a taste of heaven when you come home


Partagez | 
 

 a taste of heaven when you come home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Oscar Kidd

avatar

CRÉDITS : balaclava

INSCRIT LE : 27/12/2016
MESSAGES POSTÉS : 62


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: ned // harlow

MessageSujet: a taste of heaven when you come home   Mar 14 Nov 2017 - 21:55

Oscar a une obsession pour Harlow Walsingham, est-ce vraiment nouveau ? Ce n'est guère surprenant lorsqu'il passe tant de temps à s'octroyer sa compagnie, ou même à l'avoir à l'œil à son insu – ça, pour lui avoir tapé dans l'œil... Mais aujourd'hui est le jour où il profite de son absence pour entrer par effraction dans son appartement et préparer un rendez-vous galant. Leur rendez-vous galant. C'est une étrange conception d'un rendez-vous, lorsque l'un des deux concernés n'a pas donné son accord pour le tête-à-tête à venir (d'où le pourquoi de l'infraction). Mais qui n'a pas déjà surpris sa petite-amie d'un dîner romantique après une journée interminable à servir des cafés et satisfaire toutes autres demandes de ses clients ? Excepté qu'Harlow n'a rien de sa petite-amie, pas encore, et qu'elle prétend ne pas supporter sa compagnie. Elle est bonne actrice, il lui reconnaît au moins ça, et elle peut se ravir de faire exactement ce qu'il faut pour qu'il ne la lâche pas d'une semelle.
Mais bien avant ça, il dépose les quelques affaires qu'il a amené avec lui au pas de la porte (dont la serrure vient d'être sérieusement endommagée), pour s'octroyer aussitôt un petit tour du propriétaire... et il ne se contente pas que de regarder, mais aussi de profaner ses biens de son toucher, comme les armoires et les tiroirs dont il retourne le contenu, et ces courriers que l'absence de scrupules lui fait lire sans hésitation. Pour autant, il n'a pas de gants sur ses mains pour ne pas laisser d'empreintes digitales sur la moindre poignée en passant par les albums photos. D'ailleurs, il ne manque pas de sélectionner quelques photos au passage pour mieux les dérober – après tout, il doit aussi commettre une infraction criminelle pour que le terme d'entrée par effraction soit approprié. L'instant d'après, il jette son dévolu sur la bouteille de lait entamée dans la porte du frigo et il laisse quelques traces de salive sur son goulot après avoir allégé son contenu de quelques gorgées. Mais à présent il n'a plus de temps à perdre, Oscar, après tout cela ferait une grande différence qu'elle le trouve penché au-dessus de ce dîner aux chandelles plutôt qu'affalé au pied de son frigo après en avoir dévalisé le contenu. Non, plutôt que de lui piquer ses réserves, il allait lui préparer à manger pour ce soir, si bien qu'il retourne récupérer les quelques affaires qu'il a amené pour aussitôt se mettre à la tâche dans sa cuisine. Au menu, ce soir : un cake au gingembre pour l'apéritif, une langouste épicée en entrée, un filet mignon au miel et aux épices pour le plat principal, et une tarte tatin à la banane flambée en dessert. Et heureusement pour Harlow, il est excellent cuisinier !
Mais croit-il seulement qu'il aura l'occasion de lui faire découvrir ses talents culinaires ? Car pour ça, il faudrait que la demoiselle accepte de s'asseoir à la table de ce rendez-vous imp(r)o(vi)sé, et elle est plutôt connue pour lui donner du fil à retordre, surtout qu'elle risque peut-être d'avoir son mot à dire sur son infraction... Qu'espère-t-il, qu'elle tomberait sous le charme de cette petite attention préparée avec soin parce qu'elle fait partie de celles avec une paire d'ovaires désespérément à la recherche du Prince Charmant ? Oscar ne nourrit jamais d'espoir aussi naïf, et il est plutôt du genre à vouloir se jouer d'autrui lorsqu'il se fourre dans un plan aussi saugrenu que celui d'entrer par effraction chez quelqu'un pour lui préparer un dîner romantique. Pourtant ne devrait-il pas chercher à lui plaire plutôt, s'il a l'envie de croquer la demoiselle sous sa dent ? N'aurait-il pas dû lui cacher sa véritable nature d'être et lui réserver la façade du psychologue bienveillant pour ça ? Mais la préférence du trentenaire ne va pas à ce qui est facile, son intérêt est davantage piqué lorsqu'on lui donne des difficultés, et c'est bien pour ça qu'Harlow a fini par avoir toutes ses faveurs. Et puis, au lieu de s'obnubiler de la loi qu'il vient d'enfreindre en s'introduisant chez elle, elle devrait plutôt s'attarder sur les mille-et-un scénarios autres sur lesquels Oscar aurait pu jeter son dévolu, comme l'attendre entièrement nu dans son lit et non à cette table, ou s'adonner à ses talents pour le photomontage pour mieux les mettre en scène et faire d'eux un couple aux mœurs légères... Alors oui, d'une certaine façon, s'en tenir à ce diner prouve l'existence d'un certain romantisme chez sa personne. D'une certaine façon.

Lorsque tous ces délicieux mets sont enfin prêts, il abandonne alors la cuisine (dans un sale état, du sachet de farine percé qui a laissé quelques traces au sol, à l'évier qui regorge de vaisselles sales, en passant par le plan de travail recouvert de divers tâches et ustensiles), pour rejoindre ce qui lui sert d'entrée-salon et dresser la table qui serait le théâtre d'une attirance attisée. Bien sûr, il place deux bougies au centre de celle-ci, mais aussi aux quatre coins de la pièce pour lui offrir une lueur tamisée, et afin de compléter le tableau romantique, une musique d'ambiance envahit bientôt l'espace avec douceur. Il ne lui reste alors plus qu'à se préparer lui-même si bien qu'il se jette dans sa cabine de douche et prend ensuite la première serviette qui lui vient pour se sécher. Il s'attarde un instant sur son reflet dans le miroir et aperçoit un ou deux poils de sa narine droite qui pointent le bout de leur nez si bien qu'il est heureux de mettre la main sur une pince à épiler pour les arracher, et il ne lui reste plus qu'à profiter momentanément de la brosse à dents de la maitresse des lieux pour s'assurer que ce ne serait pas son haleine qui la repousserait ce soir.
Oscar vient tout juste d'enfiler la dernière pièce de son costume, lorsque du bruit lui parvient de la porte d'entrée, et il se cache volontiers derrière celle-ci pour laisser le soin à la belle de découvrir l'ambiance de la pièce répondant au maitre mot de romantique, car autrement il se doute que la vue de sa personne lui gâcherait son plaisir.

________________
the things you own end up owning you
Revenir en haut Aller en bas
 
a taste of heaven when you come home
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: REALITY #2 (REFLEXION) :: JERICHO :: Habitations-
Sauter vers: