you can never really know what goes on inside someone else’s heart


Partagez | 
 

 you can never really know what goes on inside someone else’s heart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Moira Reed
ANA STEVENSON

avatar

CRÉDITS : luaneshë

INSCRIT LE : 29/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 217


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: nash, adriel

MessageSujet: you can never really know what goes on inside someone else’s heart   Sam 1 Juil 2017 - 13:41

Moira se sent coupable de se sentir si légère. Elle n'a perdu personne, elle. Heureusement, n'ose-t-elle pas ajouter, même à la seule connaissance de ses pensées. Pourtant, elle n'est pas si légère et insouciante que ça – surtout lorsqu'insouciante, elle ne l'a jamais été. Elle a l'empathie au bord des paupières, rien qu'à l'idée de ce que d'autres peuvent traverser en cet instant même. Elle traverse ce parc, lieu de manifestations spontanées depuis que 2% de la population mondiale a disparu, et elle découvre nombre de pancartes éparpillées contre les buissons. Where are they gone ? We are owed some answers. What happened ? Elle songe au désespoir que cela doit être, d'avoir perdu un proche, et à l'incompréhension surtout. Peut-être est-ce le pire, que de ne pas savoir ce qu'il s'est passé ? Que cet évènement puisse les dépasser de si haut ? Elle entend même déjà certains émettre la possibilité que cela puisse recommencer... Sensible à tout et impressionnable pour un rien, Moira s'en inquiète beaucoup, de cette possibilité-là. Mais elle n'a pas besoin de ça pour d'ores et déjà être rongée d'inquiétudes, pour ceux qui ont disparu et pour leurs proches. Et puis la vétérinaire, elle est aussi celle qui ne peut s'empêcher de penser à tous ses amis à poils qui ont tristement perdu leur maître. Touchée, elle l'était peut-être encore davantage pour eux. Et si certains de ces animaux de compagnie étaient coincés dans l'appartement de leur maître ? Et si personne ne venait les chercher, n'allaient-ils pas mourir de soif ? Mo irait tous les récupérer un à un, si seulement elle le pouvait. Elle-même a un furet qu'elle a opéré une semaine plus tôt et que sa maîtresse n'est jamais revenu chercher. Depuis, elle a effectivement appris qu'elle avait disparue et voilà qu'elle se retrouvait avec ce malheureux furet dans cette clinique. Son patron voulait qu'elle le rende à la famille de la disparue, mais ceux-ci n'en voulaient pas. Elle n'allait tout de même pas l'abandonner ? Certainement pas. Comment son cœur si tendre pourrait le supporter ?
Moira réalisait que ses soucis pouvaient être bien dérisoires comparés à d'autres, ce qu'elle n'aurait aucune difficulté à admettre et ne prendrait surtout pas le risque de le discuter. Dans quel cas aurait-elle discuté quoi que ce soit ?

Un instant elle continue son avancée, et l'instant d'après elle s'immobilise abruptement. Il lui suffit d'un regard pour deviner la silhouette du géant Mendelsohn, même avachi de tout son long contre ce banc. Et aussitôt, c'est automatique, son cœur bat un peu plus irrégulièrement. Elle se mange un instant la lèvre en le détaillant d'un regard. Bien sûr, si elle pouvait être aperçue par lui, elle ne se serait jamais permis de l'observer ainsi, mais Nash semblait comme endormi. Et puisqu'il ne la voit pas, Moira peut aussi se permettre d'hésiter longuement sur place : ose-t-elle l'aborder ? Car l'aborder signifie le tirer de son sommeil, mais également se confronter à son regard. Et la jeune femme ne s'est jamais autant souciée d'un regard que lorsqu'il s'agit de celui de Nash. Il lui faudrait aussi faire la conversation, un art qui n'est pas particulièrement le sien, surtout lorsque son interlocuteur est cet homme. C'est qu'il ne serait pas improbable qu'elle perde ses moyens, Mo. Lui qu'elle a tant aimé, lui qu'elle a tant fantasmé, lui qu'elle aime et qu'elle fantasme encore aujourd'hui. Lui si nonchalant, et elle tant à fleur de peau. Comment ne pas perdre ses moyens face à autant d'assurance, elle qui n'en a pas même l'ombre ? Et puis tant pis, elle prend le risque. Cela fait bien trop longtemps qu'elle ne l'a pris, bien trop longtemps qu'elle ne lui a pas parlé. Elle prend néanmoins son temps pour parvenir à sa hauteur, tout en essayant de marcher sans trop faire de bruit à son approche – comme si elle ne s'apprêtait pas à le déranger. Enfin, elle se penche et l'interpelle de sa voix par la plus grande des banalités.
- Nash ? Tout va bien ? Il faut dire qu'elle est réellement inquiète pour lui. Les gens qui dorment généralement sur des bancs publics sont dans une mauvaise passe, non ? Du moins, c'est ce que la naïve Moira pense. Mais si elle est étonnée de le surprendre ici, pourquoi n'était-elle pas surprise de le voir tout court ? Comment savait-elle qu'il ne faisait partie de ces fameux 2% ? Parce qu'elle s'en était d'ores et déjà assurée à son insu. Une fois certaine que sa famille était au complet, elle n'avait pas manqué de vérifier que son crush d'adolescente était toujours parmi eux. Ce n'était pas la première fois qu'elle l'espionnait, et cela ne serait certainement pas la dernière. Oserait-elle le toucher pour mieux lui faire retrouver les affres de la réalité ? Un instant elle tend sa main hésitante, s'approche lentement de son épaule, pour mieux la rapatrier aussitôt près d'elle. Non, elle n'ose pas. Initier un contact physique avec Nash ? C'est qu'elle en serait dans tous ses états. Et puis elle ne voudrait pas profiter de son évidente inconscience. Par contre, elle se penche et s'approche toujours plus de lui jusqu'à initier une troublante proximité. Et puis elle insiste Moira, ce qui ne lui ressemble que trop peu.
- Nash ?

________________
IN MY HEAD, YOU TELL ME THINGS YOU'VE NEVER SAID
Revenir en haut Aller en bas

Nash Mendelsohn

avatar

CRÉDITS : perséphone

INSCRIT LE : 02/06/2016
MESSAGES POSTÉS : 44


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: 0/3 (angelica, moira, dave)

MessageSujet: Re: you can never really know what goes on inside someone else’s heart   Jeu 13 Juil 2017 - 20:07

Il n’était pas rare qu’il se retrouve dans ce genre de situation, surtout lorsqu’il était pris d’une frénésie irrépressible. Alors, plus rien n’arrêtait Nash. Il n’était pas rationnel. Jamais. Il était prisonnier de ses impulsions et celles-ci pouvaient s’avérer une délivrance mais aussi, et plus souvent, un calvaire. Dans ces moments-là, Nash se remémorait avec aigreur les souvenirs qui l’assaillaient, il les considérait avec un rictus méprisant et feignait de ne plus rien se rappeler si par malheur quelqu’un essayait de faire remonter à la surface ses frasques. Quelles seraient celles de la veille ? Pour qu’il se retrouve comme ça, avachi sur un banc, il fallait que ça ait été une sacrée soirée et sacrée soirée rimait rarement avec fierté. Il savait pourtant comment il était, il avait parfaitement conscience de ses travers mais au lieu d’essayer d’y remédier, Nash les maudissait avec aigreur. Et il maudissait au centuple les faibles d’esprit qui se fatiguaient à tenter d’entrer dans la comédie, qui saupoudraient leurs conversations de ‘hein, Nash ? tu te souviens de la fois où ?’, le genre de poudre de perlimpinpin qui leur valait juste un regard meurtrier du principal intéressé et qui faisait décroitre leur remarque en un balbutiement pathétique. Le jeune homme ne savait pas pourquoi il s’entourait de types aussi cons et ignorants, insipides et qui ne lui inspiraient rien d’autre qu’une irritation aussi vive que palpable. Mais voilà, il avait visiblement dû retomber dans ces vices la veille, sinon comment expliquer que le grand échalas soit dans cet état-là, vautré comme n’importe quel alcoolique, qu’on pourrait méprendre pour un clochard s’il n’avait pas ce look des grands jours ou des grands soirs : une chemise bien ajustée, bien que froissée, à présent, et une veste plus habillée. Pour le moment, Nash ne pourrait pas se le demander, en tout cas, son esprit étant encore perdu dans les limbes d’un sommeil sans rêves, un brouillard épais qu’aucune lumière ne parvenait à découper et dans lequel il lui semblait errer depuis la nuit des temps. C’était ça, le pire : Nash ne trouvait jamais vraiment le repos, son cerveau ne parvenait jamais à s’éteindre, même un tout petit peu. Cela le rendait soit d’humeur massacrante soit à pulvériser les autres de son arrogance colorée. Il n’y avait pas de demi-teinte avec Nash Mendelsohn et tous ceux qui le connaissaient assez savaient qu’il valait mieux se méfier de ses silences ou de son regard trop pesant s’il s’arrêtait sur eux. Tous, ou presque. Parce qu’il fallait bien une exception pour confirmer la règle et celle-ci venait de l’apercevoir. N’importe quelle âme charitable aurait volontiers conseillé à la demoiselle de passer son chemin, de ne surtout pas approcher le tigre endormi dont le souffle soulevait et affaissait la poitrine et dont le visage était enfoui dans le pli du coude, vague tentative, sûrement, d’échapper à la clarté de l’aube. D’aucun lui aurait soufflé qu’il ne valait mieux pas le réveiller, sous peine de s’attirer ses foudres parce que, sans vouloir épiloguer… la veille au soir avait été terrible, Nash Mendelsohn avait été dans une forme terrible et nombreuses avaient été les victimes de ses mots, mitraillés par le dédain qu’il leur témoignait, avilis par le regard de pierre qui s’était accroché à eux, les faisant couler instantanément. Nash ne se souviendrait probablement pas du quart de ce qu’il avait pu dire mais, assurément, quelqu’un dans l’assistance serait assez bête pour l’évoquer. Quant à savoir ce que Moira pouvait trouver à l’ignoble bonhomme, cela restait un mystère entier.
Mais là où l’esprit embrumé de Nash ne laissait aucune chance à la lumière de percer, il permit à la voix douce et incertaine de s’enfoncer dans le brouillard léthargique. Elle caressa la conscience endormie du jeune homme et pénétra celle-ci, comme l’eau imbiberait l’éponge. Elle se faufila et vint souffler contre cette paroi invisible qui sépare le dormeur de l’éveillé et qui fit émerger Nash de sa torpeur sans pour autant l’en tirer d’un coup sec qui l’aurait fait sursauter. Par contre, c’est la douleur qui l’accueillit, comme si elle se réveillait en même temps que lui, lancinante, telle une lame qui s’enfoncerait dans son crâne en perçant les tempes. Elle lui vrilla le crâne et Nash n’aspira plus qu’à une chose : retourner dans ce trou béant où sa conscience se volatilisait, il préférait errer dans l’obscurité plutôt que de subir les symptômes d’une gueule de bois carabinée. Mais la voix prononça à nouveau son prénom, à peine murmuré et Nash émit un long soupir chargé de lassitude. Il revint lentement à lui et écarta prudemment son bras, plissant les paupières pour voir qui était son tortionnaire, qui osait le tirer vers la lumière plutôt que de le laisser cuver la vodka et dieu sait quel autre alcool dont il s’était imbibé la veille, bien décidé à l’envoyer paitre d’un ton bien senti. Mais son regard tomba sur un visage de petite souris inoffensive et il fronça douloureusement les sourcils avant de laisser retomber sa tête et son bras avec un nouveau soupir.
- Qu’est-ce que tu veux, Coccinelle ? marmonna-t-il, la bouche pâteuse en repliant ses jambes interminables, se doutant bien que le sommeil s’était envolé et ne reviendrait pas le cueillir de sitôt. Quelle heure est-il ?
Tard, sûrement. Il aurait déjà dû être rentré mais il doutait que sa chère et tendre s’inquiète de son absence. Surtout ces derniers temps, alors qu’ils se chamaillaient encore plus qu’à l’accoutumée, eux, les as du conflit et des engueulades. Sarah devait être ravie de ne pas l’avoir dans les pieds, peut-être espérait-elle-même qu’il ne revienne jamais ? Ça ne l’aurait pas surpris, en tout cas.
- Tu vois mon paquet de clopes, quelque part ? demanda-t-il en tendant le bras pour désigner le sol autour du banc, frôlant la jambe de Moira par inadvertance. Je ne sais pas ce que j’en ai foutu.
Mais il rêvait d’une cigarette, là, tout de suite, pour calmer la migraine qui creusait son nid dans sa cervelle et faire disparaitre ce goût atroce qu’il avait dans la bouche.

________________

Revenir en haut Aller en bas

Moira Reed
ANA STEVENSON

avatar

CRÉDITS : luaneshë

INSCRIT LE : 29/05/2016
MESSAGES POSTÉS : 217


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: nash, adriel

MessageSujet: Re: you can never really know what goes on inside someone else’s heart   Mer 25 Oct 2017 - 12:15

Moira n'en revient pas de sa chance : si c'est vrai que la jeune femme se contente de peu pour avoir le cœur léger, retrouver par hasard Nash sur son chemin n'a rien d'un peu duquel se contenter, mais tout d'une chance précieuse à ravir. Pourtant, son cœur n'a jamais rien de si léger en présence de Nicholas Mendelsohn, lorsqu'il tambourine irrégulièrement contre les parois de sa cage thoracique, comme pour demander à s'échapper pour mieux s'échouer aux pieds du jeune homme en guise d'offrande. Mais par peur de le voir piétiné, elle contient et réprime les folies de son muscle. Après tout, qu'en aurait-il à faire, de ce cœur ? Cela est déjà bien assez suffisant qu'il ait à se tordre le cou pour la regarder, là en bas, toutes les fois où leurs chemins se croisent. Car Mo n'a jamais demandé ou eu le réel espoir d'être un jour son amante ou sa petite-amie, elle n'en demanderait pas tant. A la place de ça, elle a toujours su se contenter et même se ravir de n'être qu'une connaissance qui gravite autour de lui comme une planète autour de son Soleil, cet astre précieux qui lui procure vie et chaleur. Ça, pour la chaleur, elle ne manque pas d'en avoir les joues qui rougissent à chaque fois. Mais si elle n'ose nourrir l'espoir d'être plus qu'une connaissance pour Nash, cela ne l'empêche pas, bien évidemment, d'oser le rêvasser de temps à autres. Ces songes ne sont connus que d'elle – et parfois aussi de son carnet intime – mais pourtant elle n'ose pas toujours le rêver, peut-être par manque de probabilité, mais aussi parce qu'il l'intimide. Moira pourrait s'imaginer courageuse dans ces rêves, mais pour ça, il faudrait qu'elle le soit, courageuse. Alors à défaut d'oser le demander, et parfois même de le rêver, elle s'en tient seulement à étudier le moindre de ses gestes, de ses traits mués par ses réactions, à retenir par cœur le moindre des mots qu'il lui adresse lors de leurs rencontres, mais aussi à se rappeler les rencontres passées généreusement détaillées entre les pages de son carnet. Seulement, oui, et pourtant c'est déjà bien assez. Car, toujours, elle n'en demande pas davantage, elle se contente de peu. Peu, c'est d'ores et déjà tout auprès de Nash.

Lorsqu'il écarte son bras pour tout signe d'avoir échappé à ceux de Morphée, elle sursaute, non sans se montrer prévisible. C'est qu'elle s'empresse de réinstaurer une proximité plus respectable, moins troublante, que celle à laquelle elle s'était risquée. Elle s'en serait presque excusée, d'avoir osé. Mais elle devrait plutôt s'excuser de l'avoir réveillé, de l'avoir dérangé, lorsque ses sourcils sont froncés et qu'il soupire à nouveau. Car Moira ne peut mettre ça sur le compte des affres du réveil, non, cela en va nécessairement de sa responsabilité. Qu'est-ce qui lui a pris au juste ? Elle se le demande bien, lorsqu'elle évite systématiquement toute situation qui l'amène à déranger quiconque de sa présence. C'est d'ailleurs pourquoi elle aborde quotidiennement si peu de monde, lorsque aborder revient à déranger dès lors qu'elle est concernée.
- Moi ? Oui, elle. Qui d'autre ? Oh, euh, rien. Je passais juste par là, et je t'ai aperçu. Et forcément, elle a voulu s'accaparer un peu de son temps, donc finalement elle veut bel et bien quelque chose. Est-elle la seule à se trouver d'un profond ennui ? Il est midi. Enfin, midi cinq. Doit-elle aussi lui préciser les secondes ? Et lorsqu'il vient à frôler sa jambe en s'enquérant de son paquet de cigarettes, la jeune femme ne peut s'empêcher d'avoir le réflexe instantané de s'écarter, non pas pour prendre du recul afin de trouver ses cigarettes, mais pour ne pas importuner les allées-et-venues de sa main par sa proximité. Et puis peut-être aussi parce que ce frôlement insignifiant pour d'autres, ne l'est pas tant pour elle et provoque un émoi qu'elle ne voudrait pas trahir. Comme toujours, il lui suffit de peu. Euh, oui, bien sûr. Moira s'accroupit alors, et ne tarde guère à trouver le paquet égaré. Là, il est là, dit-elle avant de se redresser et de le lui tendre. Une fois sa main libérée de sa trouvaille, elle vient à replacer une mèche de cheveux derrière son oreille et se demande si elle doit s'éterniser plus longtemps. Cependant, il aurait été étonnant de la voir partir si tôt. Il s'agit de Nash, après tout. Je ne voulais pas te réveiller, je croyais que... Tout va bien alors ? Bien sûr que tout va bien, Moira est seulement si insipide que la première hypothèse qui lui est venue à l'esprit n'était pas que la veille il avait fait la fête jusqu'à ne plus être capable de retourner chez lui, mais plutôt qu'il était nécessairement dans une mauvaise passe. Car c'est bien ce qu'il s'est passé ? C'est la raison de sa présence sur ce banc, non ? Moira tente alors de se saisir avec désinvolture de ce prétexte pour faire la conversation, comme une grande personne, mais la désinvolture et elle n'ont jamais fait qu'un. Alors, sacrée soirée hier soir ? Je connais ça ! Ou pas vraiment. Ou pas du tout. Comme si souvent, la vétérinaire essaye de se faire passer pour ce qu'elle n'est pas auprès de ceux qu'elle voudrait impressionner, mais qui pense-t-elle berner un seul instant ? Enfin, tu- netesenspasobligédem'enparlersituneveuxpas, qu'elle prononce à la vitesse de l'éclair. Comme s'il s'agissait d'un secret d'Etat. Comme s'il pouvait se sentir obligé envers elle. En tout cas, elle ne peut s'empêcher d'attarder un instant son attention sur son attitude : son assurance est si peu fragilisée qu'il n'est même pas ne serait-ce que troublé que quelqu'un l'ait trouvé dans cet état, avachi, sur ce banc public. A sa place, elle en aurait été mortifiée. Non pas que Nash devrait l'être, c'est elle le problème, pas lui. C'est qu'elle prend tout trop à cœur, surtout le regard des autres. Parfois, souvent, très souvent, elle se dit qu'elle devrait prendre exemple sur lui, parce qu'il a tout d'un modèle, mais en vérité elle se contenterait aisément de l'admirer plutôt que de s'inspirer de lui. Car pour être contemplative, Moira sait y faire, il s'agit même de sa spécialité. Ça, et le regarder avec avidité, ce dont elle ne se prive pas alors qu'il s'intéresse davantage à son paquet de cigarettes qu'à elle.

________________
IN MY HEAD, YOU TELL ME THINGS YOU'VE NEVER SAID
Revenir en haut Aller en bas
 
you can never really know what goes on inside someone else’s heart
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: REALITY #1 (ORIGIN) :: OLD TOWN :: Talcott Square-
Sauter vers: