your mistakes are walking all around you and sometimes they get in the way


Partagez | 
 

 your mistakes are walking all around you and sometimes they get in the way

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Moira Reed
ANA STEVENSON

avatar

CRÉDITS : riddle

INSCRIT LE : 29/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 587


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: (off) nash, adriel, tc x2 // zephyr, conrad

MessageSujet: your mistakes are walking all around you and sometimes they get in the way   Ven 24 Nov 2017 - 19:40

Ana tourne en rond, elle n'a que les mauvais choix qu'elle a fait à ressasser si bien qu'elle s'en obnubile jusqu'à ne plus y voir clair. Cela ne fait que trois jours pourtant, et cela suffit déjà pour que l'insanité de l'ennui la menace. C'est parfois compliqué de vivre avec les conséquences de ses actes, et dernièrement elle n'a fait que rendre ça plus ardu : dès qu'il y a une mauvaise décision à prendre, qui n'arrangerait rien et complètement saugrenue qui plus est, il fallait qu'elle se jette dessus bien sûr. Est-elle vraiment incapable de réfléchir avant d'agir dès lors qu'il est question de sa vie privée ? Tout est plus facile dans sa sphère professionnelle, là où elle sait instinctivement ce qu'elle doit et ne peut pas faire, quand bien même les cas les plus difficiles lui font face, et voilà qu'elle ne peut pas même faire son travail pour mieux se retrouver assignée à résidence bien malgré elle. C'est ce qu'il lui a été conseillé depuis son récent accident de voiture, dont elle est pourtant ressortie complètement indemne, mais ça ils ne le savent pas, personne ne se doute, qu'elle prétend cette amnésie et son défaut de souvenirs pour ces derniers mois. Voilà jusqu'où elle s'est enlisée pour espérer sauver son mariage. Elle sait que son sens de l'improvisation l'a encore réduite à une mascarade complètement sotte, seulement les derniers mots de son mari ce soir-là ont été qu'il ne voulait plus la voir, alors comment ne pas se retrouver prête au subterfuge le plus insensé pour ne pas le perdre ? Le désespoir qui l'a envahi à l'idée qu'il la quitte l'a précipité au pathétisme de ces prétendus. Mais croit-elle vraiment qu'il suffit de faire comme si elle a tout oublié pour mieux prétendre être la femme épanouie qu'il a fait d'elle toutes ces années durant, et non l'amante qui a croqué la pomme de la tentation ? Non, elle n'oserait pas s'accrocher à un tel espoir par peur de tomber d'une hauteur vertigineuse, c'est seulement que face à une éventualité qui lui paraissait impossible à envisager, elle s'est rabattue sur la moindre solution de repli qu'elle a pu improviser. Conrad était là, à son chevet, à exprimer son soulagement, et elle a soudain entraperçu ce qu'ils étaient vraiment à deux et c'est comme ça qu'elle a eu l'idée saugrenue de redevenir cette femme mariée heureuse en couple qu'elle était encore six mois plus tôt, celle qui vient d'apprendre qu'elle est à nouveau enceinte et qui n'a pas encore connu de quatrième fausse-couche, celle qui n'a pas repris la pilule à l'insu de son mari et qui n'a pas eu la faiblesse de l'adultère.
Il n'en reste pas moins qu'elle est toujours, si ce n'est plus encore, assaillie de peurs et d'une culpabilité vorace. En temps normal, son premier réflexe aurait été de trouver refuge auprès de Conrad, celui qui lui a apporté le bien-être dont elle a pu s'apaiser, et de tout lui confier pour avoir en réponse le seul point de vue qui compte vraiment ; mais cette fois-ci, elle ne peut pas lui confier ses doutes et ses fautes. Et quand Ana l'adolescente n'allait pas bien, lorsque Conrad n'était pas encore son tout et qu'elle cherchait un peu de réconfort, elle avait l'habitude de se réfugier dans le lieu public où il y aurait le plus de probabilités de voir du monde défiler sous ses yeux, si bien qu'aujourd'hui elle se rabat sur cette rue très passante où nombre de travailleurs se pressent pour déjeuner dans l'un de ces nombreux restaurants, tout ça pour espérer s'accrocher à un instant de répit et réfléchir sur ce qu'était devenu son quotidien par sa faute. Elle aime se retrouver cernée d'une foule d'étrangers afin de leur inventer une vie et ainsi se détourner brièvement de la sienne pour mieux la retrouver d'un œil neuf, et quand tout va vraiment mal, elle leur invente surtout tout un tas de travers et de problèmes pour soulager rien qu'un instant sa maigre estime d'elle-même en se disant qu'ils sont tous assiégés de ces faiblesses. Parce que l'être humain est faillible, n'est-ce-pas ? Et si Ana a eu chaque jour l'ambition de s'approcher de la perfection de sa sœur, elle ne cesse d'échouer inlassablement à terre où s'est érigé le piédestal en haut duquel se trouve Willa.

Une demi-heure est peut-être déjà passée, et Ana mesure avec perte et fracas la terrible idée qu'a été son initiative lorsqu'elle aperçoit les traits familiers de cet homme qui n'a rien d'un inconnu quand bien même elle le voudrait de toutes ses forces. Elle réalise en une seconde qu'elle a eu l'idiotie de se soustraire au bon sens en ne déduisant pas que se mêler à un lieu public très fréquenté multiplierait les probabilités de croiser la route de cet amant qui aurait dû rester un voisin avec lequel elle n'échangeait que de rares salutations. Et alors qu'elle aurait voulu ne plus jamais avoir à le revoir pour mieux occulter l'intimité qui les a lié à plusieurs reprises, elle a encore une fois provoqué une situation impossible de laquelle elle doit se dépêtrer. Et que fait-elle, face à la perspective difficilement envisageable de faire face à un amant dont elle n'est censée avoir aucun souvenir ? Elle prouve une nouvelle fois son talent pour l'improvisation bien réfléchie, alors qu'elle tourne instinctivement les talons et se presse pas à pas à fuir dans la direction opposée avec l'espoir qu'il ne l'aurait pas aperçu quand, pourtant, il faudrait qu'il ait perdu la vue depuis la dernière fois qu'elle l'a croisé pour ne pas l'avoir reconnu à une dizaine de pas de lui. Non vraiment, Ana est douée pour chercher à ne pas se confronter à une situation inextricable et finir malgré tout par se fourrer dans un cas de figure pire encore. Pourquoi n'a-t-elle pas plutôt continué son chemin et prétendu son amnésie s'il l'interpellait ? Mais la jeune femme a encore l'espoir qu'elle se donne plus d'intérêt qu'elle n'en a réellement pour lui et que, s'il a remarqué sa présence, il chasserait aussitôt d'une pensée la perspective de s'imposer une compagnie dont il s'est déjà irrémédiablement lassé.

________________

I may or may not be secretly in love with you
Revenir en haut Aller en bas
 
your mistakes are walking all around you and sometimes they get in the way
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: REALITY #2 (REFLEXION) :: ACHAERON-
Sauter vers: