can we go back to the start ?


Partagez | 
 

 can we go back to the start ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Moira Reed
ANA STEVENSON

avatar

CRÉDITS : luaneshë

INSCRIT LE : 29/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 271


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: (off) nash, adriel // zephyr, conrad

MessageSujet: can we go back to the start ?   Dim 3 Déc 2017 - 19:54

C'est un profond malaise aux extrémités tranchantes qui l'a assiégé, son visage en est même devenu livide, au moment où elle a réalisé qu'elle avait du retard et que cela pouvait signifier qu'elle était enceinte. Cette réaction est un incroyable volte-face lorsque celle qu'elle aurait eu cinq ans plus tôt en soupçonnant une grossesse aurait été un espoir et un ravissement indescriptible – mais malheureusement beaucoup de choses se sont passées depuis ce jour. Si à l'époque, son mari et elle partageaient le projet d'avoir un enfant ensemble et faisaient tout pour à cette fin, aujourd'hui elle est censée avoir prévenu tout risque de grossesse en reprenant la pilule à l'insu de Conrad. Elle a bien conscience qu'aucun moyen de contraception n'est sûr à 100%, mais elle n'aurait pas pu penser à un plus mauvais timing. Quelle triste évolution, lorsqu'elle n'a plus les mêmes aspirations que son mari et qu'ils se sont éloignés par la faute de ces non-dits. Ana se souvient d'un temps où elle n'aurait rien voulu cacher à son mari, et où il ne lui serait jamais venu à l'esprit que l'un ne puisse pas comprendre ce que l'autre avait sur le cœur. Seulement l'effet dévastateur de ces quatre fausses-couches les ont impacté différemment, et le désir frustré d'avoir un enfant est devenu si sensible depuis qu'elle n'a pas osé se confronter à ces blessures à vif.
Quand Ana a appris sa seconde grossesse, une pointe d'appréhension lui a peut-être vrillé le cœur, mais elle était surtout soulagée face à la perspective de pouvoir enfin mettre l'épreuve qu'a été cette première fausse-couche derrière eux, et elle a fini par sourire à l'idée qu'ils puissent enfin fonder cette famille dont ils rêvaient tant. Lorsqu'elle a eu connaissance de sa troisième grossesse, elle n'était alors plus que pétrie d'angoisses quand pourtant elle voulait toujours tomber enceinte même si cela signifiait prendre le risque de perdre le fœtus une nouvelle fois, et ces angoisses furent encore plus difficiles à vivre lors de la quatrième grossesse, si bien qu'après cette nouvelle fausse-couche elle n'était plus habitée que par la peur terrible d'en vivre une cinquième, et le pouvoir implacable de cette perspective en est venu à surpasser son désir d'avoir un enfant. Pourtant, c'est une aspiration qu'elle a toujours eu, et qui s'est accrue à mesure que sa relation avec Conrad s'est renforcée. Comment n'aurait-elle pas pu vouloir un enfant de l'homme qu'elle a toujours chéri aussi loin qu'elle s'en souvienne ? Si elle a toujours eu la crainte de transmettre nombre de ses angoisses et de ses névroses à ses progénitures, elle n'en restait pas moins certaine que son mari pallierait à ses défauts, et la conviction qu'il ferait un merveilleux père l'a encouragé à mettre de côté ses doutes.
Ils voulaient tellement cet enfant, des enfants même, alors pourquoi ont-ils piteusement échoué à chaque fois ? Pourquoi se voient-ils refuser ce que tant d'autres peuvent avoir alors que beaucoup d'entre eux ne l'ont même pas voulu ? Ana en est souvent venue à se demander si Conrad et elle étaient vraiment fait pour fonder une famille, si ces fausses-couches systématiques n'étaient pas finalement un signe qu'ils faisaient fausse-route. Elle a toujours été incapable d'envisager que ça puisse être son mari qui n'était pas fait pour devenir père, mais par contre elle n'a pu que douter de sa capacité à être mère. Bien sûr, elle n'a jamais rien avoué à son mari de ses doutes croissants, et bientôt c'est son désir d'enfant éprouvé qu'elle a égaré en chemin. Ne pas vouloir tomber enceinte une cinquième fois n'est pas un choix sciemment pensé, mais un besoin qui s'est viscéralement imposé à elle au point où il lui a permis de passer outre ses scrupules de tromper ainsi son mari en reprenant la pilule lorsqu'ils sont toujours censés essayer de la faire tomber enceinte. Si ce moyen de contraception a été un moyen de soulager momentanément son appréhension terrible de risquer une nouvelle grossesse, elle n'était pas moins assaillie de culpabilité à l'égard de l'homme aimé qu'elle abandonnait chaque jour à l'ignorance. Combien de temps se seraient-ils confrontés à cette impasse ? Ils ne le sauront jamais.
Ana a fauté, elle a eu la faiblesse de céder à la tentation charnelle avec un autre, et sa seule solution a été de prétendre l'amnésie de son adultère suite à son récent accident de voiture pour espérer que son mariage ne s'effondre pas sur des fondations déjà fragilisées. Mais elle ne peut pas s'en tirer aussi facilement, elle le sait, et elle a déjà la terrible conviction que ce test de grossesse va lui donner une réponse positive. Elle s'est réfugiée dans leur salle de bains en l'absence de son mari, et c'est seule qu'elle a voulu se confronter à cette éventualité. Toutes les autres fois, Conrad a attendu avec elle le résultat du test de grossesse, que la réponse soit positive ou négative, mais comment pourrait-elle le mettre au courant de cette redoutable perspective aujourd'hui ? Pour ce qu'elle en sait, il espère toujours la voir tomber enceinte, elle est celle qui ne veut plus d'une grossesse, mais c'est surtout la possibilité que l'enfant soit de son amant qui l'assaille et qui l'empêche de vouloir partager la terrible conséquence de sa faute à son mari.
Bientôt, les trois minutes fatidiques se sont écoulées, et Ana jette un œil à ce test de grossesse qui lui confirme ce qu'elle craignait tant : elle est enceinte. Elle n'ose penser à un faux positif, elle ne mérite pas un tel soulagement, et face au désarroi qui ne l'a jamais quitté depuis qu'elle a compris qu'elle était peut-être enceinte et qui s'accroît à présent face à la certitude de l'être, elle se soustrait à la confirmation visuelle qui rendrait heureux tant d'autres, et elle abandonne le test de grossesse sur le lavabo avant de se réfugier au fond de la pièce. Elle pose les deux paumes de ses mains contre le mur, et tente de reprendre ses esprits pour réfléchir à ce qu'elle pourrait bien faire de cette réalité alors qu'elle abandonne sa tête au vide entre ses deux bras tendus.

________________
IN MY HEAD, YOU TELL ME THINGS YOU'VE NEVER SAID
Revenir en haut Aller en bas
 
can we go back to the start ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: REALITY #2 (REFLEXION) :: ACHAERON :: Habitations-
Sauter vers: