A walk among the tombstones


Partagez | 
 

 A walk among the tombstones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: A walk among the tombstones   Mar 25 Juil 2017 - 14:32

« A walk among the tombstones »

Feat Soren et Skylar
Son ventre se met à grogner pour la dixième ou douzième fois. La jeune femme tourne la tête vers la cuisine. Après tout, se laisser dépérir ne va pas régler ses soucis ni lui ramener Mia. En s'y dirigeant, elle se demande si son enfant a quelqu'un pour veiller sur elle. A-t-elle atterri elle aussi dans la vie d'une autre ou bien tout simplement disparu car la Skylar de ce monde n'est pas devenue mère ? La question la travaille beaucoup, au plus profond de son cœur la maman ne peut qu'espérer que tout va bien pour elle, qu'elle est entourée d'amour. Si elle pouvait en avoir la certitude, la déracinée aurait sans doute plus de force pour accepter ce coup du sort. Le frigo est quasiment vide, hormis un fond de bouteille de lait, un bocal de cornichons et du beurre. Le congélateur n'est pas mieux loti. En fouillant les placards, la brune met la main sur une boite de crackers entamée. Cela fera l'affaire en attendant le réapprovisionnement. Une fois son estomac à demi rassasié, elle enfile ses sandales et attrape son sac à main. Non, ce ne sont pas MES affaires ni MON argent que je vais dépenser. Que se passera-t-il si cette personne qui partage mon nom et mon visage revient ? Est-ce qu'on a juste échanger nos places ? Elle a intérêt de bien s'occuper de ma fille.

Au supermarché, Sky ressemble à quelqu'un de normal. Elle arrive à sourire à la caissière qui enregistre ses articles et lui donne le montant. Elle a mis dans le chariot des produits un peu machinalement et serait bien incapable de dire lesquels. Elle tend sa carte bleue pour régler avant de ranger les achats dans son panier. Une fois sortie, Miss Beauchamp s'arrête devant la devanture d'un fleuriste. Les lys ont attiré son attention, c'était les préférées de sa mère. Elles fleurissent sûrement encore dans le jardin familial ici même à Mount Oak, si tant est que ses grands parents maternels soient toujours de ce monde ou que quelqu'un ait racheté leur maison. La jeune femme décide d'en prendre un bouquet et de passer sur la tombe de celle qui lui a donné la vie un peu plus tard. Et c'est ce qui la conduit en fin d'après-midi au beau milieu du cimetière hors de la ville. L'orpheline déambule parmi les tombes bien rangées, certaines entretenues d'autres laissées à l'abandon. Elle se demande si son double vient comme elle parfois ici pour rendre hommage à sa mère. C'était une personne douce et généreuse, tout l'inverse de son mari. Elle aurait sûrement mérité une vie plus belle.

En passant, les yeux de Skylar s'attardent parfois sur les noms, les dates ou les petits mots d'adieu. Ici un mari aimé, un père regretté, là une jeune fille arrachée à l'existence trop tôt. Et quand elle remarque celles de Lily Strand, la maman s'immobilise. Cela réveille sa propre peine, la perte d'un petit. Mia est plus âgée et elle continue d'espérer qu'elle vit heureuse quelque part, là où on l'a arraché. Pourtant dans cette réalité elle n'a pas d'existence, c'est comme si elle était morte. Les yeux de la brune se mouillent et une larme commence à rouler sur ses joues. Elle note qu'un pot de fleurs sur la tombe s'est renversé. Aussi l'étrangère décide de s'arrêter pour réparer les dégâts. Avec respect et délicatesse, elle s'agenouille à côté de la tombe après avoir posé son bouquet sur le sol. Ses mains regroupent la terre qui s'est répandue et la reversent dans le pot redressé par ses soins. Elle ne sent pas de suite le regard peser sur elle, trop occupée à sa tâche. Mais quand Sky s'en rend compte, elle sursaute et tourne le visage vers l'homme qui se tient là. Bien vite elle devine que contrairement à lui il est proche de cette petite Lily. Avec un sourire embarrassé, elle se relève en frottant ses mains terreuses.


« Bonjour, pardonnez-moi j'ai voulu arranger les choses en voyant les fleurs renversées. Ses yeux croisent un instant ceux de l'inconnu et la douleur qu'elle y lit la touche beaucoup. J'ai... perdu ma fille il y a peu, alors je crois pouvoir imaginer la douleur qui est vôtre. Sans elle je me sens comme seule au monde.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: A walk among the tombstones   Jeu 3 Aoû 2017 - 13:42

Son cellulaire ne cesse de sonner … Il le réclame de ses tintements nasillards. C’est insupportable, comme chacun des bruits qui carillonnent dans cette putain de baraque. Le four à micro-ondes ? Il aurait bien envie de lui faire traverser le salon s’il n’était pas aussi utile à sa survie. Parce que c’est ce qu’il fait Sorèn ; il tente de survivre. Il s’accroche vainement aux branches, sort désespérément la tête de l’eau en tentant d’effacer les images morbides qui dansent dans son crâne - Lily qui traverse le pare-brise, Tammy inconsciente sur le siège passager, son seul et unique enfant gisant sur l’asphalte. Cette vision d’horreur lui donne la gerbe alors que les larmes ravagent déjà ses yeux clairs. L’accident, la mort, la solitude … Rien ne l’avait préparé à l’horreur … parce que l’on ne se prépare jamais vraiment à ce genre de choses. Ni à l’après. Lorsque l’on identifie les cadavres à la morgue, lorsque l’on enterre sa propre chair, lorsque l’on revient dans une maison désespérément vide. Ici, tout le ramène à ses deux femmes ; Tammy, dont les photos sont encore accrochées aux murs, Lily et sa chambre colorée à l’étage. Strand n’a pas eu le cran d’y rentrer … tout comme il n’a pas eu le courage nécessaire pour décrocher ces foutus cadres. C’est glauque, il en a conscience … et pourtant, c’est tellement nécessaire.
Les médias ont eu vent du décès de l’ex-superstar. Alors depuis, les journalistes font le gué sur son perron. Les flashs crépitent à chacune de ses sorties. On l’accuse d’être un meurtrier, d’être un monstre ou encore un lâche … Les écrits des fans pullulent dans sa boîte aux lettres, les hommages envahissent son jardin, les menaces pèsent sur son crâne. De son vivant, Tammy n’avait jamais eu autant d’attentions … comme quoi, le norvégien avait raison sur un point - la célébrité est une chienne, qui finit fatalement par vous baiser, d’une manière ou d’une autre.
Ses doigts se resserrent sur son verre de whisky. Il est quinze heures et comme chacune de ses journées, depuis les funérailles, Sorèn s’apprête à suivre un étrange rituel. Il fait le tour de la maisonnée, récupère le courrier, jette celui-ci dans la poubelle de son voisin, adresse quelques doigts d’honneur aux journalistes insistants avant de prendre la direction du cimetière. L’absence est insurmontable, tout comme l’est son chagrin mais les photographes ne lui laissent aucun répit. On l’interpelle, on le siffle dans l’espoir de recueillir quelques mots sur le drame. Comme s’il allait se livrer, comme s’il allait révéler que Justine était la principale cause de cet accident.
Le norvégien presse le pas et contre toutes attentes, le reporter n’insiste guère. A croire que leur pugnacité s’étiole et c’est tant mieux. Quinze heures vingt, le gravier du cimetière roule sous ses semelles. Son pas est vif mais ses muscles se figent lorsqu’il entre-aperçoit une silhouette près de la tombe de Lily. Ses poings se ferment instantanément. Justine … Bordel. Elle n’a plus sa place ici, il croyait avoir été clair sur le sujet. Sorèn s’avance, prêt à lui cracher quelques saloperies au visage lorsque la surprise le gagne. Elles ont la même silhouette, c’était à s’y méprendre. Le visage de l’inconnue transpire la tristesse et quelques larmes perlent à la commissure de ses yeux sombres. Elle s’explique, pointe du doigt le pot de fleurs renversé et s’épanche. « C’est moi … qui suis désolé. » D’avoir été sur la défensive, d’avoir agi en sombre crétin. Les justifications sont multiples. « Navré pour votre enfant … » Sorèn fuit son regard même s’il a l’intime conviction qu’elle ne le jugera pas. « Lily est morte d’un accident de voiture … J’étais au volant. »  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: A walk among the tombstones   Lun 14 Aoû 2017 - 15:18

« The heaviness of loss »

Elle aimerait trouver quelque chose à dire, à faire face à ce père éploré. Elle voudrait ne pas se sentir si maladroite et stupide, pourtant Sky sait qu'aucun mot ne saurait être d'une quelconque consolation pour eux. Il n'existe rien de pire que la perte d'un enfant et les circonstances de la disparition de Lily sonnent bien plus tragiques que le coup du sort qui l'affecte elle. Une fraction de seconde, une petite voix dans sa tête, appelons-la sa conscience peut-être, se met à chuchoter qu'elle est une imposteuse. La maman n'est pas certaine de la mort de son enfant. Malgré cela, la douleur qu'elle ressent tout comme la peine sont bien réels. Et la finalité reste la même : dans cette vie pas de Mia. Est-ce que cela ne donne pas de légitimité à sa souffrance ? Est-ce que cela n'offre pas le droit de pleurer aussi et de chercher quelqu'un qui puisse comprendre ce qu'elle éprouve ? Ce ne sera sûrement pas cet inconnu car jamais elle ne pourra lui expliquer l'étrangeté de ce qu'elle traverse. En attendant, ils sont là tous les deux au beau milieu des tombes le cœur en miettes. Ils ressentent sans doute le même vide cruel. Skylar doit trouver quoi répondre, ne pas laisser un silence pesant venir ajouter à l'ambiance déjà sordide de ce cimetière.

- J'imagine qu'on ressent tous la culpabilité quand quelque chose d'aussi affreux survient.  Un sourire furtif étire ses lèvres pour exprimer sa compassion.Ma fille s'appelait Mia. Chaque matin quand je me réveille j'ai encore ces foutus réflexes de vouloir aller vérifier si elle dort encore ou de lui préparer ce qu'elle aime pour le petit-déjeuner. Je suppose que vous connaissez ça aussi, c'est comme avant : quand on ne pouvait pas s'empêcher la nuit d'aller voir s'ils respiraient bien. On ne se défait pas facilement de cet instinct. Quand elle est née, j’étais tellement terrifiée à l'idée de faire les choses de travers avec elle. Je me souviens comme elle paraissait minuscule et fragile... Me dire que ce petit être dépendait de moi seule c'était une lourde responsabilité. Je ne sais pas pourquoi je vous embête avec tout ça.

La brune secoue la tête, les larmes ont malgré elle commencé à rouler sur ses joues. Par fierté elle se dépêche de venir les écraser sous la pulpe de ses doigts. La déracinée se sent décidément idiote plantée là, près de la tombe de l'enfant d'une autre à partager ce mal qui la ronge. Son regard encore embué se pose sur l'homme endeuillé. Sky n'a aucune idée de sa célébrité, son nom de famille ne lui a rien évoqué.

- Est-ce que vous avez d'autres enfants, une femme ou de la famille à qui vous raccrocher ?Qu'est-ce qu'elle espère ? Qu'il ne soit pas aussi abandonné qu'elle ne l'est, qu'il soit entouré et soutenu contrairement à elle ? Peut-être qu'alors elle pourrait tourner les talons et redevenir une étrangère venue se recueillir devant une pierre gravée. Mais en a-t-elle réellement envie ? Miss Beauchamp a trop désespérément besoin d'une bouée pour ne pas se noyer. Il ne semble pas judicieux de vouloir s'appuyer sur un autre naufragé pour surmonter la prochaine vague. Il faudra bien réapprendre à ne compter que sur elle-même, ne vivre que pour elle-même et cela est totalement opposé à ce qui fait l'essence de sa personne. Elle se sent incapable d'y parvenir. Il ne reste qu'à espérer qu'elle soit plus forte qu'elle ne le pense. Au fait, je m'appelle Skylar.

014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas
 
A walk among the tombstones
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: THE GRAVEYARD :: TURNING INTO DUST :: A Walk Down Memory Lane-
Sauter vers: