Sharing the same blood, will you be the one who cares ?


Partagez | 
 

 Sharing the same blood, will you be the one who cares ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: Sharing the same blood, will you be the one who cares ?   Lun 24 Juil 2017 - 11:51

« Sharing the same blood, we'll you be the one who cares ? »

Feat Jax & Rose
La jeune femme se sent ballottée entre deux eaux tel un navire en pleine tempête. La foudre s'est déjà abattue, brisant le mât. On dit qu'elle ne tombe pas deux fois au même endroit et vu les dégâts occasionnés c'est heureux. Mais qui sait si Skylar ne fera pas mentir l'adage ? Peut-être que la prochaine vague viendra l'engloutir, pour l'instant elle se cramponne à la barre et essaie de trouver un cap. Passé le choc et la multitude de questions qui ont hanté son pauvre cerveau, elle a décidé de reprendre cette vie qui n'est pas exactement la sienne là où elle s'est arrêtée. Apprivoiser la bête informatique auquel elle ne connaît pas grands choses n'a pas été facile. A se demander ce que cette femme qui porte son nom et a son visage peut bien trouver d'amusant à passer des heures les yeux rivés sur un écran à pianoter compulsivement. C'est curieux il faut avouer, de tomber sur des messages signés de son patronyme, des mots qu'elle n'a pas écrit mais qu'elle a parfois pensé tout bas. Certes la verve de son homonyme est on ne peut plus fleurie. Elle qui faisait toujours attention à ne pas employer de gros mots devant Mia... Est-ce qu'elle arrivera à prendre la suite de ce blog ? Pas tout de suite en tous cas. Elle se contente de taper et publier un bref message stipulant qu'elle a besoin de vacances. Cela fera l'affaire en attendant qu'elle prenne ses marques.

Un coup d’œil aux relevés bancaires de son double l'a laissé un peu choquée la veille. La mère célibataire s'est toujours battue pour arriver à payer ses factures, offrir une vie décente à sa précieuse fillette. Et là, il semblerait que cette autre, elle, ait plus que de quoi vivre confortablement. Au moins Sky n'aura pas à se soucier des rentrées d'argent quelques semaines, ce qui lui laisse le loisir de s'acclimater. Sans réel espoir, puisqu'elle est assise devant cette fenêtre sur le monde virtuel et ses ressources quasi infinies, la brune commence à taper le prénom de Mia ainsi que le nom de famille de son géniteur qui n'a pas voulu la reconnaître. Google images lui affiche les visages souriant d'inconnues bien plus âgées que son enfant partout aux États-Unis. Elle essaie de préciser la date de naissance et cette fois : aucun résultat. La déracinée donnerait tout pour avoir au moins une photo d'elle à regarder, même un doudou, un vêtement, n'importe quoi. Son odeur lui manque, le contact de ses cheveux sous ses doigts ou de sa joue contre la sienne. Elle donnerait toutes les économies de cette femme, son loft, ses biens dans leur intégralité pour juste un câlin avec sa fille. Je peux pas continuer comme ça, je vais virer folle. Il faut que je trouve quelque chose à quoi me raccrocher, n'importe quoi...

Mais quelle famille lui reste-t-il puisque Bran ignore tout de ce qu'ils ont partagé dans sa vie ailleurs ? Peut-être Jax, ils partagent le même sang et la même enfance brisée. Est-ce qu'il répondra cette fois si elle essaie de le contacter ? A quoi ressemble son frère dans cet espèce de monde parallèle qui n'est pas le sien ? Avec sa veine, ce sera sûrement un connard de la pire espèce. Et s'il avait suivi les traces de leur père ? Non, jamais elle ne le penserait capable de sombrer et se transformer en épave à l'image de tout ce qu'ils ont toujours détesté. Il n'existe qu'un seul moyen de le savoir et Skylar a besoin d'une famille, besoin de quelqu'un à qui s'accrocher. Elle a toujours tiré sa force des autres et de Jax en particulier même si c'était il y a longtemps et dans une autre existence. Elle efface sa précédente recherche et tape JAX BEAUCHAMP numéro de téléphone. Après quelques essais infructueux, elle finit par trouver un numéro. Le cœur battant, son doigt compose et la sonnerie se fait entendre. Réponds s'il te plaît, je vais me noyer si tu m'aides pas... Enfin la voix caverneuse de son frère se fait entendre. La cadette se sent nerveuse.


« Salut, c'est Sky...  

Lui ne peut pas l'avoir oublié ou même ne pas la connaître. Ils sont tous deux sur les photos de famille même si ces dernières remontent à plus de dix ans.

- Je suppose que tu ne t'attendais pas à m'entendre mais... tu me manques Jax ! Ca fait des années que tu me manques. Y a un bail que j'ai perdu mon frère sans même comprendre pourquoi et comment. Est-ce qu'on pourrait pas... se revoir ? J'ai envie, non besoin de savoir ce que tu deviens et de t'avoir dans ma vie. Sa voix est comme éraillée, prête à se briser. Les larmes lui montent aux yeux, elle aurait aimé se montrer plus forte, lui donner un aperçu de la femme qu'elle est devenue. Et même si la brune est consciente que ce n'est pas SON Jax, c'est un Jax quand même, quelqu'un qui l'a pris dans ses bras alors qu'elle n'était qu'un bébé, quelqu'un qui lui racontait les livres en regardant les images avant même de savoir bien lire, quelqu'un qui râlait qu'elle piquait ses jouets, quelqu'un qui subissait les rages alcoolisées de leur père. Essayant de reprendre une contenance, la jeune femme tente de proposer un rendez-vous. Y a un bar pas loin de chez moi, le Vertigo. Je ne sais pas si tu connais, on pourrait s'y retrouver ce soir genre vers 20h ?
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas

Jax Beauchamp

avatar

CRÉDITS : puckessa, twistyrain, unknown

INSCRIT LE : 23/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 433


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: 0/3 (bran, skylar, maika)

MessageSujet: Re: Sharing the same blood, will you be the one who cares ?   Sam 29 Juil 2017 - 16:34

Il était en plein travail lorsqu’il reçut l’appel. Sérieux comme une statue de pierre, Jax se tenait en périphérie de l’attroupement, le regard en apparence fixe alors qu’il sondait la scène avec concentration. C’était une réunion importante, de celles où des hommes aux costumes hors de prix s’entretenaient de sujets épineux sous couvert d’un événement qui, si l’on en croyait les journalistes, était dédié à une œuvre caritative quelconque – Jax n’en retenait jamais l’idée ou l’excuse, sachant que son employeur, comme tous ses comparses, se fichait du but charitable, du moment que ça améliorait sa réputation. Bon nombre de ces types étaient régulièrement critiqués pour leur implication dans l’expansion des entreprises spécialisées dans la conception des clones. Beaucoup de ces types amassaient une fortune annuellement, rien qu’en profitant d’êtres génétiquement modifiés qui n’avaient rien demandé. Et pourtant Jax ne faisait rien contre leur pouvoir. Pire, il s’était abaissé à rejoindre leur petite communauté. Mais si ces hommes au compte en banque phénoménal menaient le monde par le bout du nez, lui, il était leur serviteur le plus capable, à défaut d’être le plus zélé ou loyal. Jax Beauchamp regardait ce monde aristocratique qui pensait être né pour mener le bétail d’un œil sombre, sans pour autant faire quoi que ce soit qui aille à l’encontre. Avant, il avait été dans leurs pattes, il avait loué ses services aux plus offrants, se contrefoutant du but réel derrière la demande. Ça n’était donc pas étonnant que, le moment venu de calmer ses activités illégales, Jax ait remis son destin aux mains des plus généreux, à nouveau. S’il avait honte de lui-même ? Non. Si ça n’était pas lui, c’était un autre, de toute manière. Et comme il n’avait jamais été soupçonné ou inculpé dans quelque affaire que ce soit, pourquoi ne pas accepter ce poste certes contraignant mais qui avait son lot d’avantages : comme d’être (très) bien payé, par exemple.
Il gardait donc un œil attentif sur ces hommes qui mentaient comme ils respiraient, guettant le moindre détail suspect, la moindre attitude étrange, prêt à sortir son patron (Wakefield) s’il devait y avoir un quelconque danger. Avec ces terroristes déguisés, ces as de l’informatique qui faisaient tout pour déstabiliser les magnats et leur œuvre, on pouvait s’attendre à tout. Jax avait déjà pu assister à plusieurs de leurs coups d’éclat et il devait admettre qu’il avait été tenté d’admirer l’audace de ces anonymes, même il s’en était abstenu. Ils étaient l’ennemi, ils étaient la menace, ce dont il devait se méfier et anticiper. Et puis, il y avait Bran, dont il ignorait le rôle exact mais qui fouinait dans les locaux de l’entreprise. Jax était incapable de savoir si son ex amant avait rejoint les rangs adverses ou s’il jouait pour son propre compte mais, connaissant l’énergumène, il n’aurait été étonné par aucune des alternatives. Ce qu’il n’aimait pas, Jax, par contre, c’est de savoir le filou en activité. Pas alors qu’ils n’étaient plus associés, pas alors qu’il savait à présent que Brandon Rose hantait à nouveau les rues de Mount Oak. Il s’était fait à son absence, pourquoi fallait-il qu’il ressurgisse tout à coup comme ça ?
Et il n’allait pas tarder à découvrir qu’il n’était pas le seul à refaire surface de façon aussi inopinée que désagréable. Son portable vibra dans la poche de son pantalon et Jax l’attrapa doucement, sans pour autant détourner une seule seconde le regard de son point de mire. Il ne suffisait que d’une seconde pour que tout bascule et il n’allait pas se laisser distraire si ça pouvait lui faire perdre son boulot. C’était peut-être Oona qui voulait qu’il ramène quelque chose en rentrant mais cela lui semblait peu probable, sa jeune épouse savait parfaitement qu’il ne fallait pas le contacter lorsqu’il était au boulot et qu’il fallait préférer envoyer un message. Comme l’appareil persistait à vibrer, le Louisianais jeta un coup d’œil à l’écran et reconnut le numéro de Skylar, même s’il n’avait pas enregistré celui-ci. Ses sourcils se froncèrent légèrement et il soupira. Que lui voulait donc Skylar ? Il n’avait plus entendu parler d’elle depuis plus d’un mois – si on excluait les fois où son nom avait été mentionné, quand quelqu’un évoquait ses articles, ce qui était loin de plaire à l’ainé des Beauchamp. Mais si elle l’appelait, c’était que ça devait être grave, non ? Pourquoi la jeune femme briserait-elle un silence soigneusement installé depuis si longtemps ? Ils ne s’entendaient plus depuis belle lurette, Jax avait fait une croix sur sa sœur depuis leur dernière altercation, lorsqu’elle lui avait dit tout le bien qu’elle pensait de lui… sur son blog. Comme l’appel persistait, Jax fit signe à un collègue qu’il se retirait un instant et s’écarta pour rejoindre un couloir latéral où il put prendre la communication sans risquer d’être dérangé. Il décrocha mais ne lâcha pas un mot, se contentant d’écouter la voix hésitante de sa cadette. Suspicieux, il accueillit la déclaration silencieusement, se demandant ce que cachait cet appel au secours. Skylar se payait-elle sa tête ? Le garde du corps prit le temps de considérer la demande. Quelque chose l’incitait à refuser de croire à ce changement soudain de ton, mais autre chose le rendait perplexe, notamment la détresse qu’il pouvait déceler dans la voix de sa sœur et qu’elle n’aurait pas pu feindre… n’est-ce pas ? Finalement, Jax décida de donner une chance à Skylar et répondit un laconique ‘d’accord’ avant de raccrocher sans plus de cérémonie. Il retourna à son poste, prêt à couvrir les arrières de Wakefield, mais son esprit fut bizarrement beaucoup moins concentré sur la tâche le restant de la journée.

Il arriva un quart d’heure avant l’heure du rendez-vous. Son métier lui avait appris à être ponctuel mais, surtout, il avait été distrait toute l’après-midi et avait désormais hâte d’en finir avec cette mascarade. Skylar avait plutôt intérêt à ne pas lui jouer un mauvais tour. Il avait déjà imaginé toutes sortes de scénarios, notamment celui qu’il appréhendait le plus : qu’elle puisse s’amuser à le piéger pour un nouvel article sur son blog. Raison pour laquelle Jax analysa la composition du Vertigo avant même d’y entrer. Le moindre gamin au portable brandi, même si ça n’était pas dans sa direction, le moindre comportement suspect et il planterait Skylar sur place, sans éprouver le moindre remords. Mais Jax finit par pousser la porte du Vertigo, le genre d’endroit où il ne mettait jamais les pieds. Il jeta un coup d’œil alentour et alla s’installer dans l’un de ces fauteuils qui ressemblait un peu à une cabine, les bords assez surélevés pour isoler les clients du reste du bar. Il s’y installa lourdement et croisa les doigts sur la table. Quand un serveur vint s’enquérir de sa commande, Jax le chassa d’un signe de la tête. Il ne commanderait rien tant qu’il ne saurait pas de quoi il retournait avec Skylar. Aussi l’attendit-il avec un sérieux presque inquiétant, le regard braqué sur la porte, guettant chaque silhouette qui en passait le seuil, son cœur tressautant malgré lui à chaque fois qu’il croyait que c’était Skylar.

________________


But just because you bury something, that doesn’t mean it stops existing. Those feelings, they’d been there all along. All that time.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sharing the same blood, will you be the one who cares ?   Jeu 3 Aoû 2017 - 13:53

« A little hope »

Certaines secondes semblent s'étirer dans le temps. Skylar en vit une tandis que suspendue au smartphone elle attend que son frère scelle son sort. Et finalement il accepte. Avant qu'elle n'ait pu dire merci ou même juste souffler de soulagement, le bip se fait entendre à l'autre bout. Elle repose le téléphone sur la table basse devant elle. Son cœur bat toujours la chamade, se laissant tirailler entre joie et doutes. D'une certaine manière cela lui a fait du bien de dire ces choses qu'elle avait sur le cœur, au moins une partie. Même dans ses longues lettres adressées à Jax, sa cadette n'osait pas. Elle se contentait de lui partager sa vie et souvent de donner des nouvelles de Mia. Elle n'a jamais totalement perdu espoir de retisser un jour des liens fraternels avec lui malgré son silence. Il semblerait que son aîné dans cette réalité soit tout aussi loquace... Cela l'inquiète légèrement. Au moins il ne lui a pas opposé un refus ferme et catégorique. C'est qu'il leur reste une chance, non ? Après cela le reste de la journée semble traîner en longueur. Dans sa tête, la brune se fait tout un tas de scénarios autour de leur rencontre plus ou moins optimistes par moments et complètement catastrophiques à d'autres. Le pire c'est qu'elle n'a aucune idée de ce qu'elle doit lui dire. Elle n'est pas la Skylar Beauchamp de ce monde et ne sait pas quelles aigreurs la fratrie a pu accumuler. La mère célibataire ne pense pas pouvoir lui balancer ce qu'elle vient de vivre. Le croirait-elle si les rôles étaient inversés et que son frère venait lui raconter une histoire aussi folle ? Pourtant la déracinée a cruellement besoin de parler de tout cela à quelqu'un. Une peine partagée est bien moins lourde à porter.

Elle quitte l'appartement de l'autre lorsque l'heure approche enfin, non sans avoir jeté un œil à son reflet dans le miroir. Cela fait des années qu'elle n'a pas revu Jax. La dernière fois c'était au parloir, juste avant qu'il ne décide de ne plus venir lors de ses visites. Sky s'est entêtée un temps jusqu'à se résigner. Les déplacements ont été remplacés par des lettres restées sans retour. A peine la porte du Vertigo franchi, son regard se pose sur lui. Valse d'une hésitation avant que d'un pas décidé la sœur aille s'asseoir en face de lui. Elle place machinalement son sac à côté d'elle, n'ayant d'yeux que pour ce visage vieilli aux traits pourtant si familiers.

« Merci d'être venu. C'est bon de te voir Jax. La belle se sent prise entre rires et larmes. Ses prunelles brillent sûrement un peu trop. Pourtant elle essaie de contenir ses émotions. Dire qu'elle a attendu ce moment durant de longues années et que ce n'est pas vraiment son frère qui se trouve face à elle. Non, il vaut mieux ne pas penser à cela. Peut être que dans tout ce cauchemar, on lui offre au moins la chance de retrouver ce lien rudoyé par la vie. Je suppose qu'on a tous les deux pas mal de choses sur le cœur, est-ce qu'on pourrait mettre ça de côté pour le moment ? Parle-moi de toi, de ce que tu deviens, ce que tu fais, qui tu vois...

Le serveur qui s'invite pour prendre leur commande lui rappelle qu'ils ne sont pas seuls au monde finalement. Un peu frustrée qu'il coupe court à leurs retrouvailles, la jeune femme le salue tout de même d'un bonjour. Elle lui demande poliment un thé glacé avant de tourner son visage vers son aîné pour savoir ce qu'il veut boire. L'employé repart après avoir pris note des consommations. Skylar se remet aussitôt à dévorer des yeux l'homme assis juste là. Sa froideur apparente n'arrive pas à entamer le bonheur de sa sœur si ravie qu'il soit présent. Avant qu'il ne puisse ouvrir la bouche, elle laisse échapper :

- J'arrive pas à croire que tu es bien ici avec moi...  
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas

Jax Beauchamp

avatar

CRÉDITS : puckessa, twistyrain, unknown

INSCRIT LE : 23/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 433


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: 0/3 (bran, skylar, maika)

MessageSujet: Re: Sharing the same blood, will you be the one who cares ?   Sam 12 Aoû 2017 - 21:46

En réalité, Jax ne savait vraiment pas comment se comporter avec sa sœur. Face à elle, il se sentait désarmé, impuissant. Elle l’irritait au plus haut point, surtout lorsqu’elle lui balançait des reproches à la figure, mais il ne parvenait pas à lui en vouloir, pas vraiment, en tout cas. Ils avaient eu un parcours difficile, l’avaient vécu différemment, s’en étaient sortis à leur manière. Le seul problème, c’est qu’ils n’avaient jamais pu s’entendre et il ne doutait aucunement du fait qu’il devait l’agacer à peu près autant qu’elle lui tapait sur les nerfs quand elle se mettait en tête de vouloir lui imposer son point de vue. Alors, forcément, cette demande aussi soudainement explicite qu’étrangement inattendue, Jax ne savait pas trop comment la considérer. Il appréhendait un peu les retrouvailles, pressentait un piège, sans arriver à en identifier la nature, et s’efforçait de chasser toute réflexion. Il verrait bien ce que Skylar lui voulait cette fois et s’ils devaient conclure l’entrevue sur une nouvelle bagarre, il en serait ainsi. Après tout, n’était-ce pas le mode de fonctionnement même des Beauchamp depuis la nuit des temps ? De plus, à part Skylar, quelle famille lui restait-il ? Leur mère était décédée, leur père était rayé de leur existence. Il y avait bien Maika, désormais, pour ajouter un membre au cercle restreint qu’ils formaient, mais ça n’était pas pareil, ça n’était pas leur sang et puis, Maika et lui, ça n’était finalement qu’une façade, même si ça ne regardait personne d’autres qu’eux. Alors il ne restait que Skylar. Était-ce ce qui le poussait à se montrer plus indulgent, à accepter ses crises sans lui en vouloir éternellement ? Il n’en était pas moins devenu distant avec le temps, s’éloignant de plus en plus de sa cadette, moins enclin à supporter sa présence tout en sachant qu’il serait dévasté s’il devait apprendre qu’un malheur lui était arrivé. La famille, c’était aussi bien un cadeau qu’un fléau, et Jax avait pu goûter à cette amertume depuis de longues années, ce qui aurait pu être encore soutenable si le reste de son existence ne s’était pas émiettée en parallèle. C’était peut-être aussi pour cela qu’il avait accordé ce rendez-vous à Skylar : parce qu’il n’avait plus grand-monde et que s’il l’évinçait de son existence, elle aussi, il finirait par être véritablement seul au monde.
La porte s’ouvrit une nouvelle fois, laissant enfin apparaitre Skylar et le regard de Jax, qui se voulait impénétrable et insensible, cilla. Une seconde à peine, assez pour que son cœur se mette à battre un peu plus vite, réaction instantanée dont il se serait bien passé. Il observa les traits de sa sœur avec attention, tandis qu’elle s’approchait d’un pas vif. Il guettait la lueur de danger qui l’avertirait de ce qui se tramait dans la tête de sa cadette. Qu’allait-elle donc faire pleuvoir sur lui, cette fois ? Jax était paré à tout et, en même temps, incapable d’anticiper les changements de Skylar, ce qui rendait leur relation d’autant plus bancale.  Il ne s’attendait certainement pas à des mots aussi doux et en apparence sincères. Ses sourcils se froncèrent légèrement, trahissant sa méfiance et il concéda un hochement de la tête prudent, appréhendant le revers des ces premières paroles. Skylar lui parut étrange, survoltée, le regard emprunt d’une lueur qu’il ne lui avait plus vue depuis une éternité : celle d’une innocence envolée. Où étaient passés les éclairs rageurs auxquels il s’était habitué ? Où s’était envolé l’arc aigre de ses lèvres chaque fois qu’elle lui parlait avec un certain mépris qu’il s’efforçait de feindre d’ignorer ? La jeune femme qui était assise face à lui le décontenançait et il fut incapable de déterminer quelle attitude choisir. La suite, il prit le temps de l’absorber en silence puis, comprenant qu’elle attendait vraiment une réponse de sa part, il lâcha, d’une voix plus rauque qu’il ne l’aurait voulu :
- Je croyais que tu ne voulais plus rien avoir à faire avec moi, commença-t-il, incapable de retenir l’onde de reproches que les questions de Skylar provoquaient.
Comment ça, ce qu’il devenait, ce qu’il faisait, qui il voyait ? Elle connaissait parfaitement les réponses à toutes ces interrogations, rien n’avait changé depuis leur dernière conversation – houleuse, comme à chaque fois. Il se retint toutefois de dire exactement les mots qui lui chatouillaient la langue et reprit, sur un ton qui se voulait plus maitrisé :
- Je travaille toujours pour les Wakefield. J’ai déménagé sur le campus pour être plus près du boulot. Maika s’y plait plus ou moins, enfin je crois…
Il sonda le regard de Skylar, cherchant une réponse à ses propres questions. En vain. La jeune femme lui paraissait si changée qu’il était incapable de savoir comment réagir. Il voulait la punir, en un sens, des mots durs et injustes qu’elle avait proférés. Il voulait lui faire comprendre qu’il ne suffisait pas d’un appel pour qu’il saute à la moindre de ses lubies. Mais n’avait-il pas justement prouvé le contraire en acceptant de la voir sans même essayer de négocier quelques conditions pour s’assurer sa bonne foi ?
Le garde du corps ouvrit la bouche pour poursuivre mais le serveur remballé quelques minutes plus tôt revint à la charge et, cette fois, Jax commanda une bière. À aucun moment il n’avait quitté des yeux Skylar et quand elle porta à nouveau son attention sur lui, Jax fut quelque peu déstabilisé par cette façon qu’elle avait de le fixer. Comme si elle cherchait à imprimer chaque détail dans son esprit, comme si elle savourait cet instant, elle qui ne s’était jamais retenue de partager son impatience lorsqu’ils se lançaient dans leur dialogue de sourd. Était-elle saoule ? Ou droguée ? Assurément, elle n’était pas dans son état normal et Jax n’appréciait pas de se sentir aussi gauche avec elle, à ne pas savoir sur quel pied danser et ce qu’elle allait lui balancer à la gueule ensuite.
- Qu’est-ce que tu veux, Skylar ? finit-il par demander, prêt à amortir le choc de ce qu’elle voulait lui dire ou de ce dont elle avait besoin.
Était-elle dans la merde jusqu’au cou pour qu’elle ressente la nécessité de faire appel à lui et de se comporter comme ça ? Cherchait-elle à lui faire du mal en l’attirant dans un piège pour mieux l’assommer ensuite ? Il ne pouvait en tout cas pas croire qu’elle puisse être sincère, quand bien même tout dans son comportement laissait penser le contraire.

________________


But just because you bury something, that doesn’t mean it stops existing. Those feelings, they’d been there all along. All that time.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sharing the same blood, will you be the one who cares ?   Ven 18 Aoû 2017 - 9:49

« Just try »

L'espace d'un instant les mots la décontenancent et une surprise sincère peut se lire sur ses traits. Ses prunelles inquisitrices et tristes se rivent dans celles de son voisin de table. Comment tu peux penser une seule seconde que je voulais que tu sortes de ma vie ? Après toutes les fois où elle s'est obstinée à venir au parloir avec l'espoir qu'il daignerait accepter de la voir, après toutes les lettres mortes qu'elle a continué à envoyer ces dix dernières années. Non vraiment, elle n'arrive pas à en croire ses oreilles, c'est plutôt lui qui lui a donné l'impression de la rejeter. Et une fois de plus, elle ne peut s'empêcher de se demander ce qu'elle a bien pu faire de mal, à quel moment elle a merdé. Une seconde plus tard, la réalité la rattrape : ce n'est pas exactement le frère qui a partagé son enfance et fini en prison. C'est un homme différent, avec qui une toute aussi différente Skylar a grandi. Bien entendu les pièces de leur puzzle familial lui manquent cruellement. Les photos de deux gosses brisés recueillies dans un album photo caché au fond d'un placard ne disent pas grands choses de leur histoire commune. Un sentiment d'injustice lui étreint le cœur : cette idiote qui a le même visage, le même sang, le même nom a eu la chance d'avoir son aîné près d'elle et elle lui a juste claqué la porte au nez. Moi j'aurais donné tellement pour que tu sois là, putain ! J'aurais tant voulu rire avec toi des premiers mots maladroits de Mia, pleurer avec toi quand cela devenait trop dur de tout porter seule. Au lieu de cela j'ai dû me tourner vers Bran, et le Brandon Rose d'ici n'en a rien à fiche de moi non plus ! La jeune femme ne trouve rien à répliquer face à ces mots qui la déstabilisent cruellement. Impossible de s'excuser de fautes qu'on n'a pas commise et dont on ignore tout. Elle ne peut pas mentir, pas à lui. Jax n'a jamais cessé de faire partie de sa vie malgré son choix d'en rester extérieur. Sa cadette a juste passé des années à attendre d'avoir l'occasion de lui ouvrir la porte de chez elle, afin qu'il retrouve la place qu'elle a gardé pour lui. Foutu coup du sort qui l'a envoyé dans cette espèce de monde parallèle ! Miss Beauchamp ne compte pas se résigner si facilement. On lui a volé Mia, et Bran. Elle va se battre pour la seule famille qui lui reste sans trop savoir encore comment y parvenir.

La brune boit chacun de ses mots même s'ils n'ont pas réellement d'écho. Les choses dans cette réalité ne lui sont pas familières, du moins pas autant qu'elles le devraient. Elle sent bien à sa façon de tourner les phrases que l'autre Skylar est censée être au courant. A part prétexter une amnésie partielle, il lui semble compliqué de lui faire comprendre ce qu'elle vit ou ressent. Et elle ne veut pas lui mentir ! De nouvelles questions se bousculent dans sa tête : qui est cette Maïka ? Dans quoi Jax travaille-t-il ? Et qui sont ces Wakefield dont le nom devrait lui être familier ? A la façon qu'a son frère de la regarder, au ton de sa voix, Sky suppose que demander des précisions ne serait pas la meilleure des idées. A son tour il l'interroge, sur ses intentions et non son quotidien. Est-ce qu'il s'imagine qu'elle n'était pas sincère quelques heures plus tôt en disant qu'elle voulait renouer des liens avec lui ?


-Je te l'ai dit au téléphone Jax. Tu es mon frère, la seule famille que j'ai. Je ne suis pas exactement la Skylar que tu as connu. Visiblement je t'ai fait du mal. Je ne peux sûrement pas effacer ça. Je ne te demande pas de me pardonner, j'espère juste avoir une chance de passer du temps avec mon frère. Je ne sais pas... se faire un dîner ou un apéro une fois de temps en temps, s'appeler pour se donner des nouvelles. Cela te semble si terrible que ça de me faire une place dans ta vie ? T'as vu, je suis toute fine j'en prends pas beaucoup. Elle lui sourit, pleine d'espoirs. Me ferme pas la porte s'il te plaît, pas comme le Jax de chez moi. Tu verras, j'ai rien à voir avec cette fille qui t'a blessé. Moi j'ai passé plus de dix ans à t'attendre. J'ai bien mérité une petite chance bordel !

Le serveur revient déposer leur commande sur la table mais cette fois Sky ne détache pas son regard de l'homme assis en face d'elle. Elle se contente de glisser un merci qui bien que poli sonne légèrement distrait. Les émotions se chamaillent son pauvre cœur en morceaux, entre frustration, colère, espoirs, joie, chagrin. Trop de flots qui en un rien de temps pourraient la submerger, elle qui est déjà fragilisée par ce phénomène surnaturel qui l'a piégé dans un monde différent du sien. Le sentiment d'injustice prédomine de plus en plus alors qu'elle se sent obligée de payer les erreurs d'une autre. Si un jour elle croise cet espèce de double, elle compte bien lui balancer au visage ces quatre vérités.

-Je vois bien que tu ne me fais pas confiance, que tu ne me crois pas. T'as probablement tes raisons de ne pas le faire, je ne m'en sens pas blessée. Je te demande pas le putain de code de ta carte bancaire, les clefs de ton appart' ou tes plus sombres secrets. J'en sais rien, si tu doutes de moi parle moi de choses sans importance ou demande moi un truc qui te permettrait de me faire mal en retour si je t'ai menti ! J'ai aucune intention de te nuire Jax, c'est même tout le contraire. Je suis sûrement plus sincère que je ne l'ai jamais été avec toi ici. Maintenant je ne vais pas te forcer la main. On peut au moins boire ce verre ensemble, parler de petits trucs anodins et tu verras en repartant si c'était assez plaisant pour que tu aies envie de recommencer. T'en dis quoi ? 
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas

Jax Beauchamp

avatar

CRÉDITS : puckessa, twistyrain, unknown

INSCRIT LE : 23/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 433


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: 0/3 (bran, skylar, maika)

MessageSujet: Re: Sharing the same blood, will you be the one who cares ?   Mar 22 Aoû 2017 - 20:38

Les yeux de Jax ne la quittaient pas. Il avait le regard des mauvais jours, comme souvent, ombrageux, impénétrable. Il se méfiait de la faiblesse qu’elle faisait naitre comme de la peste. Il s’était habitué à écarter tout ce qui risquait de le faire flancher et, aujourd’hui, rares étaient les éléments qui étaient capables de l’émouvoir. Rares mais pas inexistants. Quoi qu’il arrive, il le savait, il ne pourrait jamais rejeter complètement sa sœur. Quoi qu’elle lui fasse, il y aurait toujours une part de lui prête à accepter l’ouragan. Il ne savait même pas pourquoi, puisque leur complicité frôlait le néant. Peut-être était-ce parce que, plus les années avançaient, plus il voyait leur mère en elle, dans l’expression de ses grands yeux, dans la ligne délicate de sa mâchoire et même dans l’arc de ses lèvres, alors que leur mère n’avait jamais été capable d’émettre le moindre sourire narquois, là où Skylar en était devenue la reine. Elle avait la grâce de leur mère, elle avait cette aura singulière qui happait instantanément l’attention de son ainé. Alors peut-être que c’était tout simplement là la raison de son incapacité à couper les ponts avec Skylar : c’aurait été comme se détourner de leur mère et de sa mémoire et il ne pouvait pas faire ça. C’était aussi pour cela qu’il était hypnotisé par les expressions qui s’affichaient sur les traits de sa sœur, aussi changeantes qu’un ciel nuageux, s’éclairant et s’assombrissant tour à tour, en fonction de ce qu’il se tramait dans son esprit. Par-dessus tout, ce fut la stupeur effarée qu’elle arbora qui lui vrilla le cœur, comme si ce qu’il lui disait était aberrant, surréaliste et qu’elle ne pouvait en croire ses oreilles. N’avait-elle pas été là lorsqu’ils s’étaient gueulés dessus ? Ou n’était-elle pas dans son état normal au point de n’avoir aucun souvenir de la scène qui avait éclaté près de chez lui ? C’était inconcevable, elle n’avait pas eu l’air imbibée ou sous l’influence d’une drogue quelconque. Alors comment pouvait-elle feindre de n’y rien comprendre ?
Un frisson parcourut le corps de Jax, symptôme d’un malaise croissant qui lui glissait dans les veines, sans qu’il n’arrive à en déterminer l’origine. Le comportement improbable de Skylar le laissait perplexe et il ne savait pas comment l’aborder. La réponse de Skylar n’arrangea pas sa méfiance. Il aurait aimé voir clair dans son jeu, qu’elle soit transparente au point qu’il puisse voir qu’elle se payait sa tête pour quelque sombre raison. Peut-être s’ennuyait-elle, peut-être agissait-elle dans l’unique but d’avoir une nouvelle anecdote à offrir au monde virtuel. Mais aussi dubitatif soit-il, il ne pouvait pas prétendre la percer à jour parce qu’elle semblait si déterminée à lui prouver qu’elle avait changé qu’il avait le sentiment que ce n’était pas une mascarade. Son naturel méfiant le poussait pourtant à persister à attendre le guet-apens.
Elle ne lui demandait pas pardon et, en un sens, il ne pensait pas avoir à lui pardonner quoi que ce soit. S’ils en étaient là, c’était aussi parce qu’il n’avait pas fait les efforts nécessaires quand il pouvait encore sauver les meubles. Il n’avait pas été le frère protecteur qu’il aurait dû être. Il avait filé dès qu’il en avait eu l’occasion, laissant Skylar dans son sillage. Sa seule conviction avait été la suivante : s’il était resté, il aurait fini par assassiner leur père. Alors il avait fait son sac et était parti lorsqu’il aurait dû veiller sur sa cadette. Pouvait-il lui en vouloir de s’être montrée si véhémente lorsqu’ils s’étaient revus, quelques mois plus tard ? Pouvait-il lui reprocher sa colère et sa déception ? Il fut déstabilisé par la détresse de ses mots et par le sourire qu’elle esquissa, après sa tentative de plaisanterie. Il était trop sur ses gardes pour parvenir à sourire en retour et se contenta donc de la regarder, comme s’il cherchait encore la faille dans son discours.
L’arrivée du serveur avec les boissons fut l’intermède dont il avait besoin pour essayer de se détendre et il roula légèrement les épaules, comme pour essayer de se défaire du poids qui pesait sur elles. Toutefois, l’accent que prit la voix de la jeune femme le hérissa légèrement à nouveau, lui qui était pourtant habitué à bien pire venant d’elle. Lorsqu’elle s’énervait, sa hargne pouvait presque l’effrayer tant elle lui rappelait leur géniteur. C’était ça, finalement, le problème avec Skylar : elle lui rappelait douloureusement leur mère mais leur père avait le don de s’immiscer entre eux sans qu’il ne s’en rende compte immédiatement pour surgir quand il se sentait le plus affaibli.
Le Louisianais prit le temps de réfléchir avant de répondre et il porta le verre à ses lèvres pour en boire une gorgée salvatrice mais se ravisa au moment où les pensées jaillissaient de sa bouche :
- Tu ne peux pas t’attendre à ce que je passe l’éponge et fasse comme si de rien n’était en un claquement de doigts. Tu as l’air de vouloir oublier les horreurs qu’on s’est dites dernièrement mais pas moi, lâcha-t-il un peu sèchement en reposant son verre. Tu n’as rien à te faire pardonner, pas plus que ce que j’ai à me faire pardonner de mon côté, en tout cas, mais on ne va pas effacer une éternité de bagarres juste parce que ça te prend aujourd’hui.
Il avait pris ce ton qu’il employait quand il voulait faire entendre raison à un gamin imprudent mais son regard était bien moins virulent que ses mots. Il but, cette fois, puis s’essuya distraitement la lèvre supérieure avant d’ajouter :
- Mon but n’a jamais été de te faire du mal et ça n’est pas aujourd’hui que ça va commencer.
Même lorsqu’elle blessait violemment son orgueil, même lorsqu’il pestait pendant trois jours d’affilée à propos d’un échange qu’ils avaient eu au téléphone, Jax n’avait jamais voulu le moindre mal à sa cadette. Il voulait voir sa mère en elle, pas leur père. Il ne savait pas ce qui lui était arrivé pour qu’elle fasse un tel grand écart, pas plus qu’il ne pouvait être sûr que cela durerait, qu’elle ne retournerait pas à son attitude habituelle demain mais il devait profiter de cet instant, puisqu’il lui était offert. Aussi essaya-t-il de se radoucir en concluant :
- Si tu veux qu’on reparte sur des nouvelles bases, je ne vais évidemment pas refuser. Mais tu sais que les discussions et moi, ça fait deux. Alors dis-moi de quoi tu veux parler ?
Il était taciturne, il l’avait toujours été. Elle n’était pas la seule qui avait droit à ce mutisme maladroit, elle n’avait peut-être tout simplement plus l’habitude d’y être confrontée.

________________


But just because you bury something, that doesn’t mean it stops existing. Those feelings, they’d been there all along. All that time.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sharing the same blood, will you be the one who cares ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: THE GRAVEYARD :: TURNING INTO DUST :: A Walk Down Memory Lane-
Sauter vers: