Now I know what a ghost is


Partagez | 
 

 Now I know what a ghost is

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: Now I know what a ghost is   Ven 21 Juil 2017 - 11:40

« Now I know what a ghost is »

Feat Skyrose
La lumière du jour vient la tirer de ses songes, le corps sous les draps bouge un peu cherchant sans doute à rester où il s'était réfugié. Car quand elle va ouvrir les yeux tout recommencera, cette chambre ne sera pas la sienne et aussitôt la réalité la rattrapera. Ici Sky n'a l'impression d'être personne, tout juste une ombre qui cherche à retrouver celle à qui elle a été arrachée. Elle n'est plus mère ni amie, à peine une sœur oubliée même si ce point ne change pas beaucoup de son ancienne existence. Si on lui laissait le choix, probablement qu'elle s'abrutirait de sommeil dans l'espoir qu'au réveil suivant tout soit redevenu comme avant. Mais les matinées se succèdent et rien ne change, elle est toujours coincée là dans l'incompréhension. Elle a retourné ce loft au moins dix fois sans trouver la moindre réponse. Son esprit à la fois logique et fantasque a cogité encore et encore en débouchant sur les scénarios les plus farfelus. Aucune issue ne lui est offerte pour retourner d'où elle vient, si tant est qu'elle soit vraiment partie. Peut-être qu'elle est malade, qu'elle a tout inventé. Comment créer une enfant ? Se souvenir avec précision de l'accouchement, de la douleur, des peurs nouvelles de ne pas être à la hauteur ? Des joies qui viennent balayer le moindre doute quand on voit le visage si paisible de son nouveau-né assoupi contre son sein ? Elle n'a rien oublié des nuits sans sommeils, de l'apprentissage des cris qu'on doit déchiffrer, des premiers sourires, pas et mots gazouillés. La cruelle rentrée des classes en maternelle quand elle a eu le sentiment d'abandonner sa fille... Mia lui manque affreusement, ça fait si mal que celle qui n'est plus une mère a la sensation qu'on lui écorche l'âme sans répit.

Le monde au dehors continue d'avancer, insensible à son sort et à sa solitude. Les premiers jours d'abattement passés, Skylar a fini par se remettre debout. S'apitoyer sur son sort n'a pas fait revenir sa vie pas plus que son enfant. Elle n'est pas du genre à se laisser sombrer dans la folie ou le désespoir. Le temps est venu de faire son deuil et de s'accrocher à cette réalité qu'elle n'a pas choisi et où on l'a enfermé. La silhouette féminine s'extirpe de sous les draps, lançant un regard morne vers la ville au dehors. Après un soupir triste, elle pose les pieds sur le parquet et va s'offrir une longue douche brûlante. La morsure de l'eau lui rappelle qu'elle est bien vivante et peu à peu elle se détend. La douleur lancinante, le vide étreignent toujours sa poitrine et cependant on s'habitue. C'est sûrement le plus difficile à accepter en vérité, qu'un cœur détruit parvienne à continuer de battre même quand on voudrait secrètement qu'il cesse. On ne peut s'empêcher de s'accrocher et de continuer, comme une sorte d'instinct de survie solidement ancré en nous. La jeune femme une fois séchée enfile les vêtements qui ne sont pas tout à fait les siens et lui vont malgré tout parfaitement. Elle est surprise en tombant sur le reflet du miroir. Elle ne prenait plus le temps de s'occuper d'elle une fois devenue mère, optant pour des tenues plus pratiques et solides que jolies. Son double a bon goût, on peut au moins lui reconnaître cela.

Délaissant la cuisine car elle n'a pas grand appétit depuis qu'elle est ici, Skylar se décide à sortir prendre l'air. Elle a besoin de croiser des gens, de respirer, de sortir de cet endroit qui lui rappelle sans cesse être une étrangère. En sortant elle croise une voisine et lui sourit avant de la saluer poliment. La femme a l'air étonnée et bredouille un bonjour en guise de réponse sans cesser de la regarder étrangement. Une fois dehors, la brune marche dans les rues sans réfléchir. Son esprit s'occupe à chercher les différences entre ce Mount Oak et celui d'où elle vient. Il lui semble vraiment impossible d'imaginer toutes ces choses. Ses pas la conduisent vers un parc bordant des bars et restaurants. Quelques clients en terrasse prennent un café. Elle les observe un instant, envieuse de leur normalité. C'est lorsqu'elle relève les yeux que la déracinée tombe sur un visage familier. Aussitôt c'est comme un baume cicatrisant qu'on déverserait sur son âme. Son cœur voudrait bondir hors de sa poitrine et un large sourire de soulagement autant que de joie pure fleurit sur son visage. Elle se précipite vers lui en criant son prénom. Dire qu'elle l'a cherché partout, essayé de le contacter sans succès et que d'un coup il se trouve devant elle ! Avec lui auprès d'elle, tout sera plus simple.

« Bran, je suis tellement contente de te voir si tu savais !

Arrivée à sa hauteur, son amie n'a qu'une envie : se jeter dans ses bras, y trouver un peu de réconfort et de chaleur. Elle se lance en avant, bras ouverts pour l'étreindre quand ses yeux se plongent dans les siens pour y lire la surprise au lieu de la tendresse. Sa froideur est soudain comme un seau d'eau qu'on lui balancerait dessus et elle se fige dans son élan.

- Bran, c'est moi : Skylar !

Sa voix est presque suppliante tandis que celle qui le connaît depuis l'enfance cherche des réponses dans son regard.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas

Brandon Rose

avatar

CRÉDITS : alcaline, twistyrain (gifs).

INSCRIT LE : 24/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 1473


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: 2/3 (JAX, SKYLAR, REILLY)

MessageSujet: Re: Now I know what a ghost is   Dim 23 Juil 2017 - 23:51


skylar + bran
My ghost
Where'd you go?
I can't find you in the body sleeping next to me
My ghost
Where'd you go?
What happened to the soul you used to be?

@halsey, ghost.

Dans un geste rare, Bran avait ôté la chaîne qui d'habitude ne quittait jamais son cou. A l'endroit où elle frottait contre sa peau, une trace était apparue, comme un collier de chair légèrement écorché. L'ironie de la chose ne lui échappait pas et il observait le bijou fin couler entre ses doigts. De l'or pur qu'on avait fondu en crochets fins, à la couleur et à la forme passées de mode depuis longtemps.      Si la chaîne n'avait pas appartenu à Jax, il ne l'aurait jamais porté. Ce n'était pas son genre de s'encombrer d'accessoires inutiles ; l'élégance allait toujours au plus simple. Ce bijou volé était la seule extravagance de style qui détonnait vraiment : tout le reste n'était qu'un écran de fumée, destiné à brouiller les pistes sur qui il était, ce qu'il faisait, ce qu'il pensait.
Il l'avait ôté sans vraiment y penser, dans un geste machinal, alors qu'il s'était assis à une table, un café en face de lui, pour se remettre de la longue nuit blanche qui creusait des cernes sous ses yeux éteints. Depuis qu'il était revenu à Mount Oak, il n'avait pas pris la peine de trouver un endroit où il pourrait se réfugier en cas de pépin. Chaque nuit, il voguait, sans vraiment prendre la peine de réfléchir à où il atterrirait. Se fixer à un perchoir lui semblait être une erreur : il voulait être insaisissable, au cas où il devrait mettre les voiles plus vite que prévu. En vérité, son séjour à Mount Oak n'avait pas de but, pas de fin avérée ; cette ville le précédait et lui survivrait, et il savait que la quitter n'était qu'une question de semaines, peut-être de mois si le business était lucratif. Partir et revenir, comme un va-et-viens masochiste, là était sa relation avec cette foutue ville. Et la chaîne qui brillait faiblement entre ses mains était un rappel de plus de la raison véritable de sa venue, et lui rappelait l'échec cuisant, allumait la rancœur dans son cœur brisé. Il aurait dû la jeter depuis longtemps, mais il ne parvenait pas à s'en séparer, la rattrapant toujours au dernier moment. Sans doute une (mauvaise) métaphore de sa relation avec Jax, si l'on pouvait apposer ce mot au néant qui les séparait désormais. Bran la considéra encore quelques secondes, puis finit par la remettre, incapable – une fois encore – de l'abandonner. Ca aurait été la solution idéale, pourtant, laisser ce fardeau à quelqu'un d'autre, laisser un ou une inconnue se saisir de ce bijou maudit pour que la malédiction échoue autre part qu'à sa nuque qui menaçait de se briser sous le poids du mauvais sort. Et pourtant, Bran ne parvenait pas à s'en séparer, comme si la chaîne possédait une partie de son âme et que cette dernière ne pouvait survivre sans le bijou qui bruissait contre la peau de son cou. Un frisson le parcourut ; il aurait juré que les lèvres de Jax reproduisaient exactement la même sensation lorsqu'elles glissaient là, autrefois. A moins que sa mémoire ne lui joue des tours et qu'il débloque complètement. Le café fut un allié bienvenu et réchauffa ses os roidis. Autour de lui, la normalité, des gens qui vivaient sur les bonnes heures du cadran, qui ne prenaient pas le temps et la vie à l'envers. Devait-il tout remballer ? Les imiter ? Il n'arrivait pas à le concevoir et il se contenta de fermer les yeux quelques secondes. Mais le répit .fut de courte durée. Son nom claqua dans l'air, désespéré, inattendu. Le coeur de Bran fit un bond, pris de court, et il releva la tête pour tomber face à une jeune femme, presque une gamine. Elle avait le corps tout fin, prêt à rompre à la première bourrasque. Il cligna des yeux, comme pour s'assurer que c'était bien à lui qu'elle s'adressait, que c'était bien vers lui qu'elle portait ses grands yeux suppliants et humides. L'espace d'une seconde, Bran crut la reconnaître, comme on reconnaît quelqu'un qu'on a croisé une fois, il y a très longtemps, en un instant qu'on perd aussitôt. Mais très vite, la réalité lui revint de plein fouet et il haussa un sourcil scrutateur, déterminé à ne pas se laisser importuner. « Tu veux pas crier mon nom plus fort ? Brandir une pancarte, tant que tu y es ? » répliqua-t-il, agacé. Le risque de se faire pincer par les flics ou même un type qu'il avait énervé était pauvre, mais on ne savait jamais. Il la regarda de bas en haut, soupira et se leva, son café à la main. Il n'allait certainement pas rester ici à se faire importuner par une déséquilibrée mal habillée. « Écoute, qui que tu sois, tu te trompes. On s'est jamais vus, on s'est jamais parlés et si on a couché ensemble, toutes mes excuses, je n'étais sans doute pas conscient de mes actes. » ajouta-t-il avec un sourire narquois. Avant de tourner les talons, sans demander son reste, pour mieux siroter son café.

________________

'Cause we've been driving so long. I can't remember how we got here or how we survived so long. I'm tryna run from our pride, 'til you set fire to my atmosphere.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now I know what a ghost is   Ven 28 Juil 2017 - 23:38

« It hurts so much... »

Des horreurs, Sky en a entendu son lot. Dès ses plus jeunes années, son père se chargeait de la rabaisser. Elle a vite appris que les mots font parfois aussi mal que les coups. A l'école, ses camarades n'étaient pas particulièrement plus tendres. On s'endurcit, la vie s'en charge expérience après expérience. La brune s'estime relativement forte pour avoir dépassé son enfance violente. La perte de ses liens familiaux survenue alors qu'elle était à peine adulte l'a fait mûrir encore plus vite. Et pour finir, elle est devenue mère célibataire. Autant dire qu'elle a un moral assez solide et qu'elle a déjà pas mal encaissé de coups. Et pourtant..., les mots de ce connard prétentieux caché derrière les traits de son meilleur ami ne viennent pas moins la heurter de plein fouet aussi brutalement qu'une gifle. Certes les récents événements l'ont fragilisé ce qui rend la chose d'autant plus douloureuse. Miss Beauchamp s'attendait à trouver un brin de réconfort, c'est une sacrée déconvenue. Qu'est-ce que c'est que ce monde de dingue et surtout qu'est-ce qu'elle a fait pour mériter d'y être enfermée ? Est-ce qu'il s'agit de son propre enfer personnel ? Ses yeux dévisagent Bran sans comprendre tout de suite ce qui lui arrive, ce qu'il vient de lui balancer. Tout ce mépris... Elle ne l'a certainement pas mérité. Un instant la déboussolée se sent tiraillée entre la colère et le chagrin, l'envie de le supplier de ne pas lui tourner le dos et celle de le gifler pour lui faire aussi mal. C'est finalement la fierté qui prend le dessus. Skylar vient se positionner face à lui histoire qu'il ne puisse pas l'ignorer.

- C'est sûrement moi qui l'aurais oublié si j'avais couché avec un crétin prétentieux de ton genre.

Ce n'est sans doute pas par une attaque frontale qu'elle risque de l'atteindre. Il n'a pas l'air de s'émouvoir et n'a donc rien à voir avec le Brandon Rose qu'elle connaît, celui qui la faisait rire aux éclats et lui prêtait son épaule pour accueillir ses larmes dans les pires moments de sa vie. Comment la vie, la personnalité d'une seule et même personne peuvent être aussi différentes d'une réalité à l'autre ? Si seulement quelqu'un ou quelque chose pouvait la tirer de ce cauchemar interminable.

- Skylar Beauchamp, ça ne te dit vraiment rien ?

La mère célibataire ne sait même pas pourquoi elle insiste. Elle n'a aucun moyen de savoir si ce faux Bran qui n'arrive pas à la cheville du sien connaît la femme dont elle a pris la place. Pourquoi se faire du mal inutilement ? Elle devrait lâcher l'affaire et repartir ruminer. Non, terminé l'apitoiement. Quitte à être coincée, autant essayer de se rendre l'existence un peu moins pesante. Il faudrait juste rayer son ancien ami de l'équation, diminuant effroyablement le petit cercle auquel elle peut se raccrocher pour ne pas sombrer.

- Écoute, je ne voulais pas t'importuner. Si tu ne te souviens pas du tout de moi, c'est pas la fin du monde. Encore que... rajoute-t-elle intérieurement.T'as pas à te conduire comme un connard pour autant. Tu sais, ça coûte pas grands choses d'être poli. Au contraire même, parce que se conduire comme tu le fais ça donne juste envie de te faire une scène. Bref, passe une bonne journée Brandon.

Si seulement tu pouvais me retenir, si je pouvais retrouver rien qu'une étincelle de celui que j'ai connu. J'ai tellement besoin de mon meilleur ami. Elle reste plantée un moment, sans trouver la force de tourner les talons. Parce que partir là tout de suite, ce serait perdre Bran. En plus de Mia cela lui semble impossible à supporter. Non c'est sûr, elle ne survivra pas. Déjà qu'elle est comme en morceaux, dysfonctionnelle depuis qu'on l'a amputé de la plus belle chose qui illuminait et remplissait sa vie.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas

Brandon Rose

avatar

CRÉDITS : alcaline, twistyrain (gifs).

INSCRIT LE : 24/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 1473


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: 2/3 (JAX, SKYLAR, REILLY)

MessageSujet: Re: Now I know what a ghost is   Jeu 17 Aoû 2017 - 22:15

Bran s'apprêtait à passer son chemin comme il l'aurait fait en temps normal. Il n'avait rien à faire de cette gamine maigrelette qui semblait s'être levée du mauvais pied et le confondre avec quelqu'un d'autre. Guilleret, pas loin de se mettre à siffloter, il esquissa quelques pas pour s'écarter quand la jeune femme se planta devant lui et se mit à répliquer, aussi tranchante qu'une épée. Surpris, Bran haussa un sourcil dubitatif. Et puis, très vite, en une seconde, la surprise ennuyée se mua en stupéfaction. Skylar Beauchamp. Ses oreilles se mirent à bourdonner et il crut avoir mal entendu. Mais non, il était certain que le nom maudit venait d'éclater comme un fouet entre eux et il ne pouvait pas ignorer la sensation, comme un poignard, qui brûlait ses entrailles. Mais bon sang, qui était-elle ? Pourquoi débarquait-elle dans sa vie ? N'avait-il pas assez de problèmes comme ça ? Les lèvres serrées, livide, il écouta son petit laïus sans broncher et leva les yeux au ciel. Parce qu'en plus de lui ruiner sa matinée, elle lui faisait la leçon ? Bon sang, mais n'aurait-il donc jamais la paix ? Furieux, le voleur la fixa avec l'air de celui qui aurait voulu avoir des pistolets à la place des yeux, puis capitula. Elle avait aiguisé sa curiosité maladive et il ne pourrait pas être en paix tant qu'il n'allait pas au fin fond de cette histoire qui, il le sentait déjà, n'allait lui apporter que des emmerdes. « T'es qui, au juste ? » demanda Bran, le regard noir. Il n'avait pas l'habitude d'être pris de court et cette gringalette venait de le faire. Elle n'avait eu qu'à prononcer ce qu'elle affirmait être son patronyme pour que la belle assurance du voleur se fissure. Sa nonchalance avait disparu et laissé place à une concentration sur le qui-vive, intense et dangereuse. Bran n'était pas arrivé là où il était grâce au charme de son seul sourire, quoi qu'il en dise. S'il fallait se salir les mains, il n'hésitait pas et si la gamine cherchait à le doubler, elle découvrirait bien assez tôt à qui elle avait à faire. Il la dévisagea sans pudeur, dardant ses prunelles glaciales sur les contours anguleux de son visage de biche. Skylar Beauchamp. Le nom avait glissé insidieusement le long de sa colonne vertébrale pour en tirer un frisson sinueux. Qu'y avait-il de Beauchamp sur ces pommettes marquées, ces grands yeux sombres, cet air farouche ? Bran pencha la tête. Oui, avec un peu d'imagination, en convoquant certains souvenirs presque effacés, il pouvait superposer quelques traits, quelques mimiques. Mais rien n'était sûr pour le moment et Bran préférait jouer prudemment, surtout lorsqu'il connaissait pas l'ennemi. Il s'approcha de la frêle silhouette et lui saisit un bras sans ménagement. « Tu peux pas être un clone, tu jacasses trop. » murmura-t-il pour lui-même. Encore que… Sans prévenir, Bran souleva les cheveux de la jeune femme pour vérifier la peau derrière son oreille. Rien. Pas une trace de code-barre, pas de cicatrices au laser. Il n'y avait là que de la peau bien humaine, douce et pâle. Skylar Beauchamp. Le nom résonnait dans son crâne. Il la relâcha sans douceur, mais sans brutalité non plus et ne recula que d'un pas, comme pour lui signifier qu'elle avait capté son attention. Et qu'il ne la laisserait pas repartir sans avoir obtenu des explications. « Ok, gamine, tu vas m'expliquer deux-trois petites choses. Primo, est-ce que tu as bien réfléchi quand tu t'es habillée ce matin ? Non, parce que cette jupe avec ces chaussures, c'est très last season et ça ne te met pas en valeur. Secundo, qu'est-ce qui te fait croire qu'on se connaît ? Et enfin, tertio, et attention, c'est la question à un million : tu as deux minutes pour m'expliquer ce que t'évoque le nom de Jax Beauchamp. » Bran n'était pas né de la dernière plus. Il n'y avait pas dix mille Beauchamp en ville. Il avait assez parcouru les annuaires de la ville pour le savoir. Il n'avait jamais croisé le nom de la jeune femme. Il essaya de se rappeler des rares indices qu'il avait pu glaner sur Jax, mais jamais le nom n'était survenu entre eux. A moins qu'il ait bloqué les souvenirs, trop douloureux. « Écoute, si c'est lui qui t'envoie, tu peux lui dire qu'il n'a aucun souci à se faire. J'ai compris le message. » L'idée était absurde, mais Bran cherchait à se donner une contenance. Jax n'aurait jamais envoyé qui que ce soit à sa suite ; il se fichait complètement de lui et de ses occupations. Non, la seule chose qui importait à Jax Beauchamp ces derniers temps, c'était son petit confort d'homme rangé, une petite vie lisse et policée dans laquelle Brandon Rose n'avait pas à sa place. Comme s'il avait jamais eu sa place à ses côtés, de toute façon. L'oeil perçant, Bran attendait des réponses et si cette Skylar voulait resquiller, elle allait comprendre sa douleur. Il ne s'était juste pas rendu compte qu'il avait sorti, dans un réflexe inconscient, la chaîne de Jax qu'il portait au cou et la faisait rouler nerveusement entre ses doigts. Comme si frotter l'or terni allait faire apparaître Jax, tel le génie de la lampe.

________________

'Cause we've been driving so long. I can't remember how we got here or how we survived so long. I'm tryna run from our pride, 'til you set fire to my atmosphere.

Revenir en haut Aller en bas
 
Now I know what a ghost is
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: THE GRAVEYARD :: TURNING INTO DUST :: A Walk Down Memory Lane-
Sauter vers: