Save me from yourself. (Kayden)


Partagez | 
 

 Save me from yourself. (Kayden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: Save me from yourself. (Kayden)   Jeu 14 Sep 2017 - 5:44



Who is saving you ?


Elle riait aux éclats, c’était magnifique, mélodieux et le cœur d’Aria se serrait alors que ses yeux brillaient. Elle admirait l’innocence de sa fille, cette capacité à aller de l’avant, à continuer même sans son papa. Bien sûr c’était parce qu’elle n’avait pas conscience de tout mais ce n’en était pas moins impressionnant. Liv avait deux ans et elle était le pilier de sa mère, sans elle, elle ne pourrait pas. Son tout petit bébé qui s’approchait d’elle en riant, qui lui tendait les bras. « Je t’aime ma chérie. » Elle lui susurrait à l’oreille alors qu’elle la serrait fort contre elle. Elle ne pouvait pas s’empêcher de lui dire, encore et encore, elle ne voulait pas qu’elle l’oublie, que cet amour disparaisse lui aussi. « Papa,  je vais aller faire quelques courses, tu peux garder Liv ? ». Le regard posé sur son père, elle avait ce sourire rassurant. Elle faisait de son mieux pour ne pas voir l’inquiétude dans son père, il craignait qu’elle ne remonte pas la pente. Il avait peur que comme beaucoup, elle abandonne sa vie, elle tombe dans l’alcool mais, ce n’était pas ce que Aria voulait. Bien sûr sa vie n’avait plus beaucoup de sens en ce moment, l’objectif principal était de se lever et de s’occuper de Liv mais elle ne voulait pas devenir un déchet. « Bien sûr, tu peux filer. ». Elle déposa un baiser sur la joue de son papa avant d’attraper son manteau et de faire un câlin à sa fille, lui promettant qu’elle reviendrait vite. C’était comme la promesse qu’elle n’allait pas disparaître.

Elle avait été acheter quelques trucs futiles, des fruits, des couches, des produits ménagers, bref ce genre de choses. Et puis elle était restée un moment devant le rayon jouet avant d’en choisir un pour sa fille. Elle avait pour principe de ne pas trop la gâter, elle ne voulait pas qu’elle soit pourrie gâtée mais elle voulait la rendre heureuse, faire une exception. Du coup, elle était plutôt impatiente de retrouver sa famille et ses foulées étaient rapides dans la rue, les bras chargés. Elle entendit des personnes siffler, on l’appelait mais elle ignorait. Elle accéléra le pas sans oser regarder derrière mais très vite un homme fut à sa hauteur. « Bah alors, on veut pas d’aide pour ses courses, j’peux te tenir ton sac. » instantanément, elle serra plus fort ses courses et son sac à main. Elle n’avait vraiment pas besoin de ça. « Non merci. ». Le ton était sec et l’homme bien trop imposant pour son petit gabarit. Le genre de petite raclure qui aime intimider plus faible que lui. Forcément avec vingt centimètre et cinquante kilos de plus, c’était facile de s’en prendre à Aria. C’était lâche mais pas moins effrayant. Il ne tarda pas à tirer sur ses sacs, bousculant Aria. « Oh mais si, j’insiste. ». Aria plongea son regard dans le sien, peu décidé à lâcher. « Non, fous-moi la paix ! ». Elle criait, elle doutait que quelqu’un l’aide mais elle ne pouvait plus être passive.


Revenir en haut Aller en bas

Kayden Genovese

avatar

CRÉDITS : ELOW ;

INSCRIT LE : 12/01/2017
MESSAGES POSTÉS : 184


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: (charlie ▵ libre) ∴ (thea ▵ remus)

MessageSujet: Re: Save me from yourself. (Kayden)   Jeu 28 Sep 2017 - 11:37



save me from yourself


A chaque fois qu’il était sur la route, il hésitait. Il hésitait à ne pas s’arrêter à l’endroit prévu. Il hésitait à disparaître à des kilomètres et changer d’identité. Il hésitait et puis il se rappelait. Il ne pouvait pas y échapper, où qu’il aille, cette vie allait le rattraper et quoi qu’il construise, cette vie allait le détruire. Alors il finissait par ne plus y pensait, par se focaliser sur l’ordre qui lui avait été donné et il oubliait. Ses rêves, ses aspirations, ses espoirs, tout disparaissait à l’horizon alors qu’il s’approchait de sa destination.

L’une de ses premières missions en tant que Jupiter était de récupérer de l’argent. L’un de ses frères gérait sans problèmes des prêts et des paris, mais il n’avait pas le temps de toquer aux portes des retardataires. Sa première victime, il s’en souvient parfaitement : un père de famille au bout du gouffre qui n’avait pas réussi à retrouver un emploi après avoir été mis à la rue par sa précédente entreprise. Des mois de galère, des mois à tenter l’impossible. Et la date limite était passé. Il y avait plusieurs niveau pour persuader un homme de trouver l’argent nécessaire. La simple conversation, quand c’est un premier avertissement - ce qui n’était pas le cas cette fois-là. L’attaque en pleine rue, quand après un second avertissement amicale, toujours aucun centime n’a été fournis et enfin, l’ultime remboursement. La personne concerné se voit déposséder de tout bien. Tout est revendu… même certains organes. Kayden avait beau comprendre les souffrances des autres, il savait qu’il n’était rien de plus qu’une marionnette. Qu’un pion qui devait écouter les missions qu’on lui confié. Après toutes ces années, plus rien ne l’étonnait. Plus rien ne l’arrêtait non-plus. Les pleures, les cris, les suicides…

Mais cela ne l’empêchait de ressentir la culpabilité. Elle était là, lourde, pesante sur son coeur et s’il l’ignorait, il lui avait parfois de ne ressentir que ça. C’est cette même culpabilité qui le pousse à observer Aria de loin, de temps en temps. De vérifier que tout vas bien, qu’elle ne souffre pas. Elle ignore que la disparition de son mari n’est pas lié à celle des autres et lui, il le sait trop bien. C’était peut-être le crime de trop… Alors quand il l’aperçoit sortir faire des courses, il la suit, machouillant son cure dent. Il fait mine de chercher dans les rayons, en silence, comme si c’était tout à fait normal. Il n’achète rien, à part un paquet de chewing gum, puis se remet à la suivre de loin… jusqu’à ce moment-précis où des abrutis s’imaginent qui pouvaient faire ce qu’ils voulaient d’elle… Sans attendre très longtemps - et crachant son cure dent - il se dépêche de bousculer l’imposante racaille. Du haut de son 1m76, il était pas assez grand, mais cela ne l’empêcha pas de le regarder droit dans les yeux.

Barrez-vous, imbecille. Prenant les devant sans réfléchir, il plante son regard dans les yeux de celui qui était prêt à tout arracher et répète. Barrez-vous. Il le bouscule une nouvelle fois d’une main, moins puissant que plus tôt, mais cela lui permet de mettre en évidence une chose : le G sur son index, entouré de deux serpents. Là encore, tout se jouait sur la hiérarchie. Le parrain avait une couronne sur son G. Les membres officiels de la famille avait le même tatouage que Kayden, à la différence que les deux serpents étaient noirs alors que lui, l’un était blanc. Enfin, ceux qui ne possédaient que le G n’était que des hommes de mains parfois dispensable et souvent envoyé en prison pour éviter à d’autres d’y aller. Maintenant, restez t-il à savoir si l’abruti devant lui comprenait la situation à non. Et évidemment, il n’était pas seul. L’aperçu d’un autre tatouage sur l’épaule d’un petit blond permet à Kayden de comprendre que ces hommes-là n’était pas des ennemis. Normalement.

Me forcer pas à devenir violent. Dans ces moments-là, la seule façon de mettre un terme à tout ça, c’est de montrer qu’il ne plaisante pas. Un léger mouvement lui permet de donner un aperçu sur l’arme qu’il avait sur le côté. Une beretta, neuve et efficace, illégalement offerte par l’entreprise qui s’est ralliés au Genovese au début des années 20.

Spoiler:
 


________________

you'll never change

i know you're waiting for me
at every corner of life, death.

Revenir en haut Aller en bas
 
Save me from yourself. (Kayden)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: THE GRAVEYARD :: TURNING INTO DUST :: A Walk Down Memory Lane-
Sauter vers: