But still I'll hide from you and hide what's inside from you ; Peter


Partagez | 
 

 But still I'll hide from you and hide what's inside from you ; Peter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Poppy

avatar

CRÉDITS : lux

INSCRIT LE : 23/09/2017
MESSAGES POSTÉS : 99


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (arthur, peter, rebecca, tc, * / 5)

MessageSujet: But still I'll hide from you and hide what's inside from you ; Peter   Mer 25 Oct 2017 - 23:10

A chaque fois qu'elle se penche d'un bâtiment en hauteur, Poppy se demande ce que ça ferait de laisser son corps basculer, entièrement, et chuter jusqu'au sol. La question s'impose brusquement, sans qu'elle ne sache d'où elle peut monter, et repart tout aussi vite en lui laissant un goût d'inachevé.
Quelque chose en elle l'empêche d'y penser, mais une autre part ne demande qu'à en connaître la réponse. Qu'est-ce que ça ferait de tomber, de voir le sol se rapprocher sans avoir d'autre possibilité que de l'accueillir et l'embrasser comme la fin vers laquelle toutes ces années ont tendu, d'être suspendue pendant quelques intants entre les airs et la terre...
Quelque chose la retient, à chaque fois, mais le fourmillement recommence à l'envahir à chaque fois que Poppy renouvelle l'expérience de la hauteur.  Du haut des buildings où il lui arrive de travailler, elle ne pense quasiment qu'à ça. Le contact du verre, froid contre sa peau, la sensation qu'elle éprouverait en passant à travers, l'air froid qui la saisirait en chaque point de sa peau, et le sol, fatalement. A force, elle est devenue comme obsédée par lui. Là où tant d'autres ne voient qu'une étendue de goudron sous leurs pieds, elle y entend un appel qu'elle doit s'efforcer d'ignorer. Ses concepteurs ont bien fait leur travail en gommant tout ce qui aurait pu expliquer, voire justifier, le suicide de leur fille, mais pas au point d'épargner à Poppy l'attrait qu'elle en éprouve. Elle ne veut pas mourir mais le sujet l'intrigue et, du nœud qui aurait pu lui enserrer le cou elle se retrouve à fantasmer sur ce sol sur lequel elle finira peut être par s'effondrer, à moins qu'Eron ne fasse son envol le premier. La proposition est tentante, assez en tout cas pour qu'elle en vienne à substituer le corps du maire au sien et à lui offrir le panel de sensations dont elle lui concède le partage. A un moment donné, il a su offrir aux gens le discours qu'ils souhaitaient entendre, celui d'un monde meilleur qu'ils avaient eu le courage de rêver dans son sillon. A leur place, Poppy aurait probablement fait de même. Lorsqu'elle s'écoute raconter à ses semblables qu'une autre vie est possible et qu'il suffit d'agir tous ensemble lorsque le moment sera venu pour y parvenir, il lui arrive de se dire qu'elle doit lui ressembler. Elle doit partager certaines de ces inflexions et se reconnaît dans cet empressement à vouloir convaincre sans se défaire de la logique de son propos, dans cette folie propre à ceux capable de tout. Elle n'aime pas savoir cette ressemblance, mais elle n'arrive pas à la nier. Aussi compliqué que ce soit pour elle, Poppy en est arrivée à comprendre le maire de la ville, et de fait à l'en haïr davantage. Même en sachant qu'il n'est que le symbole de cette société, il représente une force contre laquelle elle n'a pas d'autre liberté que de se révolter. L'image de sa chute, qu'elle soit métaphorique ou plus littérale, l'aide à tenir lorsqu'elle entend le sort de certains de ses semblables et l'empêche de sauter le pas. Elle ne sait pas si elle en serait réellement capable et préfère ne pas le savoir. Il y a des choses qu'il vaut mieux ne pas expérimenter tant on pourrait les regretter, et Poppy range tous ces fantasmes dans cette catégorie sans pour autant se priver du frisson que lui procure leur approche.
Elle ne sautera pas, elle en est convaincue, et se contente une nouvelle fois d'errer au dernier étage du parking géant de Jericho en admirant la vue qui s'offre à elle. Poppy n'a pas de voiture et ne sait pas conduire, contrairement à Connie, mais ce changement est l'un de ceux qui la dérange le moins. Ses concepteur ont été incapable de lui expliquer précisément pourquoi il avait voulu modifier ce point mais, pour une fois, elle ne leur en veut pas d'avoir altérer ses souvenirs tant elle ne voit pas l'intérêt de cet effort en comparaison de l'anonymat que lui accorde son statut de piétonne. Elle a pris l'habitude de donner des rendez-vous sur ce parking, à l'un ou l'autre des étages qu'il comporte, mais finit toujours pas aller faire un tour au dernier, là où il y a le moins de monde et où elle peut exercer ses pulsions à contempler le vide qui s'offre à elle.
Cette fois, comme tant d'autres, elle se penche pour mieux contempler le sol, ses pieds se soulevant jusqu'à ne présenter qu'un appui très limité qui ne manque pas d'attirer l'attention d'un jeune homme qu'elle avait jusque là négligé. Elle l'a bien vu à plusieurs reprises depuis son arrivé mais l'a rangé dans la catégorie des « sans dangers » et ne lui a pas prêté la moindre attention avant cet instant . Tout va bien, je n'ai pas l'intention de sauter. Elle redescend pour attester de sa bonne volonté et s'approche de lui après l'avoir reconnu. C'est vous qui aviez défendu les jumeaux Bleinberg, non ? Il me semble que la police n'avait pas été très tendre en retour... Elle lui sourit une fois arrivée à une distance raisonnable et l'observe plus attentivement qu'elle n'a pu le faire des photos qui lui ont jusque là été présentées. Même en restant prudents, certaines histoires finissent par faire le tour d'un quartier ou d'une ville, et d'autant plus rapidement si l'on fait partie des bons réseaux. En l'occurrence, ceux de Poppy ont particulièrement apprécié l'effort de ce Peter Dawson dont elle se délecte maintenant qu'elle l'a sous les yeux.

________________

'till Tuesday.
Revenir en haut Aller en bas

Peter Dawson

avatar

CRÉDITS : schyzophrenic

INSCRIT LE : 18/07/2016
MESSAGES POSTÉS : 358


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP:

MessageSujet: Re: But still I'll hide from you and hide what's inside from you ; Peter   Dim 31 Déc 2017 - 0:56

Donner un rendez-vous secret sur un parking était quelque chose de cliché, et de surfait. Mais c'était efficace, et les gens avaient l'impression de s'y sentir en sécurité. Peter, lui, ne partageait pas cet avis. Des caméras étaient placées aux quatre coins du parking, en plus de celles que l'on pouvait trouver à proximité de chaque borne, et de l'entrée et de la sortie. Par chance, Peter ne craignait pas les répercussions que ses actions contre le gouvernement pouvaient avoir. Il ne s'en montrait pas moins vigilant pour autant, mais avait depuis longtemps compris les tenants et aboutissants de ses actions, et décidait qu'ils étaient bien plus importants que les répercussions que cela pouvait avoir sur sa vie. Peter tenait à aider les clones et à faire comprendre aux autres citoyens, mais aussi aux autorités qu'ils étaient des êtres humains comme les autres – c'était juste leur méthode de conception qui différait. Preuve en était que la société Chetwynde Inc. ne fonctionnerait pas si bien sinon ; personne ne voudrait d'une personne incapable de ressentir des émotions dans sa famille. Quant aux autres sociétés de clonage, elle ne se rendait simplement pas compte que la seule chose qu'elle faisait, était de manipuler le cerveau d'autres êtres humains. Peter n'irait jamais jusqu'à formuler cette idée aux autorités – Dieu seul sait ce qu'elles en feraient – mais il se demandait souvent si le seul moyen de leur faire comprendre que les clones méritaient autant de droits que les humains, ne seraient pas de leur prouver que les manipulations génétiques qu'ils faisaient, pourraient être réalisées sur des humains « normalement conçus ».
Une fois son entretien terminé, il remonta jusqu'au dernier étage du parking où il avait abandonné sa voiture, et regarda intrigué une jeune femme qui ne semblait pas avoir bougé d'un iota depuis qu'il était parti. Ce n'est que lorsqu'il la vit se pencher dangereusement en avant, qu'il esquissa un pas vers elle, près à courir pour la rattraper. Elle sembla cependant percevoir sa présence, et lui indiqua qu'elle ne comptait pas sauter. Il s'arrêta alors dans son mouvement, ses muscles se relâchant. Ravi de ne pas avoir à jouer les super héros, Peter ne prit pas pour autant pour argent comptant les propos de l'inconnue. Lui aurait-elle avoué, si cela avait été le cas ? Cynique, le jeune homme n'était pas convaincu de ses propos, mais tant qu'elle ne se suicidait pas devant lui, il s'en contenterait. Fut un temps où il se serait probablement assuré qu'elle allait vraiment bien, mais il avait fini par en avoir assez de voir les gens se jouer de lui et préférer ne pas se mêler des affaires des autres. Il fit alors demi-tour pour reprendre le chemin vers sa voiture, mais s'arrêta en l'entendant mentionner l'épisode des jumeaux Bleinberg. Il attendit quelques secondes pour voir si elle avait quelque chose à ajouter, puis se tourna vers elle, d'un air suspect. Qui était-elle, et surtout essayait-elle de l'avoir ? Elle continua de s'approcher vers lui, et Peter crut bien y voir de l'admiration. Flatté, mais pas assez pour en devenir bavard, il se contenta de hausser les épaules avant de minimiser l'importance qu'elle semblait donner à cet incident : «  On a vu pire, j'ai eu de la chance. » Et c'était le cas. Ils n'avaient pas arrêter Peter et s'était contenté de le remettre à sa place – à leur façon. Il aurait pu lui arriver bien pire, mais les policiers savaient pertinemment qu'ils pouvaient obtenir bien plus de Peter en se débrouillant bien. Par chance pour lui, ils avaient trop de travail et ne parvenaient pas vraiment à prendre le temps d'enquêter sur lui. «  Mais comment avez-vous entendu parler de cette histoire ? Je ne me souviens pas vous y avoir vu. » Il continua à l'observer avec attention, mais Peter n'avait aucun souvenir de l'avoir aperçu parmi les quelques personnes qui avaient été témoins de la scène, ni même de l'avoir déjà vu tout court. C'était étrange d'être scruté de la sorte, par une parfaite inconnue, mais Peter était désormais intrigué. Il saurait se montrer prudent, mais était curieux d'en savoir plus sur son admiratrice.
Revenir en haut Aller en bas

Poppy

avatar

CRÉDITS : lux

INSCRIT LE : 23/09/2017
MESSAGES POSTÉS : 99


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (arthur, peter, rebecca, tc, * / 5)

MessageSujet: Re: But still I'll hide from you and hide what's inside from you ; Peter   Mer 3 Jan 2018 - 12:00

Tout se joue dès les premiers instants et dans la posture que chacun y adopte, chez les humains aussi bien que chez les clones. A ci niveau là, au moins, Poppy ne peut nier qu'ils sont sur un plan à l'égalité parfaite tant chacun ignore ce que l'autre peut avoir en tête ou à apporter, uniquement régis par la nécessité d'aller de l'avant. Elle le sait suffisamment pour ne pas laisser passer l'occasion qui se prrésente sous ses yeux, trop heureuse d'avoir été suffisamment réactive pour ne pas avoir à lui courir après. Tomber sur Peter Dawson en pareil endroit n'est qu'une question de chance et elle se félicite de l'avoir eue, detaillant de là où elle se trouve les contours de son visage à la recherche des derniers témoignages de son intervention. Même sans avoit été là lorsque la chose s'est produite, elle a suffisamment écouté le récit de ceux qui y ont assisté pour avoir l'impression d'en connaître le moindre détail, quitte à inventer pour son propre plaisir ceux qui lui manquaient encore. A avoir Peter sous les yeux, elle recalibre les intonations de sa voix lorsqu'il intervient en faveur des jumeaux, son regard vers les forces de l'ordre et l'inclinaison de son cou sous l'impact d'un poing vengeur. Il ne lui faut pas plus de quelques instants pour venir à bout de tous ces réajustements, le temps seulement pour Peter de se tourner vers elle.

- Pas plus qu'eux. Ils vous doivent beaucoup, même s'ils ne le découvriront probablement pas avant quelques années...

Ce qu'elle désapprouve, mais personne n'a encore daigné prendre en compte son opinion sur le sujet. En tant que clone, elle a toujours affirmé préférer connaître son statut plutôt que vivre dans l'ignorance de sa spécificité, un choix pour lequel optent pourtant tant de concepteurs. Tous n'ont pas de mauvaises intentions en le faisant, Poppy leur accorde bien ça, mais ce n'est pas assez pour la faire fléchir. Les petits Bleinberg, comme tous les autres clones, on le droit de savoir. Ils y perdront la part d'humanité que leurs concepteurs ont daigné leur accorder, du moins celui qui a le malheur de ne pas être aussi humain que son frère, mais au moins il saura, et Poppy considère que c'est la plus belle preuve de reconnaissance qui peut lui être faite.

- C'est normal, je n'y étais pas. Mais les gens parlent, Peter, et entre clones les informations circulent assez vite. Ce n'est pas tous les jours que nous avons des héros à célèbrer. Pour tout vous dire, c'est même plutôt le contraire.

Elle grimace en pensant à tous ceux qui n'ont pas eu la chance de ces enfants, lorsque personne ne daigne s'interposer entre un clone et la haine qu'il représente chez les Hommes. Elle en a vu le résultat chez tant d'entre eux, des amis pour certains, dont l'existence a été effacée au seul principe qu'ils n'étaient pas aussi réels que d'autres. Les quelques années qu'ils passent aux côtés de la race humaine semblent bien dérisoires lorsqu'il s'agit de les mettre au rebut ou d'abréger ce que l'on nie à appeler leur vie, et Poppy est bien placée pour le savoir après y avoir échappé suite au décès de ses concepteurs. Par chance, si l'on voulait continuer dans la voie ouverte par Peter et minimiser les miracles les plus absolus, ils avaient veillé à ce que la remplaçante de la fille puisse leur survivre et prétendre à une longue et belle vie, même sans eux.

- Mais j'imagine que vous allez me dire que vous n'êtes pas un héros, ce que je comprendrais très bien, alors laissez moi seulement vous dire merci.

Elle lui tend la main, chose rare à l'égard d'un être humain, mais qui témoigne de l'estime qu'elle peut avoir pour lui. Ils sont bien peu nombreux à prendre parti comme Peter l'a fait, se contentant généralement de prétendre ne rien avoir contre les clones pour mieux se laver les mains du sort qui peut être le leur.

________________

'till Tuesday.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: But still I'll hide from you and hide what's inside from you ; Peter   

Revenir en haut Aller en bas
 
But still I'll hide from you and hide what's inside from you ; Peter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: REALITY #2 (REFLEXION) :: JERICHO-
Sauter vers: