvenirs et la légère cicatrice sur son abdomen, ce qui n’était pas suffisamment probant pour les enquêteurs. Soit, s’ils ne désiraient pas l’aider, elle allait s’en charger elle-même. Elle était une Beauchamp, et les Beauchamp savaient se démerder tout seul. C’était d’ailleurs ce qu’elle faisait depuis la mort de leur père : se lever, respirer, vivre (profiter), fermer les yeux, et recommencer à l’infini jusqu’à ce que ça s’arrête. Ce qui se passait au milieu n’était que du bonus, surtout Mia. Juste Mia. Et un peu son frère, et beaucoup Brandon. Deux abonnés absents soit dit en passant… Jax à la limite, mais son compère de toujours c’était un vrai mystère. Les joindre avait été son deuxième réflexe quand elle avait cru saisir qu’un truc tournait pas rond. Elle avait vaguement parlé au premier qui n’avait pas trop compris l’objet de son appel (mais avait promis qu’ils se verraient bientôt, restait à définir ce bientôt en question) quant au second, elle ne faisait qu’atterrir sur sa boite vocale, qui, vu le nombre de messages qu’elle avait laissé, devait désormais être saturée.  

En attendant, il fallait bien s’occuper l’esprit, et combler les trous de ce puzzle grandeur nature dans lequel elle était plongée. Avec un peu de chance, une fois résolu, tout redeviendrait normal, et cet entre-deux ne serait plus qu’un songe  brumeux. Son appartement n’avait pas su apporter d’indices supplémentaires, il n’y avait au final que peu de disparités entre l’avant et après. En revanche, côté professionnel, c’était la catastrophe monumentale… À en juger ses affaires, et les tableaux qui ornaient les murs de vieux papier peint ringard, elle était chanteuse, en parallèle d’un job dans une boutique de fripes. Et comme Skylar n’avait peur de rien (juste du vieux qui n’était plus des leurs), elle s’était prise au jeu en montant sur scène le mois dernier, histoire de tâter le terrain et de se vider la tête. Triste expérience qu’elle avait préféré ne pas renouveler, en se contentant du poste de vendeuse qui dans l’immédiat faisait amplement l’affaire. Les clients n’étaient pas nombreux, la paye pas si mal, elle avait le droit de fumer dans l’arrière-boutique (tout en menant ses recherches sur Mia), et les horaires étaient tous aussi folkloriques que la patronne. Aujourd’hui par exemple, elle avait fermé à 15h30, et se promenait dans une des artères principales, ses yeux bleus scotchés à l’écran du téléphone, où elle faisait défiler un article de faits divers. Dedans, il était fait état d’un garçon atteint d’une forme de démence inexpliquée, et qui- Merde, elle venait de bousculer quelqu’un, elle arrêta aussitôt sa lecture pour toiser son interlocuteur. « Bran ???????? » Était-ce réellement lui qui se tenait là devant elle à juste trois centimètres ? Fichu destin et ses plans foireux. « Putain ça fait des mois que je te cherche, et je te trouve là comme ça par hasard… » Un sourire discret se ficha sur ses joues pleines de taches de rousseur, et elle l’enveloppa dans ses bras, gagnée par l’émotion de retrouver son ami d’enfance. Celui qui avait été là pour les bons moments, comme les plus difficiles. Et dieu savait qu’il en avait bavé avec sa grossesse en dents de scie. « Pourquoi tu ne réponds pas à ton téléphone ? T’as changé de numéro ? » Elle le relâcha, et effaça un début de larmes dans le creux de ses cils. Ça lui faisait tout drôle de le voir après ces six mois solo à Mount Oak à démêler ce sac de nœud qu’était devenue sa vie. Enfin un visage connu pensa t-elle, très vite rattrapée, par cette obsession qui ne la quittait JAMAIS. « Mia… Elle est avec toi ? » Elle se doutait de la réponse, mais elle voulait essayer, accrochée à cette minuscule lueur d’espoir qui persistait à battre dans son corps. Mais si Mia était avec Bran, ne l’aurait-il pas informé d’un simple coup de fil en écoutant toutes ses suppliques interminables ?

________________

felt like I was walking on a tight rope but those days are gone, sometimes I wish I didn't miss you at all; those days are gone holding on, and now I'm waiting for the day to dawn, those days are gone. I remember when you found it hard to give but I gave it all, you only took one side when all my hopes ran dry, those dreams are gone, gone all along all the times I said it | @ haim.
Revenir en haut Aller en bas

Brandon Rose

avatar

CRÉDITS : alcaline, twistyrain (gifs).

INSCRIT LE : 24/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 1906


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: (GENE, JAXx2, MAIKA)

MessageSujet: Re: there'll be no rest for the wicked ○ skyrose.   Ven 9 Fév 2018 - 17:52

Son errance n'en finissait pas. Chaque jour, Bran se disait qu'il allait partir et disparaître complètement de cette ville qui l'avait vu gravir les sommets pour mieux en chuter. Chaque jour, il se levait, le coeur vide et étourdi, le corps roidi, l'esprit embrumé, avec pour seule certitude qu'il ne savait absolument pas ce qu'il allait faire du reste de son existence. Il était venu à Mount Oak dans un seul but et maintenant qu'il était confronté à son échec, il restait sur le banc de touche, tournant en rond et incapable de prendre une décision. Lui qui ne s'embarrassait jamais de pensées superflues ou de considérations pompeuses perdait désormais son temps en « et si » et en « peut-être » qui n'aboutissaient qu'à une impasse dans laquelle il venait se crasher à toute vitesse. Et s'il recontactait Jax ? Et s'ils se rencontraient à nouveau, et si leurs regards empreints de tout ce qu'ils ne s'étaient jamais dit se croisaient, et s'il parvenait à le convaincre… Les mêmes obsessions lui traversaient l'esprit encore et encore, et il prenait conscience, lentement, dans la douleur, que cet amour qu'il était incapable de réprimer était toxique – pour lui comme pour son autre pendant. Son partenaire de crime et lui n'étaient pas faits pour être ensemble. Qu'importe leur alchimie de cœur et de corps, qu'importe ce langage sans mots qui se lisaient sur leurs peaux complices, qu'importe cette bulle qui les enveloppait lorsqu'ils étaient seuls… C'était un leurre de croire qu'ils auraient pu être à l'abri de leur passé. Ils croyaient posséder Mount Oak mais c'était elle qui les possédait, et Bran ne savait plus quoi faire pour se libérer de cette emprise. A part partir, bien entendu, mais il ne parvenait pas à s'y résoudre – pas totalement – et c'était donc cette faiblesse, une de plus, qui expliquait sa présence dans les rues d'Achaeron, dédale tentaculaire de ruelles illuminées de panneaux vantant les mérites de tels ou tels clones, rappel d'une Mount Oak lointaine qu'il n'avait lui-même pas connu. Rompu à ses vieux réflexes de criminel de bas étage, il laissait son regard courir sur les visages sans vraiment s'y attarder, et marchait d'un pas tranquille. Il n'avait de toutes façons nulle part où aller. Pas de job, pas de partenaire, pas d'amant à retrouver. Il était seul, livré à lui-même et il avait comme des envies de s'enivrer, de se faire mal un peu histoire de vérifier s'il était encore bien de ce monde ou si la sensation mortifère persistait, s'infiltrant sous sa peau, capturant la vie pourtant si vibrante et lumineuse de ses traits. Il n'avait pas fière allure, il le savait. Il portait encore sur le visage la marque de ses trois assaillants – mais desquels il était reconnaissant, car c'était grâce à eux qu'il avait pu recroiser la route de son ancien amant – et sa peau légèrement hâlée se zébrait de bleu et de vert sous l'oeil, où les poings étaient venus s'abattre sur lui sans délicatesse. Sur ses phalanges se dessinaient des écorchures dont il ignorait la provenance et lorsqu'il avait croisé son reflet dans une vitrine, il devait avouer que le Brandon Rose d'antan n'était plus tout à fait là. Ce Brandon, celui qu'il était désormais, était plus sombre. La courbe de sa mâchoire était toujours aussi affûtée, mais plus coupante, comme si le premier qui serait venu lui chercher des noises allait s'y couper. Son regard bleu enfilait un manteau de givre. Non, il n'était plus tout à fait le même, il ne le serait plus. Peut-être était-ce seulement temporaire, peut-être reviendrait-il à ses allures chantantes et printanières lorsque Jax lui reviendrait – si Jax lui revenait – mais Bran ne se faisait aucune illusion. Le garde du corps avait fait son choix. Et Bran ne viendrait pas supplier. Il ne mettrait pas son amant devant un ultimatum insultant pour tous ceux qui étaient impliqués. Il était peut-être mort de l'intérieur, mais il avait encore sa dignité et il y tenait tout particulièrement. Telles étaient les résolutions qui l'habitaient et perdu dans ses pensées, il sentit à peine la bousculade. Il ne se serait d'ailleurs pas arrêté si une voix inconnue n'avait pas prononcé son prénom avec un tel entrain, comme s'il était le genre de personne qu'on était content de voir en pleine rue. A part de rares élus, peu pouvaient se targuer de voir naître un sourire sur leurs lèvres en le voyant arriver. Généralement, lorsque Brandon Rose était dans les parages, il valait mieux faire attention à son porte-feuille, sa montre à gousset et même sa femme. Il ne repartait jamais sans un petit souvenir et ils pouvaient prendre n'importe quelle forme. Pris de court – et c'était rare – Bran baissa les yeux pour découvrir une petite musaraigne brune qui le fixait avec des yeux clairs grands comme des soucoupes. Qu'est-ce qu'elle lui voulait, la hippie ? Et comment connaissait-elle son prénom ? Le malfaiteur fronça les sourcils et pinça le nez pour manifester son dégoût devant un tel désordre vestimentaire, mais ça ne suffit pas arrêter la jeune femme qui se permit de le prendre dans ses bras avec une familiarité absolument intolérable. « Hey oh, garde tes puces pour toi. » siffla-t-il entre ses dents. Tout son corps se tendit et il amorça le geste pour la repousser, ce que la diseuse de bonne aventure fit d'elle-même, plantant ses grandes prunelles humides dans les siennes. Il en fallait beaucoup à Bran pour être mal à l'aise, mais l'intensité avec laquelle la démente – car il ne pouvait s'agir que de ça, une malheureuse atteinte d'une forme quelconque de folie – le dévisageait lui courait sous la peau et le prenait à la gorge. Pourquoi avait-elle l'air persuadée de le connaître ? Lui en était certain : il n'oubliait jamais un visage – surtout les jolis – et il pouvait affirmer qu'il ne connaissait cette belette ni d'Eve ni d'Adam. Était-ce un piège qu'on lui tendait ? Qui était cette Mia dont elle parlait et qui aurait dû se trouver avec lui ? Le regard de Bran se durcit et il se pencha légèrement vers la jeune femme. « Ecoute, la diseuse de bonne aventure, je ne sais pas à quoi tu joues, mais tu te trompes de client. » Dans les poches de son blouson, ses poings se serrèrent et il ne bougea pas d'un pouce. « Je n'ai aucune idée de qui est cette Mia dont tu parles, mais pourquoi tu n'irais pas voir ailleurs si elle y est, mmh ? » Il s'abstint de lui demander comme elle connaissait son prénom. Peu de gens l'utilisaient, encore moins ce diminutif. Cela aurait été confirmer qu'elle avait raison et il était hors de question qu'elle le sache.

________________

But I'm weak, and what's wrong with that? Boy, oh boy I love ya when I fall for that, I'm weak, and what's wrong with that? Boy, oh boy I love ya when I fall for that.

Revenir en haut Aller en bas
 
there'll be no rest for the wicked ○ skyrose.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: REALITY #2 (REFLEXION) :: ACHAERON-
Sauter vers: