enchanted to meet you


Partagez | 
 

 enchanted to meet you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

James Tyler
LOU TYLER

avatar

CRÉDITS : princess

INSCRIT LE : 18/01/2017
MESSAGES POSTÉS : 132


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: Remus + (libre) + (libre) / Remus + Owen + (libre)

MessageSujet: enchanted to meet you    Jeu 4 Mai 2017 - 23:08

enchanted to meet you.


Lou s’agace, sans pourtant se laisser le temps de trouver l’inspiration. Ces derniers temps, sa charge de travail s’accumule sans qu’elle ne parvienne à la faire diminuer d’un iota. Ce n’est pas le manque d’idées qui lui fait faire des heures inhumaines, c’est qu’elle n’a plus le temps de les laisser murir. Ces clones auxquels elle doit inventer une histoire, ce ne sont ni plus ni moins que des personnages de roman. Elle doit apprendre à les découvrir, les tester dans différentes situations pour réellement apprendre à les connaître. Elle doit leur parler, et surtout les écouter. Ses personnages sont comme des enfants : ils doivent grandir, tomber, échouer avant de devenir réellement ce qu’ils sont. Mais les commandes s’accumulent et certains de leurs clients sont prêts à payer une fortune pour avoir leur nouvelle bête de foire rapidement. Mais cela ne fonctionnait pas comme ça. Lou n’en peut plus de ce rythme, de ses idées qui s’enchaînent, des dates d’anniversaire qu’elle mélange. Elle veut rentrer chez elle, et prendre le temps de profiter de son mari. Elle ne sait même plus la dernière fois qu’ils ont passé plus de deux heures ensemble. Soupirant, Lou se leva et ferma son ordinateur portable d’un claquement avant de le déposer dans son sac. Elle avait besoin d’air, et quoi de mieux pour cela que de rejoindre la vie extra-terrestre ? Elle commanda un taxi, n’ayant aucune envie de marcher puis l’annula finalement… Ce n’était qu’à un quart d’heure à pied. C’était ridicule. Elle ferma sa veste en cuir puis marcha d’un pas décidé vers son sanctuaire. D’aussi longtemps qu’elle s’en souvienne, Lou avait toujours trouvé un certain réconfort à observer les étoiles. Etant donné qu’il était à peine quinze heures, elle n’avait trop choix que de se rendre au planétarium pour pouvoir s’évader. Personne ne s’en était jamais rendue compte, et il était fort probable que cela n’arrive jamais mais la jeune femme s’était arrangée pour donner une partie de cet immense univers à chacune de ses créations. Parfois, la personne portait un nom d’étoile, ou de constellations (Orion, par exemple). D’autres fois, la personne était fascinée par les étoiles. Peu importait en réalité. Le lien était parfois si ténu que Lou doutait qu’il n’affecte la personnalité du clone de quelque façon que ce soit, mais ce n’était pas particulièrement ce qu’elle cherchait à faire. Quand elle donnait une poussière d’étoile à ses êtres qui n’avaient rien demandé, c’était plus une façon de signer sa toile que de marquer le futur de l’humanité.
« Salut Lou ! Y a personne sur la Voie Lactée, si tu veux être tranquille. » la salua Stella, qui travaillait à la caisse du planétarium. Lou y avait un pass annuel, qu’elle usait plus que de mesure, et commençait ainsi à connaître un bon nombre des employés qui y travaillaient. Elle acquiesça d’un sourire reconnaissant : « Top. Donne ce tuyau à personne d’autre, surtout ! » lui répondit-elle, joviale alors qu’elle pressait le pas. La Voie Lactée était l’une des animations proposées qui permettait d’explorer la voie lactée, à bord de manettes déposées. L’expérience était vraiment exceptionnelle lorsqu’une seule personne était dans la salle, car c’était tout le plafond qui se mouvait au gré des déplacements que la personne choisissait de faire. Elle prit une grande inspiration en arrivant dans la salle, se sentant déjà plus calme, et prit les commandes de la pièce. Le voyage qu’elle s’apprêtait à faire était celui qui la ferait toujours rêver.
Elle était au commande du vaisseau spatial fictif depuis un bon quart d’heure quand l’inspiration revint. Ne cherchant pas à fuir, mais ne souhaitant pas la perdre, Lou décida de raconter l’histoire de Maximus, cet homme nommé après le héros de Gladiator, qui avait pour plus grande peur l’espace et pour plus grande croyance la terre ferme. Ce n’était pas une histoire qu’elle utiliserait : les clones n’étaient pas faits pour avoir peur, mais cela la mènerait à créer un personnage plus crédible. Rapidement, à voix haute, Lou conta son histoire, comme elle l’aurait fait à un enfant. Elle était tellement prise dans son histoire, qu’il lui fallut au moins cinq minutes pour se rendre compte que quelqu’un d’autre pilotait la voix lactée. Elle ne dit rien, relâchant ses manettes et se laissant porter par ce voyage. Lou continua également de conter l’histoire de Maximus, mais dans sa tête, cette fois. Elle finit par ouvrir à nouveau la bouche, cependant, pour donner une invective : "Stop ! Ici, puis à droite." Elle se redressa et jeta un regard autour d'elle pour apercevoir son compagnon de voyage. Elle lui offrit un sourire sincère puis s'enfonça à nouveau sur son siège. "Continuez tout droit. Vous verrez. C'est là où les étoiles sont les plus belles."

________________
I'll know my weakness
know my voice and I'll believe in grace and choice, and I know perhaps my heart is farce ▬ But I'll be born without a mask.
Revenir en haut Aller en bas

Remus Reed

avatar

CRÉDITS : lux ◇ @kenziresources

INSCRIT LE : 15/02/2017
MESSAGES POSTÉS : 268


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (james, zephyr, tc, * / lou, gloria, harlow, *)

MessageSujet: Re: enchanted to meet you    Dim 14 Mai 2017 - 21:37

Il était un temps où Remus aurait cherché n'importe quel prétexte pour se rendre au planétarium, mais ce temps était aujourd'hui révolu. Il y accompagnait des classes qui n'étaient pas les siennes, assistait à des conférences où il consacrait plus d'énergie à scruter l'assistance qu'à écouter les orateurs successifs, faisait la queue une infinité de fois pour toute nouvelle attraction. L'espace ne l'avait pourtant jamais attiré et il était entré dans l'âge adulte sans parvenir à distinguer une constellation d'une autre sans s'en porter plus mal. Pour lui, tout cela était trop lointain. Il aimait les sciences, mais uniquement celles sur lesquelles il avait l'impression d'avoir une emprise directe. Mélanger le contenu de plusieurs solutions et obtenir un précipité chatoyant ou une explosion, voilà ce qui l'amusait. Derrière ses lunettes de parfait petit chimiste, il avait l'impression de jouer à l'apprenti sorcier et adorait ça. Expérimenter. Essayer différentes associations et en comparer les résultats. Explorer les limites du réel. L'espace était bien trop loin pour ça, bien trop vaste aussi, et Remus s'était contenté d'étudier les mouvements de la Lune et autres basiques au détriment de cette infinité de corps en rotation autour de lui. Lorsqu'il s'était porté volontaire pour accompagner une collègue au planétarium pour la première fois, quelques mois plus tôt, c'était d'ailleurs sans se faire aucune illusion. Il l'avait vue en train de paniquer à l'idée d'être seule avec sa classe en dehors de l'enceinte rassurante du lycée et lui avait proposé son aide, convaincu qu'il n'avait rien de mieux à faire et que ce ne serait que quelques heures par semaine, rien de vraiment mortel. D'un simple point sur une carte de la ville, le planétarium était pourtant vite devenu l'un de ses endroits préférés, et l'inconnue qu'il espérait y recroiser avait gagné le surnom très mystérieux de Fille du Planétarium. La première fois, il avait cru à un simple hasard, une rencontre qui resterait dans la catégorie des « sans suite », et puis l'avait revue, encore et encore, presque à chaque fois qu'il y venait. Non, Remus exagérait. Elle n'était pas toujours pas, ou du moins il ne la voyait pas à chaque fois, mais sentait son cœur s'emballer dès qu'il passait l'entrée. Généralement entouré d'un groupe d'élèves qui ne demandaient rien de mieux qu'accaparer son attention, il lui fallait se contenter de l'observer de loin et attendre qu'une meilleure occasion ne se présente. Remus s'était donc mis à venir seul, d'abord très souvent, et puis un peu moins. Avec le temps, il avait commencé à réaliser le ridicule de la chose. Voilà qu'il craquait pour une personne qu'il ne connaissait pas, et à qui il n'avait jamais adressé la parole. Dans son esprit, la Fille du Planétarium était bien évidemment parfaite en tout point, mais la réalité n'était pas obligée de s'aligner sur ses désirs. Et si elle était d'une bêtise consternante ? Et si elle était mariée, fiancée, lesbienne ou un clone ? Et si elle ne voulait pas de lui ? Et s'il s'était tout simplement emballé trop vite ? Remus était prêt à beaucoup de choses dans le domaine de l'expérimentation mais préféra jouer la carte de la prudence et prit ses distances avec les étoiles. Il continuait à y venir avec le lycée, beaucoup moins seul. Malgré tout, il ne pouvait s'empêcher de la chercher des yeux dès qu'il se trouvait dans un lieu public. L'inconnue ne pouvait décemment pas vivre dans une reproduction de la galaxie, aussi bien réalisée soit-elle, ni même y consacrer tout son temps libre, et il espérait toujours la croiser. Il s'emballait certains jours, se tenait prêt à abandonner et passer à autre chose le lendemain, mais n'y était pas encore parvenu. C'était plus fort que lui, comme le fait de se rendre encore et encore au Planétarium, en sachant pertinemment que ce ne serait rien d'autre qu'une perte de temps.
A l'entrée, Remus se glissa dans la fille d'attente menant à Stella et attendit son tour à la recherche d'un éventuel visage familier. Il avait l'impression de connaître tout le monde par ici, même si la réciproque se révélait rarement vraie. Comme à chaque fois ou presque, Stella lui demanda s'il était étudiant et, comme à chaque fois ou presque, Remus se sentit obligé de lui expliquer que non, il était passé de l'autre côté du bureau maintenant, et de découvrir que cette blague ne passait toujours pas avec la jeune femme. Avec un sourire poli, il prit le ticket qu'elle lui tendit et s'engouffra dans le dédale des allées du planétarium, laissant ses pas le guider selon l'inspiration. Après un premier quart d'heure à chercher l'habituelle inconnue, il s'autorisa à profiter un minimum du voyage en allant faire un tour du côté de son attraction préférée et prit les commandes de la Voie Lactée. Il était rare que les lieux soient aussi calmes mais ce n'était pas pour lui déplaire, d'autant plus que la seule personne qui se trouvait avec lui semblait prête à le laisser s'amuser comme il le voulait. En temps normal, la navigation pouvait passer pour un combat de coqs, voire une partie de « Kings of the Galaxy », mais aujourd'hui Remus se sentait chanceux et en profita sans bouder son plaisir. Plongé dans ses pensées, il sursauta presque en entendant une voix lui intimer de s'arrêter. Il se tourna vers la silhouette à l'autre bout de la pièce et attendit de plus amples précisions avant de se décider à suivre ses recommandations. Lentement, il entama l'exploration d'une partie de la Voix Lactée qu'il aurait pu avoir parcouru des dizaines de fois par le passé sans être capable de la reconnaître. Pour lui, tout se ressemblait. Il n'y avait rien de plus semblable à une étoile qu'une autre étoile et, si naviguer entre les constellations l'amusait terriblement, il n'y avait jamais trouvé cet intérêt que certains pouvaient éprouver.
- Encore ? Je continue encore ?
Peut être qu'il avait atteint le point dont elle parlait, mais aucun panneau n'indiquait l'approche du plus beau panorama de la galaxie, ce que Remus regrettait presque. Il trouvait ça beau, mais pas plus que ce qu'il avait vu cinq minutes plus tôt, ou lors de la dernière visite, ou toutes les fois précédentes. Peut être qu'il n'avait pas assez regardé, peut être qu'il avait été plus préoccupé par autre chose, peut être que... Il lâcha les manettes et sourit.
- Ah ouais, quand même...
Même un novice comme lui était obligé de reconnaître que le paysage avait changé, et que les couleurs ressortaient différemment de ce qu'il avait pu voir jusqu'à présent.
- Bien joué !
Lui, ce qui l'amusait, c'était de jouer avec les manettes, mais il ne voyait aucun inconvénient à laisser celle qui lui avait servi de guide profiter de la balade.

________________

We're doing a sequel. All we need now is a half decent plot.
Revenir en haut Aller en bas

James Tyler
LOU TYLER

avatar

CRÉDITS : princess

INSCRIT LE : 18/01/2017
MESSAGES POSTÉS : 132


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: Remus + (libre) + (libre) / Remus + Owen + (libre)

MessageSujet: Re: enchanted to meet you    Dim 11 Juin 2017 - 18:45

Affalée dans son fauteuil, Lou se sentait infiniment petite devant cet infiniment grand. Elle connaissait pourtant l’endroit par cœur tant elle s’y était perdue mais chaque fois, elle prenait conscience de bien de choses dans ces lieux et ne rêvait que d’une chose : pouvoir, un jour, aller dans les étoiles. Ce rêve n’était pas près de se réaliser puisque la jeune femme avait longtemps jonglé entre sa carrière scientifique et sa carrière artistique, ne se concentrant réellement à aucune d’entre elles. Cela ne changeait rien au fait qu’elle avait un excellent niveau dans ses deux disciplines de prédilection, mais ce n’était ni la biologie ni l’écriture qui finiraient par lui faire décrocher le statut d’astronaute et s’envoler pendant quelques semaines loin de la planète Terre. Elle aurait dû choisir une autre discipline, mais au fond, Lou ne regrettait pas ses choix. Elle était heureuse dans sa vie, d’une manière générale, et s’il était vrai qu’elle était particulièrement frustrée de ne rien faire comme elle le désirait ces derniers temps, Lou tentait de se convaincre que ce n’était qu’une mauvaise passade. Pour se ressourcer elle avait même prévu de partir quelques jours à la campagne avec Zakaria, pour pouvoir admirer les étoiles en vrai, dans un ciel qui ne ternirait pas sa splendeur par la pollution qui l’étouffait. Elle irait mieux après, retrouverait l’inspiration et trouverait peut-être même le temps de passer ses soirées à se perdre dans des traités d’astrologie. « Yes, encore. » répondit-elle à son compagnon de route. C’était étrange de partager cette attraction de la sorte. Lou avait parfois la chance de la faire seule, mais la plupart du temps, c’était des dizaines de personnes qui étaient dans la pièce, cherchant à s’accaparer son petit bout de ciel. Partager cette expérience à deux rendait la chose étrange, intime. Sans réellement comprendre pourquoi elle réagissait de la sorte, Lou pouvait sentir ses joues rosir, comme si elle venait de dévoiler l’un de ses secrets les mieux gardés à cet homme, qu’elle ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam. Pourtant, sa venue au Planétarium n’avait rien de secret, puisqu’elle ne pouvait s’empêcher de bassiner les oreilles de ses proches après chaque visite. Dès que l’un de ses amis venait lui rendre visite à Mount Oak, elle lui proposait de découvrir le Planétarium, comme s’il s’agissait du point d’orgue de la ville. Mais elle ne disait pas pourquoi cet espace lui était devenu si vital. Lou taisait le fait qu’elle ne se sente plus si bien dans sa peau et que ses crises d’angoisse s’en prenaient à elle de plus en souvent. Il n’y avait que son médecin qui était au courant, et qui continuait de lui prodiguer les mêmes conseils (en plus des mêmes cachets) : il ne fallait pas hésiter à dire aux autres ce qui pouvait la gêner. Mais il n’y avait rien qui la gênait, Lou. Elle s’accommodait de tout. C’était juste que parfois des traumatismes d’enfance ou d’adolescence lui revenaient en plein visage et menaçaient de la faire tomber. Gênée par cette intimité, elle ne s’en sentait pas moins heureuse. Tous ses soucis disparaissaient lorsqu’elle était pile à cet endroit-là. Amusée par les félicitations de son nouvel ami, elle se déplaça de quelques sièges pour aller s’installer à côté de lui. Elle ne prêta pas réellement attention à son visage, ni même à son physique d’une manière générale. Elle voulait simplement être installée près de lui pour qu’elle puisse facilement chuchoter. Face à un tel spectacle, il était formellement interdit de parler normalement – dans son esprit, en tout cas. Alors, chuchotant, elle lui expliqua la différence de couleur que l’on voyait actuellement : « Normalement, on a des étoiles de toutes les couleurs. C’est parce que chaque étoile a sa propre température. Plus elle est chaude, plus sa couleur se rapproche du bleue. Si elle est froide, elle sera rouge. Mais ici, sans que personne ne se l’explique réellement même si je suis sûre que beaucoup de scientifiques ont des théories, toutes les étoiles sont bleues. C’est étrange, parce que comme les êtres humains, aucune ne se ressemble. Et pourtant, là, elles sont toutes bleues. » Lou ne pouvait s’empêcher de se demander ce qui se tramait là-bas pour que ces étoiles soient si chaudes. Beaucoup misaient sur la théorie d’un autre soleil, mais personne n’avait réussi à l’identifier jusque-là. « Et à côté, d’un coup, toutes les étoiles sont rouges, donc plus froides. Un vrai mystère ! Elles ne devraient pas être si proches… même à l’échelle de l’univers. » Lou aurait pu continuer encore de longues minutes sur le sujet, mais n’étant pas certaine que cela intéressait réellement la personne à ses côtés, elle préféra se taire et concentrer à nouveau son attention sur le magnifique spectacle devant elle. Elle ne connaissait pas vraiment les codes quand on rencontrait quelqu’un au Planetarium, quand on lui dévoilait l’un des plus beaux secrets de l’Univers. Mais elle ne put s’empêcher d’ajouter, un sourire flatteur sur les lèvres : « Peu de gens connaissent cette partie de l’Univers. Vous faites désormais partie des initiés. Soyez à la hauteur… » Elle ne doutait pas qu’il le serait. Il ne s’agissait que de faire un peu attention à la planète dans laquelle on vivait. Mais Lou s’était rendu compte que les gens qui avaient eu l’occasion d’apprendre des choses passionnantes sur la planète Terre et l’Univers avaient tendance à se montrer plus précautionneux avec la planète bleue et à être plus vigilant à la façon dont il polluait la planète. Restait à voir s’il serait également de la partie… Charmeuse, Lou serait sûrement le convaincre de trier ses déchets : c’était le minimum requis.

________________
I'll know my weakness
know my voice and I'll believe in grace and choice, and I know perhaps my heart is farce ▬ But I'll be born without a mask.
Revenir en haut Aller en bas

Remus Reed

avatar

CRÉDITS : lux ◇ @kenziresources

INSCRIT LE : 15/02/2017
MESSAGES POSTÉS : 268


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (james, zephyr, tc, * / lou, gloria, harlow, *)

MessageSujet: Re: enchanted to meet you    Ven 14 Juil 2017 - 23:42

A chacune de ses venues au Planétarium, Remus était frappé par le bruit et l'agitation qui y régnaient. Il aurait dû s'y habituer et se contenter de passer d'une salle à l'autre comme le faisaient tous ces gens mais il en était tout bonnement incapable. Pour lui, l'espace devait être d'un silence assourdissant. Il s'était imaginé, lors de sa première visite, pénétrer dans une grande salle où la voie lactée aurait brillé au dessus de leur tête, le son de leurs pas atténué par le choix d'une moquette sombre et profonde. Quelques chuchotement peut être, un frisson de temps à autre, et puis le silence, absolu. Si le décor était plus ou moins semblable à ce qu'il s'était imaginé, c'était le bruit qui l'avait surpris, les rires et les cris que poussaient les visiteurs comme s'ils étaient dans un quelconque parc d'attraction. Remus avait d'ailleurs passé la plus grande partie de leur première visite à rappeler à l'ordre les élèves qu'il accompagnait, chose qu'il n'avait encore jamais eu à faire dans une salle de classe mais qui lui semblait brusquement nécessaire. L'univers, bizarrement, était une affaire sérieuse et il ne voulait pas gâcher l'idée qu'il s'en était fait jusqu'à présent. Même sans s'intéresser aux corps qui s'y trouvaient, il avait vu suffisamment de films pour en avoir une représentation précise. Tout n'y était pas vrai mais ces images l'avaient marqué au point qu'il associe l'espace à une certaine gravité qui manquait chez tous ces visiteurs. Eux venaient s'amuser, passer un bon moment, et passaient à côté de l'essentiel. La jeune femme qui l'avait aidé à se diriger au sein de la Voie Lactée semblait appartenir à une espèce rare en ce bas monde, conscience de la valeur du spectacle qui leur était offert. Alors oui, Remus était d'abord venu s'amuser à bord de la petite navette, mais il comprenait maintenant que le but n'était pas seulement de se déplacer d'un bout à l'autre de la galaxie en regardant les étoiles s'agiter dans tous les sens. Les yeux tournés vers le ciel, il ne remarqua pas tout de suite qu'elle était venue s'assoir à ses côtés, le réalisant seulement en l'entendant lui chuchoter une part du savoir en sa possession. Remus sourit alors. Elle faisait exactement ce qu'il faisait lorsqu'il arrivait à convaincre quelqu'un de venir au Planétarium avec lui. Cette histoire de température des étoiles était d'ailleurs inédite et il s'en délecta, suivant le doigt qu'elle utilisait pour pointer telle ou telle partie de la Voie Lactée. Peut être qu'on verrait davantage leurs différences en s'approchant. Elles seraient toujours aussi chaudes par là, et aussi froides par là, mais on verrait mieux la variation de l'une à l'autre. C'est dommage. Il avait chuchoté pour ne pas briser la magie de ce moment, puis se tourna vers la jeune femme et réalisa qui il avait à ses côtés. La lumière qui les entourait était celle que les étoiles voulaient bien leur accorder mais il était sûr de ne pas se tromper, sûr qu'il s'agissait bien de la Fille du Planétarium. Il se redressa et, le souffle court, répondit sans prendre la peine de réfléchir aux mots. Je le serai. Je serai un gardien de cette galaxie. Il réalisa à quel point ce qu'il venait de dire était stupide une fois le point mis et, de rage, détourna la tête. Voilà qu'il avait enfin l'occasion de parler à celle qui le hantait depuis si longtemps et il lui sortait une absurdité finie. Malheureusement pour lui, avoir vu des centaines de films de science fiction ne lui avait pas permis de trouver un moyen d'élaborer une machine à voyager dans le temps et il lui faudrait faire avec une entrée en matière aussi pitoyable que celle ci. Remus se reprit néanmoins, et s'obligea à trouver autre chose à dire avant que la jeune femme ne parte et ne ruine définitivement ses chances. Vous travaillez ici ? Au Planétarium ? Il avait continué à chuchoter, donnant ainsi des allures de secrets à leur discussion.

________________

We're doing a sequel. All we need now is a half decent plot.
Revenir en haut Aller en bas

James Tyler
LOU TYLER

avatar

CRÉDITS : princess

INSCRIT LE : 18/01/2017
MESSAGES POSTÉS : 132


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: Remus + (libre) + (libre) / Remus + Owen + (libre)

MessageSujet: Re: enchanted to meet you    Ven 11 Aoû 2017 - 17:57

Lou ne s’attendait absolument pas à ce que son interlocuteur fournisse une potentielle explication à ce phénomène. En tant que scientifique, la jeune femme y avait évidemment réfléchi à plusieurs reprises et s’était imaginé des centaines d’hypothèses possibles. Certaines étaient invérifiables, parce que théologiques ou parce que les avancées scientifiques n’étaient pas encore assez puissantes (malgré la société dans laquelle les habitants de Mount oak vivaient, l’univers avait une façon si particulière de dissimuler ses plus beaux secrets), d’autres étaient tout simplement scientifiquement impossible. L’idée de Remus avait naturellement été formulée par de nombreux scientifiques, qui avait fini par démontrer que cela aussi était impossible. Pourtant, Lou n’en dit rien. Elle se contenta de répondre « peut-être », toujours sur ce ton confidentiel. Ce qui comptait, ce n’était pas que l’inconnu ait tort ou raison mais qu’il s’intéresse à tout ce que la planète Terre, et la galaxie dans laquelle elle se trouvait avait à offrir. Lou, elle, s’intéressait à toutes les galaxies qui restaient à découvrir, mais elle n’était pas si exigeante avec les autres. Elle avait cette façon si particulière d’être extrêmement indulgente… sauf parfois, quand la moutarde lui montait au nez sans raison, quand elle se levait l’esprit orageux et que rien ne parvenait à faire naître un sourire sur son visage. « Mais ce n’est pas dommage. Enfin… je ne trouve pas. C’est beau, d’avoir encore des mystères. Cela fait des siècles qu’on étudie la planète, les galaxies et à chaque nouvelle découverte, il y a encore plus de choses à découvrir, de questions sans réponse qui parfois le resteront une heure mais d’autres fois qui le resteront des centaines d’année… » L’infini grand vous rendait infiniment petit, et c’était ce que Lou aimait le plus. Cette situation pouvait donner le vertige, parfois. Cela donnait l’impression que nous étions insignifiants, que notre présence sur cette planète ne changerait rien à rien, et c’était exactement ce que la jeune femme adorait. Tout d’abord, cela ne signifiait absolument pas à ses yeux que sa présence était indifférente à l’univers mais surtout n’était-ce pas rassurant de voir que l’on pouvait commettre des erreurs sans que l’univers n’en soit entièrement chamboulé ? Un peu brutalement, le jeune homme se redressa, et Lou eut l’impression que quelque chose avait changée dans son regard quand il avait aperçu son visage. Elle chassa rapidement cette idée de son esprit, et fut d’ailleurs aidé à le faire par ce dernier qui se déclara gardien de la galaxie. Un rire discret s’échappa des lèvres de Lou, qui trouva la formule particulièrement bien trouvée, et se demanda pourquoi elle n’y avait pas pensé plus tôt. L’expression lui disait vaguement quelque chose ; il lui semblait qu’un film avec ce nom était sorti récemment, mais ne connaissant pas l’histoire, elle ne sut dire si le choix du jeune homme était le bon. Toutefois, le terme en lui-même lui plaisait, et elle décida de l’adopter. « J’aime bien. Je vais vous emprunter ce titre, si ça vous va. » souffla-t-elle, sincère. Elle reposa ensuite son regard sur les étoiles, et se dit qu’il était de retourner travailler. Elle se sentait un peu plus inspirée mais la simple idée d’aller s’enfermer dans un bureau la répugnait. Peut-être pourrait-elle s’installer dans le parc à proximité du Planetarium ? Après avoir validé cette idée, Lou gigota légèrement, pour mieux s’enfoncer dans son fauteuil. Elle comptait bien profiter de ce spectacle en quelques minutes. « Non, pas du tout. Je suis scientifique, mais je ne viens ici que pour le plaisir. » précisa-t-elle, réalisant combien la science lui manquait. « Et vous, que faites-vous ? » C’était étrange de discuter en chuchotant de la sorte avec un parfait inconnu. Lou avait l’impression que les lieux, et l’histoire qu’elle venait de raconter donnaient un caractère presque intime à cette rencontre. Pourtant, elle n’avait pas forcément envie d’y mettre un terme. C’était agréable de discuter avec quelqu’un qui n’attendait rien de vous – et comment l’aurait-il pu, puisqu’ils se voyaient pour la première fois aujourd’hui ? Enveloppée d’un sentiment de réconfort, Lou pourrait probablement passer le reste de l’après-midi ici. Avec cet inconnu, ou sans, même si compagnie était agréable. Elle n’avait pas spécialement envie de le voir partir, d’ailleurs. Au contraire, ils pourraient rester discuter pendant des heures. Cela lui donnerait une excuse de plus pour ne pas retourner à son travail… et donc à ses problèmes.

________________
I'll know my weakness
know my voice and I'll believe in grace and choice, and I know perhaps my heart is farce ▬ But I'll be born without a mask.
Revenir en haut Aller en bas

Remus Reed

avatar

CRÉDITS : lux ◇ @kenziresources

INSCRIT LE : 15/02/2017
MESSAGES POSTÉS : 268


LOOK IN THE MIRROR
RELATIONS:
DISPONIBILITÉ RP: dispo (james, zephyr, tc, * / lou, gloria, harlow, *)

MessageSujet: Re: enchanted to meet you    Lun 30 Oct 2017 - 0:21

Remus avait tant rêvé cet instant, envisageant toutes sortes de contextes à leur rencontre, qu'il en venait à douter de la véracité de ce qui était en train de se produire. Il était sûr que c'était elle, la Fille du Planétarium, mais tout le reste lui semblait presque trop beau pour être vrai. Le cadre, le fait qu'ils ne soient que tous les deux dans cette pièce, à chuchoter sur les secrets de l'univers, lui donnait davantage l'impression d'être le héros d'une comédie romantique que l'acteur de sa propre histoire. Il l'avait écouté lui parler du mystère que représentait encore l'espace sans savoir qui elle était, avait bu chacun de ses mots sans réaliser leur portée. C'était elle. Elle, enfin. Ca donne le tournis comme vision. C'est beau, oui, mais difficile à appréhender. Je crois que j'ai un peu de mal à me représenter cet aspect de l'univers, le fait qu'on ne puisse pas toujours avoir de réponse. C'était son côté scientifique qui parlait alors, celui qui avait besoin de savoir le pourquoi et le comment de chaque chose, et qui serait ensuite muselé une fois confronté à l'identité de son interlocutrice. Aucun discours censé ne pourrait tenir désormais, et il se reprit avant de perdre toute crédibilité à ses yeux ou, pire encore, lui donner envie de s'éloigner au plus vite. Si elle partait, Remus n'était pas sûr d'être en position pour lui courir après, ni même d'oser le faire. Je vous en prie. Je le partage volontiers. Il manqua d'ajouter un 'avec vous' qui l'aurait trahi mais qui aurait pourtant dit tant de choses sur ce qui était en train de se passer dans son esprit, à la fois en prise avec une intense agitation et donnant l'impression d'être sur le point de s'arrêter. Il ne savait plus quoi dire et posa la seule question qui lui semblait pour l'instant pertinente, et en accueillit la réponse avec émerveillement. Ainsi, elle était une scientifique, comme lui, et venait uniquement pour le plaisir, comme lui. Savoir qu'ils avaient deux points communs le transportait de joie, même si Remus avait conscience qu'ils devaient les partager avec la plupart des personnes fréquentant les lieux... Je suis enseignant, et je viens aussi pour le plaisir. Enfin, il m'arrive de venir pour préparer une visite avec mes élèves mais aujourd'hui c'est seulement pour le plaisir. Il n'en était plus aussi certain mais l'explication tenait la route et leur suffirait. Et, par peur que leur échange s'achève aussi vite qu'il avait commencé, il enchaïna, toujours en chuchotant. Vous venez souvent, non ? Il me semble vous avoir déjà vue ? C'était un euphémisme, et un beau, mais Remus se sentait pris par le temps.

________________

We're doing a sequel. All we need now is a half decent plot.
Revenir en haut Aller en bas
 
enchanted to meet you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROKEN MIRROR :: REALITY #2 (REFLEXION) :: JERICHO-
Sauter vers: